A LA RECHERCHE DE MARY EASTERWAY de Kristof Mishel.


En 1987, la jeune Mary Easterway rencontre trois étudiants en littérature qui affirment être en mesure de donner vie au contenu d’un livre, en empruntant les chemins de traverse de l’écriture.
Vingt-huit ans plus tard, Mary est devenue célèbre. Aux yeux de tous, elle est l’écrivaine Mary Easterway, auteure d’un des plus grands romans de l’histoire de la littérature. Mais un soir, elle est retrouvée assassinée dans sa maison fermée de l’intérieur. Son meurtrier, lui, semble s’être volatilisé.
Mary laisse à son fils un cadeau posthume. Une boîte contenant un paquet de photos, un carnet de souvenirs et le manuscrit éblouissant d’un auteur anonyme. En ouvrant au jeune Gary Easterway les portes du succès, le manuscrit va l’obliger à se confronter au passé trouble d’une mère qui l’a abandonné quand il avait huit ans. Gary va suivre de curieux signes de piste qui vont le mener de Paris à New York, de Seattle à Vancouver, de La Nouvelle-Orléans aux plaines du Minnesota. S’il va comprendre certaines choses, il va aussi voir se multiplier les énigmes.
L’œuvre des quatre a pris naissance. L’ombre avance sans bruit. Tapie derrière la dernière porte, la vérité a tissé sa trame en attendant qu’on la délivre.

Aujourd’hui je viens vous parler d’une très belle découverte. Un thriller aussi palpitant que ténébreux où le suspense s’égrène au fil des pages. Une fiction que j’ai dévoré tout simplement.
Mary Easterway est une auteure de talent. Son imagination est sa force, son exutoire d’une vie maussade dont elle parle très peu. Mary part rapidement à la dérive. La tentative de meurtre sur son beau-père lui vaut une mise à l’épreuve. Pendant deux ans elle devra suivre les cours de littérature à l’université d’Oxfield et ne faire aucune vague. Enchantée par cette voie qu’on lui offre, elle devient rapidement la meilleure de sa promotion. Elle y rencontre trois autres étudiants avec qui elle tisse des liens qui perdureront au-delà des études. Cid, Jonathan et Marvin trois personnalités étonnantes. Cid, le nécrophile, Jonathan le fougueux et Marvin le timide. Une rencontre improbable, une amitié indestructible où bon nombre de mystères régentent leurs nouvelles vies. Les années défilent au rythme des succès littéraires. Mais les ombres s’approchent, la mort s’infiltre laissant à Gary, fils de Mary, une ultime énigme.

 

Gary est ce jeune homme un peu déboussolé, détraqué par la vie. Abandonnée par sa mère aux bons soins de sa grand-mère à huit ans, il se construit en éprouvant une véritable haine envers elle. De retour en France, le contact avec Mary est difficile, voire inconcevable. Pourtant les remords de sa mère semblent sincères. Depuis son accident, Gary est différent. Au prise avec ses tourments, les drogues et le sexe deviennent son refuge inhibant toutes douleurs. Il ne rêve qu’à une seule chose : devenir un grand écrivain. Rentrer dans la cour des grands sans être affublé de « le fils de ». Il hérite à la mort de sa mère d’une étrange boîte contenant des photos, un carnet à moitié vide et un manuscrit anonyme qui le rend, enfin, célèbre. Mais les doutes s’installent peu à peu. La peur que le véritable auteur se révèle, Gary part à sa recherche et pour cela il doit plonger dans le passé de Mary. Une porte qu’il ouvre dans son seul, unique et propre intérêt. Il ne fait pas cas aux indices pourtant ils délivreront la vérité.

 

Voici un thriller totalement original et addictif. Plus de 600 pages d’immersion au cœur de la vie de Mary et de ses turpitudes. Une plongée dans le passée désarmante et parfois métaphorique où l’illusion peut prendre le pas sur la réalité. Une quête de la vérité aux allures de jeux de pistes souvent sanglantes. L’auteur est un sacré pro de la mise en scène et de l’intrigue qu’il distille avec tact et sournoiserie. Une histoire à laquelle j’ai relativement vite accroché. Un style simple et efficace porté par une plume ensorcelante. Le scénario se construit jusqu’au point final ne pouvant que vous laissez stoïque. J’ai tout aimé que ce soit les personnages et leurs mystères, la construction du  récit, les petits clins d’yeux au monde littéraire, l’intrigue et, sans surprise me direz-vous, le final. La mise en scène n’est pas novatrice en soi, mais je ne vous cache pas que j’adore cet effet immersif dans un passé évolutif où, finalement, les éléments s’emboitent et portent vers ce quelque chose d’inattendu que je n’ai pu qu’attendre. Une lecture que je recommande fortement ! J’espère que vous adorerez autant que moi !

 

Une chronique de #Esméralda

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s