L.O.L.A., un roman jeunesse de Claire Garralon.


COLLECTION D’une Seule Voix
Quand Lola est entrée dans la classe, ce fut comme un éblouissement pour Charlie. Puis il y eut cette façon de se présenter, en épelant les quatre lettres de son prénom – L.O.L.A. -, comme une mélodie. D’inconnue, Lola devient pour Charlie une amie, puis une meilleure amie.
Quelque chose chez elle d’indéfinissable l’attire irrésistiblement. Du trouble, du désir sans doute. Les filles plaisent à Charlie mais certains garçons aussi, c’est confus. Mais on tombe amoureux d’une personne, pas d’un sexe. Pourquoi faudrait-il se définir selon une orientation sexuelle ? Pourquoi se conformer à une étiquette – hétéro, homo… ? Plutôt simplement mettre des mots sur ses pensées pour que ça existe vraiment. Un texte lumineux sur l’éveil du sentiment amoureux, l’affirmation de soi et de ses désirs.

Charlie a une passion démesurée pour les voitures anciennes et Lola. Lola, belle, intelligente, désirable, douce. Son cœur bat frénétiquement, son ventre se crispe, ses yeux s’émerveillent, Charlie se perd dans ce tourbillon de sentiments. L’amour est une étrange émotion qui se doit d’être dompter mais qui ne se contrôle pas. Tout un paradoxe dont il n’empêchera pas Charlie d’aller au bout de ses rêves.
La collection D’une Seule Voix des éditions Actes Sud Junior aux thématiques actuelles reflète aux travers de textes forts les doutes et les questions des adolescents et adolescentes. Des textes courts qui suffisent à interroger le jeune lecteur et qui invitent en discuter avec son entourage proche, ses ami.e.s.

 

Claire Garralon explore ici le sentiment amoureux, celui qui surgit, inattendu et foudroyant. Une plume intense et un choix délibéré de ne pas sexué le narrateur jusqu’à la révélation, le lever du rideau. J’ai trouvé cela très intéressant, notamment dans l’identification du narrateur, Charlie. Avant de s’attacher à ce personnage, les questions traversent les esprits : je suis comme lui/elle ? Est ce que je ressens la même chose que lui/elle ? C’est un véritable travail d’identification qui au final s’accorde avec soi. Au-delà de ceci, c’est une magnifique histoire, bouleversante qui s’épanche sur la découverte des sentiments. Il est bon de suivre son cœur et non les diktats d’une société aveugle et moralisatrice.

 

Demain je passe mon permis. Deux jours après j’emmène Lola au bord de l’eau, en voiture. Je l’aurai c’est sûr. Rien que pour ça, je l’aurai, pour emmener Lola au bord de l’eau.
Nous deux, main dans la mains  à marcher dans le sable, main dans la main sur l’arrête de la dune face à l’océan. Un fil qui court le long de la côte, un trait tiré entre la terre et l’eau et nous dessus.dessus. Lola et Charlie face à l’immensité du monde, indissociables.

 

Une chronique de #Esméralda

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s