LES 3 PICK ET LE MYSTÈRE DE LA MAISON, un roman jeunesse de Lise Ker.


Lorsque les Pick emménagent dans une nouvelle maison, c’est une vie trépidante qui commence pour les trois filles de la famille. De nouvelles chambres et un grand jardin, c’est la promesse de jeux extraordinaires ! Mais bien vite, des phénomènes étranges surviennent et Lilya et Zoé, les deux grandes, décident de mener l’enquête sans rien dire aux parents. Que découvriront-elles ?

La famille Pick vient d’emménager. Leur nouvelle maison est adorable avec un jardin que les sœurs Pick ont su vite s’approprier. Elles adorent y jouer et partent souvent à l’aventure au cœur de leur imagination. Épopées en tout genre, leurs journées sont rythmées. Puis vient le temps où les vacances se terminent.

Il n’est plus question de jeux et autres histoires pittoresques. L’école et puis les devoirs à la maison remplissent désormais leur quotidien. Sans oublier leurs parents qui sont souvent sur leurs dos. Grrrrr ! Leur vie semble bien triste. Alors que leur morosité gagne du terrain, d’étranges événements se produisent la nuit venue. Des tintements, des objets qui se déplacent. Les mystères apparaissent pour le plus grand plaisir des sœurs Pick. Branle-bas de combat ! Armées de lampes torches et de tout leur courage, elles sont enfin prêtes pour démasquer la vérité. Et tant pis si elles se font gronder !

 

A 35 ans, j’adore ce genre d’histoire. Je me replonge dans mes souvenirs de petite fille découvrant la lecture et adorant lire. Un roman alliant fantastique et aventure. Les 3 sœurs forment un trio complémentaire. Les idées de l’une s’accordent à l’autre avec ingéniosité et générosité même si parfois il y a des couacs. Lise Ker parfait ainsi une histoire où les liens entre sœurs deviennent une force évidente. La magie est partout à ceux et celles qui peuvent les voir. Une petite histoire aux nombreux rebondissements nous entraînant avec facilité en son cœur. Une lecture qui s’adresse aux jeunes lecteurs dès 8 ans. Tout dépend de la maturité. Une histoire que les parents peuvent raconter le soir, aussi. Le seul petit bémol est la presque absence d’illustrations (uniquement 2). J’adore les retrouver dans les romans jeunesses et les observer. Et surtout l’illustration est un support appréciable qui permet aux petits lecteurs de pouvoir raconter ensuite l’histoire (en se basant sur cette dernière)  et de faire attention aux détails.

 

Une jolie histoire plein d’aventure, d’imagination et d’amour !

 

Une chronique de #Esméralda

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s