JALOUSE, MOI ? POURTANT, J’AI UNE VIE PASSIONNANTE !, un roman de Alice Nevoso.


Clara a 38 ans, un bouledogue nommé Pharaon, et un travail de comptable dans une société qui vend des frigidaires. Elle aime les jeux de grattage, le dessin, les vêtements à paillettes et les hommes aux yeux clairs.
Aux yeux de ses parents, elle a raté sa vie puisque :
1/ Elle n’a jamais visité Prague ni Riga…
2/ Elle a rompu avec son petit copain et ne peut pas avoir d’enfants.
3/ Elle n’est pas propriétaire de son logement (avec un père agent immobilier, ça fait désordre !)
La sœur de Clara, elle, est une beauté volcanique qui foudroie tous les hommes et qui a tout réussi dans la vie : ses études, sa carrière et même son divorce.
Depuis son adolescence, Clara a un rêve : devenir dessinatrice de bande dessinée et entrer dans le cercle très fermé des artistes. Quand elle s’inscrit à un atelier de bande-dessinée, elle rencontre Bastien, un séduisant brun aux yeux clairs. Mais sa sœur, encore une fois, se dressera devant son chemin.
Clara parviendra-t-elle à assumer son côté artiste et glamour et osera-t-elle enfin être heureuse ?

Ah la jalousie ! La volcanique, l’impétueuse, l’abominable, celle qui broie les tripes et qui rend les larmes. La jalousie, la connais-tu ? L’as tu apprivoisée ou elle te consume encore ?

 

Clara, elle, elle la chérit, l’entretient, la magnifie. Pourtant elle aimerait tant sans défaire, à commencer par sa sœur et sa mère.
Clara considère qu’elle a raté complètement sa vie. Plus de fiancé, elle n’aura jamais de bébé, il n’existe que son chien adoré et sa meilleure amie professeur de français un peu déjantée. Clara n’a que 38 ans et envisage sa vie comme bouclée, finie, inassouvie. Son seul vice : gratter tous les samedis les jeux et oser l’association de vêtement qui pourraient en faire fuir certain. Malgré son côté taciturne, Clara déborde de couleurs et de joie sous cette carapace de célibataire endurcie malgré elle. Les paroles débordent souvent de  sa pensée, hormis dans le cadre familial, et la met dans des situations inconfortables et burlesques. Clara est à mes yeux un sacré phénomène entre femme assurée et femme déplorée. L’origine de son malaise grandissant et non réglée depuis des années est la réussite parfaite de sa sœur parfaite. Mise en plie rigoureuse, métier prestigieux, mariage et divorce glorieux, enfants merveilleux, vie sans fausse note et idyllique en tout point. Être la sœur de sa sœur n’est vraiment pas drôle surtout quand les parents n’ont d’yeux que pour elle. Il est temps pour Clara de se rebeller, oui  mais c’est dur, très dur. Clara a une véritable passion pour le dessin et la bande dessinée et c’est le moment idéal pour ce prendre en main et développer son don artistique. Ni une ni deux, elle s’inscrit à des cours où elle y rencontre le beau Bastien, fan incontesté de zombies. Si seulement sa sœur pouvait lui lâcher les baskets et l’oubliait, elle se sentirait bien mieux dans sa peau ! On ne peut que lui souhaiter bon courage et croiser les doigts, elle le mérite tant !

 

Alice Nevoso explore aux côtés de son héroïne déjantée, un brin paranoïaque et bipolaire, la jalousie. Un grand mot pour de terribles maux. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise jalousie, juste celle qu’elle couve depuis son enfance. Son héroïne est au bord du burn-out. Elle doit a tout prix se défaire de ses chaîne la reliant à sa sœur et à sa famille toxique. Un pas douloureux mais qui devient vital. Alice Nevoso grâce à son humour rend un sujet délicat puissant, un parcours semé d’embûches. Il est vrai que je n’ai pas réussi à m’attacher à cette héroïne car je ne comprends pas le concept de la jalousie. Et la jalousie est omniprésente, du matin au soir, sous toutes ces formes. Alors oui j’ai frôlé l’overdose mais j’ai su apprécié à sa juste valeur l’évolution de Clara et des efforts considérables qu’elle a du fournir. Alors oui c’est un roman à découvrir et peut être que vous vous retrouverez dans les névroses de Clara, peut être que l’adorerez, peut-être que vous la comprendrez mieux que moi et je vous le souhaite sincèrement ! Un roman déjanté où la prise de conscience et la délivrance est un long travail !

 

Une chronique de #Esméralda.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s