Le Spirou d’Emile Bravo – LE JOURNAL D’UN INGÉNU – Tome 1.


Tandis que des pourparlers entre des émissaires polonais et Karl Von Glaubitz, premier secrétaire du ministre allemand des Affaires étrangères Von Ribbentrop, étaient au pont mort à Bruxelles, un jeune groom du Moustic Hôtel, prénommé Spirou, a proposé une solution tout à fait originale au problème délicat de Dantzig.
Toutes les parties en présence semblaient convaincues. Mais à ce moment-là, un de nos collaborateurs à la rubrique des chiens écrasés – Fantasio, donc – a surgi et tenté d’obtenir des informations auprès du dignitaire nazi. Devant le refus de celui-ci, une rixe éclata, au cours de laquelle il écopa d’un mauvais coup… On s’attend dès lors à des représailles imminentes de la part de l’Allemagne. Des bombardiers de la Luftwaffe auraient décollé à l’aube en direction de la frontière polonaise…

Je remercie chaleureusement le blog Les Mots de Mahault pour sa recommandation suite à ma lecture de Pacific Palace, le Spirou de Christian Durieux. Et j’ai bien fait de suivre son avis très avisé car cette bande dessinée fut un sacré coup de cœur. Émile Bravo, entre autre auteur de « Les Grandes grandes vacances », nous propose une histoire sensationnelle.

Retour aux origines, on découvre la vie de ce petit orphelin qui est placé par le clergé comme groom au Moustic Hôtel. En souvenir de son meilleur ami qui lui a confié le petit écureuil, il se fait appelé Spirou et puis avoir le même prénom que l’irascible chef des groom, non merci ! Spirou est rapidement confronté à la dure réalité de la vie mais il garde toujours le sourire. Serviable, gentil, attachant, avenant, le sourire aux lèvres, il est aimé de tous. Spirou tombe sous le charme de la jolie femme de chambre. Alors que dans le salon privatif de l’hôtel se règlent des histoires bien sombres qui pourraient mettre en péril de nombreux citoyens. C’est ainsi que Spirou est confronté à sa toute première enquête et qu’il fait la connaissance incongrue de Fantasio, le journaliste excentrique qui ne manque pas de répartie, parfois tordue.

J’ai beaucoup apprécié l’univers de Émile Bravo. Un scénario qui ne laisse pas sur la faim et exploité avec beaucoup d’entrain. Les cases laissent la place aux bulles et dialogues complets rendant l’histoire accrochant et immersive. L’auteur/dessinateur met en parfaite évidence les traits des caractères des différents personnages, des touches de suspense ici et là, et entre autre des petits traits d’humour associés à l’incroyable Fantasio. Le scénario est captivant avec une intrigue parfaitement menée. Dans ce premier tome, on retrouve l’ambiance d’avant la seconde guerre mondiale. J’ai passé un excellent moment de lecture trouvant le scénario et les personnages à mon goût. Je me suis laissée transporter avec bonheur !

Une chronique de #Esméralda

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s