DIEU 2.0, tome 1 : La Papesse Online, un roman d’anticipation de Henri Duboc.


2053 Le monde est différent. En overdose numérique. Même les morts font désormais partie du digital. Dominée par l’église numérique de Vatican III, sous l’égide de la Papesse Oranne 1re, la religion n’est pas en reste. Dans ce monde ultra connecté, W3, un hacker de génie, prédit l’effondrement de la civilisation et son plongeon dans l’obscurantisme. Pour sauver l’humanité, il devra convaincre Gabriel, le Croque mort numérique, de s’allier à lui pour éviter le pire. Le charismatique et dangereux Monseigneur Verinas, des scientifiques de tous poils, des hommes de loi omnipotents et des écolos-radicaux déchaînés, rien ne leur sera épargné.

L’intrigant Henri Duboc revient avec une nouvelle réédition de sa trilogie DIEU 2.0 chez les éditions Beta Publisher. Une atmosphère très différente de son dernier roman 77 assassins, mais toute aussi captivante.
Changement de registre pour ce roman d’anticipation qui nous porte à l’an 2053. La planète a subi des changements notables, comme la montée des eaux, des pandémies, l’émergence des intelligences artificielles menant vers la fin d’un monde tel que nous le connaissons. Un monde entièrement numérique au service de la population. Seul résultante résistante à l’évolution du monde, la religion (en autre le christianisme).
La religion est au cœur de ce roman. Un thème qui peut s’avérer délicat que traite Henri Duboc avec finesse. Mettre en scène la confrontation éternelle entre l’Église et la Science c’est un exploit surtout avec les arguments qu’avancent l’auteur. J’ai su apprécier ce débat quant à la légitimité de l’un et de l’autre. Mais ici, on ne vous demande pas de vous positionner mais de vivre un moment de lecture intense tout en s’interrogeant sur de nombreuses éventualités. Entre réalité et fiction, Henri Duboc s’empare d’un sujet sensible et le traite intelligemment. La curiosité façonne le roman empreint d’une touche de suspense, fil conducteur (je pense) de la trilogie.

 

Gabriel est un vieux monsieur à présent. On le surnomme le croque mort numérique. Avec ses acolytes de toujours ils ont créé la mémoire numérique des défunts. Imaginer, vous vous apprêtez à mourir. Vous créez votre page où vous inscrivez vos derniers souhaits et où vous pouvez laisser des messages destinés ultérieurement à des êtres qui vous sont chers. Voilà le crédo de Gabriel. Faire en sorte que le souvenir des disparus deviennent éternels et accessibles à tout moment. Bien évidemment cette activité est encadrée moralement et éthiquement. C’est une affaire qui tourne ! Les intelligences artificielles ont envahi le quotidien de chacun à l’aide d’étonnantes technologies. Gabriel vaque gentiment à ses occupations avec son petit fils lorsqu’il est accosté à la sortie du cimetière par un drôle de zozio. Allure et morphologie de geek, il fait rapidement le rapprochement avec W3.

 

W3 est une entité à la fois admirée et exécrée. Son talent est unique mais son ambition souvent pourfendeuse de chaos. Subjugué par son aura et sa personne, Gabriel se laisse embarquer dans cette affaire au côté de cet homme mystique. Sa mission déjouer les plans de Monseigneur Veritas, évêque de Paris, figure emblématique du christianisme qui prend ses aises.

 

Une mission à haut risque car son entreprise pourrait en pâtir ainsi que sa famille. Guidé par W3, Gabriel conçoit les dangers et ses conséquences terribles. Selon les dires de W3, cette affaire n’est que les prémices d’un tout qui dépasse tout entendement.

 

Et que vient faire la Papesse Online, Oriane Ier dans cette affaire ? Et bien, c’est la clef de tout cet imbroglio.

 

Henri Duboc signe un roman totalement dingue. Son imagination dépasse toute raison et son scénario est vraiment implacable et imbattable. Il n’y a que lui pour signer ce genre de roman ! Il nous immerge dans un monde conditionné par les technologies et l’intelligence artificielle. (J’ai cette impression saugrenue que finalement une large partie de cette population ne pense plus par elle-même et se laisse guider sans esprit critique et libre arbitre). Gabriel fait preuve d’équité alors que W3 est dans une démarche conquérante et plus envahissante (pour de bonnes et mauvaises raisons, la suite nous le dira). Ce duo est assez exotique et improbable. Une relation maitre-apprenti s’installe rapidement et donne d’agréables surprises. Ce premier tome pose les bases d’une histoire surprenante et instille dès le départ une atmosphère à la fois apocalyptique et suspicieuse. Je regrette toutefois ses passages où la langueur se fait ressentir coupant le rythme. D’ailleurs je m’interroge sur ses passages : seront-ils essentiels à la suite ou servent-ils seulement à confronter notre esprit critique ? Seul petit bémol qui a entaché ma lecture.

 

Henri Duboc signe un roman décapant et futuriste ne pouvant que vous faire réagir !

 

Une chronique de #Esméralda

 


… Lien Kindle

… le site des éditions Beta Publisher

… Mon avis sur le précédent roman d’Henri Duboc, clique sur la photo pour le découvrir.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s