MAUVAIS SANG, un roman ado de Catherine Dabadie.


Giacomo a dix ans quand il découvre, après une descente de la police chez lui en pleine nuit, une vérité difficile à avaler : son père n’est pas qu’un simple carrossier à la sortie de la ville, il exerce des activités autrement plus lucratives et beaucoup plus illégales aussi. Il a juré fidélité à une autre « famille » : la mafia.
Son père en prison, le garçon grandit dans une culture machiste et, à l’adolescence, son oncle Riccardo l’initie aux opération de racket chez les commerçants, le pizzo. Jusqu’au jour où l’une d’elles finit mal. L’adolescent est arrêté et un juge décide d’une mesure d’éloignement dans le nord de l’Italie. Le petit caïd se retrouve du jour au lendemain coincé dans un vaste domaine viticole… dirigé par des femmes. Sous sa nouvelle identité, Giacomo devenu Otto se cherche, entre conflit de loyauté avec son clan, velléités d’émancipation et idylle secrète avec la belle Livia.

Giacomo découvre que son père fait parti de la mafia. Une de ses têtes dirigeante qui baigne dans toutes sortes de complots et d’affaires criminelles. Alors que ce père est à la fois un héros, effrayant et mystérieux, Giacomo, à peine adolescent, fait la connaissance de ce milieu. Un héritier qui se doit d’être formé, éduqué selon les lois du clan. Rackets, agressions, son quotidien devient une suite de violence, de soumission, à laquelle il n’adhère pas tant que ça.
Sa vie se délite. Sa mère sombre. Son avenir est tout tracé. Son adolescence ne lui appartient plus. Un impayé et un tabassage à mort plus tard, Giacomo est reconnu coupable. N’étant pas encore mineur, un juge consciencieux de l’univers dans lequel évolue Giacomo, lui offre une chance de se reconstruire ailleurs sous une nouvelle identité, loin de sa mère, loin des siens, loin du clan.

 

Déstabilisé par ce ce nouveau cadre, ces femmes investies et son nouveau collège, Otto a du mal à s’adapter. Une inaction qui le rend mal à l’aise. La suspicion, le mal être, il est difficile pour lui de se défaire des liens du sang, du clan. Comme si tout cela n’était qu’une illusion et que cette beauté allait devenir son point faible. Et puis il rencontre la belle Livia. Rayonnante, atypique, amoureuse de la nature et des mots qui s’envolent vers les nuages. Sa douceur, sa gentillesse, son aura le séduisent en un claquement de doigt. Peut-être qu’il a droit lui aussi à sa part d’amour et de bonheur ? Si le clan ne lui met pas la main dessus.

Cette fille me souriait comme si on s’était déjà connus et qu’elle était contente de me retrouver. Tout son être irradiait et je l’ai laissée m’inonder de sa lumière. Je me suis demandé si c’était ça, un instant de grâce.

Catherine Dabadie signe un roman ado bouleversant. Elle aborde le thème des liens familiaux avec perte et fracas Le courage et la force contribuent au détachement de liens consolidés de générations en générations. L’amour, renfort improbable dans ce monde de brutes, adoucit ce monde de violences et lois d’un autre siècle. Héros moderne catapulté dans un monde dérivant où son libre arbitre est confronté aux règles séculaires. Une plume acérée aux mots justes et à l’intonation parfaite résonnent avec clarté. Douloureux et passionnant, MAUVAIS SANG, captive.

 

Une chronique de #Esméralda

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s