SULLIVAN, une romance de Jacinthe Canet.


Il est prêt à tout pour retrouver l’inspiration… sauf l’aimer.
Mickaël Sullivan se suffit à lui-même : artiste-peintre prodige, réputé pour son armure de dédain et son aura de supériorité, il a toujours fait cavalier seul.
Jusqu’à ce que sa muse l’abandonne.
Incapable de créer depuis des mois, son génie le fuit …
Malia O’Brian a déjà prévu son avenir : ses plans ne devaient pas la conduire auprès de Sullivan.
La raison, la logique, la sagesse… tout la pousse à s’éloigner de son maître de stage. L’insolente étudiante, à l’instar d’un papillon de nuit, s’approche de lui au risque de s’y brûler les ailes…
Entre provocation et sensualité, il désaxe son univers tandis qu’elle chamboule ses convictions.
De la passion à la destruction, il n’y a qu’un pas : qui le franchira en premier ?

Sullivan est l’artiste du moment. Sa renommée a conquis le monde. Déniché par un agent artistique de New-York, son talent est, depuis, admiré de tous. Sullivan peint comme il respire. Inné, son pinceau parcourt la toile, tel le prolongement de son corps et de son esprit. Mais depuis quelques mois l’inspiration n’est plus présente. Une inquiétude ravageuse qui le met hors de lui. Se sentant perdu sans son talent, il devient de plus en plus taciturne. Plongé dans son marasme, il se croit perdu.
Alors que son agent lui rappelle la session des cours qu’il donnera cet été, il se doit de choisir les heureux candidats. C’est ainsi qu’il tombe sur le book d’une certaine Malia. Entre admiration et subjugation, Sullivan a hâte de rencontrer cette artiste.

 

Malia ne s’est jamais considérée étant une artiste de talent, au grand désarroi de sa mère. La peinture, le dessin sont avant tout une passion. Il lui est bien difficile de concevoir de gagner sa vie en peignant. Suivant les conseils de sa mère et surtout pour lui faire plaisir, elle décide d’envoyer son book dans le but de participer à ce stage dirigé par Sullivan. Lorsqu’elle reçoit l’appel lui confirmant son inscription pour le stage, elle tombe dénue. Elle avait planifié ses vacances d’été avant de reprendre les cours. Déstabilisée par cette annonce, elle ne sait pas trop sur quel pied danser mais cela ne l’empêchera pas d’y assister. Malia a l’art et la manière de se faire remarquer et pour son premier jour de stage, cela n’échappe pas à la règle.  Arrivée en retard, rouge de honte, Sullivan la met directement mal à l’aise. Ainsi débute leur curieuse relation conflictuelle. Il faut dire que leur attirance mutuelle y est sans doute pour quelque chose et lorsque deux caractères bien trempés se frottent il ne peut qu’en jaillir des étincelles.

 

Jacinthe Canet signe à nouveau une romance tonitruante comme elle sait s’y bien les écrire. Une première partie est consacrée à la présentation des personnages principaux et secondaires, notamment le meilleur ami de Malia, Simon. Elle plante le décor qui se veut résolument artistique. J’y ai retrouvé toute l’atmosphère : peinture, toile blanche, tableau, concentration, technicité, odeur, texture. Un univers sublime et très bien argumenté. Et puis au fil des pages, l’amour (un peu vache) s’installe, les émotions grandissantes s’emparent des personnages qui résolument sont dingues (l’un de l’autre) mais avec lesquelles ils ont beaucoup de mal. Jusqu’à ce moment fatal où tout s’écroule. La seconde partie se déroule 7 ans plus tard où tout sera mis sur table pour le pire ou le meilleur.

 

Jacinthe Canet a le don extraordinaire de faire vivre une aventure où les émotions s’intensifient jusqu’à leurs apogées et s’effondrent pour renaître. Elle adore jouer avec l’espace temporel et je ne peux que remarquer que c’est très agréable de ne pas rester figer sur un temps donné (trop court souvent). L’évolution des personnages n’en est que meilleure et très représentative. Cette romance est à la fois douce, imprévisible, tonitruante, douloureuse, passionnante et passionnelle, fulgurante, désarmante et terriblement captivante. Une nouvelle fois je suis tombée sous le charme de la plume de Jacinthe Canet et qu’est-ce que ça fait du bien de se laisser porter par une si belle histoire.

 

Une chronique de #Esméralda

… Lien Kindle

… Le site de Jacinthe Canet

… Mes avis sur d’autres romances de Jacinthe Canet, clique sur les photos pour les découvrir.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s