GRAND PLATINUM, un roman de Anthony van den Bossche.


Louise a fondé une petite agence de communication. Elle est jeune et démarre une brillante carrière, malgré les aléas du métier, liés en particulier à son fantasque et principal client, un célèbre designer , Stan. Elle doit aussi jongler avec les fantasmes déconcertants de son amant, Vincent. Mais elle a autre chose en tête : des carpes. De splendides carpes japonaises, des Koï. Celles que son père, récemment décédé, avait réunies au cours de sa vie, en une improbable collection dispersée dans plusieurs plans d’eau de Paris. Avec son frère, elle doit ainsi assumer un étrange et précieux héritage.

 
De tous les livres de la sélection, c’est celui-ci que je redoutais le plus. Parfois cela se tient à la couverture et à la quatrième de couverture auxquelles je suis très sensible. Je me suis laissée quelques jours, le temps de digérer cette lecture et de voir si quelque chose en immergé. A mon grand désarroi, mon pressentiment s’est avéré être le bon.
Dans mes lectures, j’aime ressentir le tourbillon des émotions celles qui vous font rire, crier, pleurer où qui vous tordent les tripes tout simplement. Si la plume d’Anthony van den Bossche est minutieuse et sans aucun doute talentueuse il m’a manqué cet aspect libérateur, fantasque des sentiments. A mon goût les personnages ne sont pas assez détaillés notamment dans leur psychologie. On s’arrête à ces premières émotions qui effleurent les personnages : le ras bol, l’urgence, l’empressement, l’asociabilité. De grandes lignes qui auraient mérité de plus amples développements. Tout le côté psychologique est mis à l’écart, à mon grand regret. Des personnages secondaires qui font office de plante verte dans ce décor où justement la raison et l’action ont lieu d’être. Le personnage de Stan, victime de l’égoïsme, de la mondialisation et du capitalisme, se laisse déborder au point de péter une durite. Mais en quoi cela sert l’histoire ? Au contraire les vieux amis du père de Louise, Le Maire, Mehdi et Jean, sont peu présents. Une histoire à deux vitesses à laquelle j’ai vraiment eu du mal à m’accrocher. Je n’ai pas su voir la symbolique ni la la moralité. Mais peut-être n’étaient-elles pas présentes ? Et cela m’embête, une histoire pour une histoire ne m’intéresse pas. C’est toujours très difficile d’exposer son avis mitigé. Mais le fait est là, je ressors de cette lecture avec cette impression d’être passée complètement à coté.

 

Je terminerai sur le seul point positif de ma lecture et qui a sauvé les pots cassés. J’ai beaucoup apprécié ces chapitres qui nous plongent dans le passé, relatant les souvenirs d’enfances de Louise et de Vincent, ainsi ceux qui sont à l’origine des carpes Koï qui se promènent dans les plusieurs plan d’eau de Paris.

 

Une histoire où l’amour et l’amitié sont au cœur d’une aventure extravagante.

 

L’avez-vous lu ?

 

Une chronique de #Esméralda

2 réflexions sur “GRAND PLATINUM, un roman de Anthony van den Bossche.

  1. Pingback: Grand Platinum, Anthony van den Bossche – Domi C Lire

  2. Pingback: Grand Platinum – Anthony van den Bossche

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s