KARIBA, une bande dessinée de Daniel et James Clarke.


Un voyage magique sur les rives du Zambèze.
Habitant sur les rives du fleuve Zambèze, Siku est une jeune fille comme les autres, à ceci près qu’elle semble dotée d’étranges pouvoirs qui la lie aux animaux de la région. Elle est sans nouvelle de son père, depuis que celui-ci est parti travailler au grand barrage de Kariba, un chantier colossal qui recrute de la main-d’œuvre dans toute la région. Pour le retrouver, Siku décide de remonter les flots périlleux du Zambèze avec l’aide d’Amedeo, le fils de l’ingénieur en chef de Kariba.
Leur voyage aux sources de ce fleuve légendaire la confrontera à des pirates, des capitalistes, des affabulateurs ou de sombres magiciens. Mais il va également mener Siku au plus près du secret enfoui de ses origines…
Découvert sur Kickstarter, Kariba a été pensé par le collectif « Blue Forest » pour sensibiliser les jeunes populations sur la construction du barrage éponyme et les conséquences du productivisme sur l’environnement et les cultures locales. Une grande aventure teintée de magie, inspirée de la mythologie sud-africaine, pour un cri du cœur en faveur de l’harmonie avec la nature.

Au cœur de l’Afrique australe, sur les rives du Zambèze, Kariba s’élève, ici majestueux. Une puissance attirante et effrayante. L’une ouvre sur le monde du progrès, de la  technologie et du modernisme capitaliste. L’autre abrite cette férocité latente de la perte du territoire, de la destruction des valeurs anciennes, du bannissement de la terre. Une histoire à deux vitesses où une jeune fille prénommée Siku va devenir le symbole du renouveau au travers d’une vieille légende.
Une bande dessinée portée par une jeune héroïne qui emprunte le chemin de sa destinée sans rien connaître d’elle même, de son passé. Une quête initiatique qui lui permettra de se retrouver et de faire corps et accepter ses pouvoirs qu’elle contient depuis de nombreuses années. Rejoint par Amedeo, petit garçon aventurier au cœur pur, ils vont parcourir les rives du Zambèze dans un premier temps pour retrouver le papa de cette dernière porté disparu et puis ensuite pour partir à la quête de son identité.

 


Cette bande dessinée se déroule sur deux plans. Le premier, le réel qui met en évidence le barrage avec ces conséquences désastreuses sur l’environnement et sur les populations voisines du fleuve ; et les bénéfices. Le second est tout autre puisqu’il met en scène une légende mythologique sud-africaine. L’effet est très surprenant et fonctionne à merveille rendant le scénario implacable. Les illustrations sont à la fois douces et parfois douloureuses. Les couleurs sont magnifiques.

 

KARIBA m’a séduite dès les premières pages me portant au cœur d’un univers que je ne connaissais pas. Les auteurs traitent des sujets essentiels avec une belle bienveillance et d’une honnêteté sans faille. Loin des discours politiques, cette bande dessinée éveille les consciences.

 

Une merveille à découvrir.

 

Une chronique de #Esméralda

2 réflexions sur “KARIBA, une bande dessinée de Daniel et James Clarke.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s