Les femmes n’ont pas d’histoire d’Amy Jo Burns

Littérature Nord-Américaine – Roman sorti le 18 février 2021
Editions Sonatine

Ma note : 4/5 mention « à découvrir »


Résumé : Un récit d’émancipation vibrant de beauté et de rage.
Dans cette région désolée des Appalaches que l’on appelle la Rust Belt, la vie ressemble à une damnation. C’est un pays d’hommes déchus où l’alcool de contrebande et la religion font la loi, où les femmes n’ont pas d’histoire. Élevée dans l’ombre de son père, un prêcheur charismatique, Wren, comme sa mère avant elle, semble suivre un destin tout tracé. Jusqu’au jour où un accident lui donne l’occasion de reprendre sa vie en main.

Ce premier roman inoubliable, qui dépeint la lutte de deux générations de femmes pour devenir elles-mêmes dans un pays en pleine désolation, annonce la naissance d’une auteure au talent époustouflant.


L’avis de #Lilie : Voilà un roman à côté duquel je serai passée si les éditions Sonatine n’avaient pas proposé un partenariat avec le Picabo River Book Club ! En effet, même si je m’ouvre à la littérature Nord-Américaine depuis quelques mois maintenant, je n’ai pas encore le réflexe de guetter toutes les sorties… Néanmoins, je me suis notée le nom de l’autrice car sa plume m’a bouleversée et je compte bien continuer à la lire.

Nous faisons ici connaissance avec Wren, une jeune fille qui vit dans les Appalaches avec sa mère, Ruby, et son père, Briar. Très isolés, ils ont peu d’interaction sociale et vivent reclus, à l’abri du regard des gens. Seule Ivy, la meilleure amie de Ruby, leur rend régulièrement visite avec ses trois fils. Pourtant, le jour où Ivy a un accident, tout va basculer et Wren va voir sa vie changer du tout au tout.

Au départ, j’ai eu un peu de mal à cerner Wren. Amoureuse de ses montagnes, effrontée, elle a soif de liberté et de rencontre. Elle va d’ailleurs en vivre une troublante avec Caleb, un jeune homme vivant en foyer qui va la bouleverser mais aussi, d’une certaine manière, lui ouvrir les yeux. Ruby et Ivy, elles aussi, avaient des rêves plein la tête quand elles étaient plus jeunes. Malheureusement, la vie en a décidé autrement et les voilà maintenant dans ces montagnes, dont elles voulaient tant s’éloigner, à s’embourber dans une vie qui ne leur ressemble pas du tout. Briar, le père de Wren, est un homme mystique, taiseux et qui, à part avec ses serpents, a bien du mal à communiquer. Ayant survécu à la foudre, il est devenu manipulateur de serpents et un homme de Dieu. Très mystérieux, on le découvre, en partie, au fil des pages mais pour moi, c’est un personnage sombre, qui ne m’inspire aucune confiance. Enfin, il y a Flynn, un moonshiner de la montagne qui, lui aussi, va se révéler comme un personnage important de l’histoire. Homme de cœur et de parole, il va connaître son lot d’épreuves qui vont l’endurcir mais qui ne le feront pas dévier de sa ligne de conduite.

Ce roman est une jolie découverte. Sa construction en quatre temps est assez originale. Au départ, on découvre Wren, sa famille et l’accident qui va tout changer. Dans un second temps, on en apprend plus sur Flynn puis, dans une troisième partie, sur Ruby et Ivy. Enfin, on revient au présent et on découvre le dénouement de cette histoire. Un peu perdue au départ, je me suis vite laissée happer par l’atmosphère sombre des Appalaches et par les mystères qui entouraient les différents personnages. La plume de l’autrice est très visuelle et nous embarque totalement dans son intrigue. On tremble, on espère et on pleure avec eux et même si j’ai ressenti quelques longueurs, c’est une lecture assez addictive et une belle histoire de femmes. En effet, elles sont au centre de l’intrigue et l’autrice dénonce la mise en avant perpétuelle des hommes au détriment des femmes qui sont toujours des épouses, des sœurs ou des filles de. En bref, un beau roman écrit par une femme pour rendre hommage aux femmes.

Pour conclure, « les femmes n’ont pas d’histoire » est une très belle découverte. C’est un roman qui ne laissera personne indifférent mais qui ne plaira sûrement pas à tout le monde. Personnellement, je me suis laissée entraîner en plein cœur de la montagne et ait découvert des héroïnes fortes, avec de la suite dans les idées et une réelle volonté d’avancer.

Retrouvez ce roman sur le site des éditions Sonatine

received_257092058249322

3 réflexions sur “Les femmes n’ont pas d’histoire d’Amy Jo Burns

  1. Ce roman a l’air d’être une jolie découverte 🙂 en tout cas, je trouve l’idée intéressante, et l’histoire a vraiment l’air prenante. Si je le trouve, je me laisserai sans doute tenter.
    Merci pour cette découverte que je ne connaissais pas 🙂

    J'aime

  2. Pingback: Les femmes n’ont pas d’histoire, Amy Jo Burns – Pamolico – critiques romans, cinéma, séries

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s