DANSE AVEC LA FOUDRE, un roman de Jérémy Bracone.


Figuette est ouvrier et père célibataire de la petite Zoé depuis que sa femme, Moïra, imprévisible et passionnée, a fugué. L’été arrive et l’usine qui l’emploie menace de fermer, il n’aura pas les moyens d’emmener sa fille en vacances comme il l’avait promis.
Pour séduire Moïra, il avait été capable des plus belles folies. Pour la reconquérir et ne pas décevoir sa fille, il va aller encore plus  loin.
Entre drame et comédie, solidarité ouvrière et passion amoureuse, Danse avec la foudre est un premier roman poétique et révolté.

Voici un roman qui dégage ce quelque chose d’immersif et de passionnant. Une aura où sensibilité et réalité s’acoquinent dans ce dédale d’espoir et de faux semblant.
Moïra est partie comme ça, en un claquement de doigt plus rien. Pourtant cela couvé depuis des mois et des mois. L’irrésistible attraction de la vie, appât indéniable de la liberté, de la folie. Zoé a perdu sa maman, seul le téléphone, miroir fantasque d’un amour toujours présent.
Figuette a toujours connu la cité et l’usine. La petite Italie est sont territoire, le café sa maison. L’enfance, l’adolescence et sa vie d’adulte se déroulent sur ce tapis usé par ces vies travailleuses. Les copains et la copine qui deviendra sa femme et puis la routine, l’impuissance d’une vie meilleure, celle courbaturée par le travail à la chaîne, l’insécurité, les lendemains sans lendemain. Figuette n’est ni un mari ni un père extraordinaire. Il fait comme il peut, même si la fuite vers le café est l’ultime facilité. Et voilà qu’il se trouve seul avec cette fille qui va apprendre à connaître et à aimer davantage. La faire rêver malgré sa promesse de vacances est devenu son ultime but.

 

Jérémy Bracone est un grand orateur et faiseur d’histoire. Un roman qui dépeint avec cette facilité les drames et le moments inoubliables. Roman sociétal, roman usiné à la force de ces personnages pris dans les filets d’une vie usante où l’avenir n’a le goût que de l’amertume. Un roman où l’espoir se construit à la force des mains et des bras. Un roman aussi noir qu’une cave peut receler tout un trésor d’imagination. Un roman qui transporte, qui fait bondir le cœur. Un homme, une femme, une enfant embrigadés dans le tourbillon inévitable de ces destins prédestinés.

 

Jérémy Bracone façonne une réalité emprunte par sa poésie à la fois grave, méticuleuse et surtout bienveillante. Qu’il est bon de se laisser porter par se mots et d’en mesurer toute leur importance. Qu’il est bien de s’attacher à cette innocence pure et insouciante d’un monde sans crainte. Qu’il est fier celui qui ressortira de cette épreuve transformer.

 

Un roman qui m’a littéralement transportée. Pas de coup de foudre, mais un moment magique et inoubliable au côté de Figuette et de Zoé. J’ai beaucoup apprécié, l’immersion dans cette vie faite de tout et de rien. Une ambiance à la fois morose et qui d’un seul coup peut se révéler majestueuse, magique. Des personnages si proches de la réalité. Loin de la caricature, Jérémy Bracone à su me séduire avec une histoire touchante et bouleversante.

 

Une chronique de #Esméralda

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s