MON VOISIN EST UN OURS (UN POIL AGAÇANT), une comédie romantique de Mily Black et de Déborah Guérand.

COMÉDIE ROMANTIQUE

ÉDITIONS HARLEQUIN

COLLECTION &H


Quoi de plus excitant pour une esthéticienne que d’avoir un ours comme voisin ?

Une carrure de rugbyman professionnel, un regard de prédateur grognon et une aura virile : pas de doute, Timothy, le nouveau voisin d’Annabelle, a tout d’un ours. N’importe quelle personne saine d’esprit (et douée d’un instinct de survie) resterait discrète et éviterait à tout prix de le contrarier… Sauf qu’Annabelle est plutôt du genre à foncer dans le tas et, dès leur première rencontre, elle n’a pas pu s’empêcher de le provoquer. Si elle a quitté Paris et son taré de petit ami, ce n’est pas pour se laisser impressionner par le premier homme venu ! Et, même si l’ambiance avec Timothy est déjà électrique, elle ne rate pas une occasion de le pousser à bout. Mais, quand elle découvre que derrière cette façade se cache un père célibataire tout à fait charmant et aussi perdu qu’elle, elle se dit qu’ils ont peut-être plus en commun que leur sale caractère…

Ma note : 4,5/5 mention « à croquer »

368 pages

Disponible en numérique

Nouveauté 2021


MON AVIS

Annabelle a tout quitté du jour au lendemain. Exit Paris et les mauvais souvenirs, direction Saint-Malo où une nouvelle vie l’attend. Sa solitude la pèse et le lourd secret qu’elle a laissé à Paris l’est tout autant. Grâce à une amie parisienne, elle tient un salon d’esthétisme. Sa clientèle, féminine et masculine, la sort rapidement de son marasme. Sa nouvelle amie rencontrée au restaurant du coin lui permet de sortir. Annabelle est une gentille fille qui ne se laisse pas toutefois marcher sur les pieds. Sa mauvaise expérience avec son ex manipulateur lui cause encore des sueurs froides. Elle se méfie des hommes. Un point c’est tout ! Sa solitude et sa tristesse sont pesantes, mais elle se sent ici en sécurité. Malgré la confession faite auprès de sa sœur, celle ci ne l’a malheureusement pas cru et il est hors de question de mettre ses parents dans la confidence. Sa sœur et son futur beau-frère côtoient toujours l’ex indésirable, et lorsque cette dernière lui annonce avec fanfare qu’ils vont se marier dans quelques mois et qu’elle sera le témoin de sa sœur avec l’autre c’est la goutte qui fait déborder le vase. L’angoisse surgit et l’emprisonne dans ses vieux souvenirs où la cruauté était bien trop présente. Quel bazar ! Et sans compter sur son voisin qui a un sérieux grain et un mauvais caractère ronchon. Leur rencontre est épique au fin fond d’une cave dans le noir total. Son voisin n’est rien d’autre que son nouveau propriétaire. Une étrange relation naît entre eux. Entre attraction improbable et pas franchement visible et une peur insidieuse. Mais très vite à force de rencontres fortuites et grâce à une aide providentielle, les choses pourraient bien changer.

 

Mily Black et Déborah Guérand signent un quatre main franchement rafraîchissant. Une comédie romantique comme je les aime, où je n’ai pu m’empêcher de rire. Outre ce côté léger, les auteures traitent d’un sujet gravissime, la violence conjugale. Ni pathétique, ni cruel, les auteures ont décidé de mettre une sacrée raclée à ce mal de notre société. Le personnage d’Annabelle est une véritable guerrière qui a su se délivrer de ses chaînes et qui a pu ensuite se reconstruire malgré les blessures profondes. Sa route est pavée de nombreux soucis et elle va trouver le soutien auprès d’une personne qu’elle n’aurait jamais soupçonné. Malgré eux et leurs caractères respectifs, ils ont de nombreux points communs. Ce gros nounours est si attachant, si attendrissant. Qui ne révérait pas de le prendre dans ses bras. Sous ses airs bourrus, baraqués et imposants se cache un homme au cœur en or.

 

Cette comédie romantique est juste un bijoux. Les sentiments des personnages sont si réels, leurs préoccupations si prenantes et leur relation si extraordinaire que j’ai vite été accaparée. Deux plumes hypers addictives qui savent retranscrire les émotions avec force et puissance. Un sujet sensible porté par des personnages si mignons transportés par cette force indescriptible que les victimes puisent au fond d’eux. Une comédie qui a su me faire rire et sourire. Un agréable moment en compagnie d’Annabelle et de Tim.

 

UNE CHRONIQUE DE #ESMERALDA

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s