INDICE DES FEUX, un recueil de nouvelles de Antoine Desjardins.

FICTIONS

Éditions La Peuplade

#68premièresfois


Soumise à la frénésie incendiaire du XXIe siècle, l’humanité voit sa relation au monde déséquilibrée et assiste avec impuissance à l’irréversible transformation de son environnement. Explorant cette détresse existentielle à travers sept fictions compatissantes, Antoine Desjardins interroge nos paysages intérieurs profonds et agités. Comment la disparition des baleines noires affecte-t-elle la vie amoureuse d’un couple ?
Ma note : 4.5/5 mention « à découvrir absolument »
360 pages
Nouveauté 2021
Disponible en broché
Que racontent les gouttes de pluie frappant à la fenêtre d’un adolescent prisonnier de son lit d’hôpital ? Et, plus indispensable encore, comment perpétuer l’espoir et le sens de l’émerveillement chez les enfants de la crise écologique ? Autant de questions, parmi d’autres, que ce texte illustre avec nuance et tendresse, sans complaisance ni moralisme. Indice des feux peint les incertitudes d’un avenir où tout est encore à jouer.

MON AVIS

Oracle, magicien, hypnotiseur, troubadour, serait-il tout cela ? Antoine Desjardins, québécois, avec l’accent et tout et tout !, nous livre un tableau apocalyptique d’un monde qui se délite, se métamorphose. Entre mythe, légende, réalité, ces sept nouvelles ouvrent une porte sur l’infini abyssale entre notre monde et ce futur alambiqué où la noirceur se faufile à la vitesse grand V. Indice des feux est la réponse exponentielle à nos plus grandes peurs, inquiétudes. Antoine Desjardins aime décortiquer ces sentiments puissants et paralysants, sans filtre et avec cette force cataclysmique qui soulève le cœur.

 

L’eau, la terre, le feu, le vent, les êtres vivants se conjuguent au pluriel et œuvrent pour ces précieuses histoires. A la fois puissant, nauséabond, intrigant, cruel, affligeant, ironique, précieux, Antoine Desjardins nous coupe le souffle jusqu’à cette asphyxie spectaculaire. Un recueil qui m’a captivée dès les premières lignes. Même les expressions québécoises et cette manière de parler m’ont séduite, telle une douce mélopée envoûtante. Une verbe particulière voguant entre le mystique et la réalité offrant ce moment intime où la réflexion prend le dessus. Car le réel prend le dessus sur la fiction. Il interroge le lecteur : l’environnement, la maladie, la mort, le futur, le présent, tout s’imbrique et tisse sa toile mortelle.

 

Un recueil superbe, extraordinaire et d’une justesse époustouflante. Une recueil qui vous poussera dans vos retranchements, vous donnera parfois des maux de cœur, vous titillera au rythme de ces mots, tout simplement, superbes !

 

A BOIRE DEBOUT
Sa vie lui file entre les doigts. La maladie, fougueuse, ne lui laissera aucune chance. Corps emprisonné dans ce lit qui devient au fil des jours, ce bateau extraordinaire qui le portera ailleurs où ses mots seront à la hauteur de ses maux.

 

COUPLET
Ils attendent dans les prochains mois un heureux événement. Les journées défilent et l’angoisse s’installe sournoisement. Quel monde offriront-ils ?

 

ÉTRANGER
Un homme saoul et complètement largué tend à se remettre sur les rails et reconquérir tout ce qu’il a perdu. Sa femme, sa maison, sa vie merveilleuse.

 

FEUX DOUX (ma préférée)
Le petit dernier de la fratrie est un génie. Toute sa vie il a fait ce qu’on attendait de lui : études dans les grandes écoles, prédestiné à devenir une personne influençant notre monde. Un sauveur ! Il n’a jamais rien dit suivant le chemin qu’on lui traçait. Puis peu à peu il va se délivrer de ces chaînes invisibles et va découvrir le monde, qui il est. Et si au bout du chemin, il découvrait enfin le vrai bonheur que pensera sa famille ?

 

FINS DU MONDE
Petit garçon, il n’avait pas le droit d’aller là-bas. Zone interdite sous peine de subir le courroux de sa mère. Puis un jour, celui où il n’aura plus peur et pousser par une bande de gamins ingrats, il franchira la limite et découvrira un monde où tout devient possible mais où la moindre faute prise sera la fin de tout.

 

GÉNÉRALE
A Saint-Édouard-de-Napierville, Chez Angèle les oiseaux sont les rois de son domaine. Alors qu’ils ont disparu sans aucune explication tangible, c’est la panique à bord.

 

ULMUS AMERICANA
C’est l’histoire d’un orme qui se sent étrangement seul jusqu’au jour où un homme apparaît.

 

 

UNE CHRONIQUE DE #ESMÉRALDA

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s