NOS SENS CACHÉS, une romance de Estelle Every.

ROMANCE CONTEMPORAINE

Littérature indépendante

Tome 2/2


« La proposition qu’il n’aurait jamais dû faire… »
Conor, riche héritier du clan McLane, fait une proposition indécente à sa belle-sœur Julia : être mère porteuse de l’enfant qu’il n’a pas pu avoir avec Swann, sa femme tragiquement décédée.
Un simple contrat dans lequel les deux parties trouveront leur compte, en théorie…
 

Mais une découverte vient faire voler en éclats toutes les certitudes de Conor… Swann était-elle vraiment celle qu’il pensait avoir épousé ? Comment continuer à chérir une femme qui lui a menti sur toute la ligne ? Surtout quand l’attirance qu’il éprouve envers Julia grandit de jour en jour…
À trop vouloir défier la mort, Conor pourrait bien être perdant, à moins que la vie ne lui offre l’amour en guise de dédommagement ?
Ce roman est le tome miroir de Nos Sens Interdits. Les deux romans peuvent être lus séparément.

Ma note : 4/5
369 pages
Nouveauté 2021
Disponible en numérique et broché


MON AVIS

Quand à la fin de Nos sens interdits est annoncé que le point de vue de Conor serait l’objet d’un second tome, j’ai vu rouge. Pour ne pas dire que j’étais frustrée. Je râle souvent quand le point de vue masculin est banni dans les romances. J’aime lire les deux perspectives en même temps, cela me donne en général un point de vue plus global avec tous les tenants et les aboutissants. J’en ai voulu énormément à Estelle Every mais pas longtemps.

 

En ouvrant Nos sens cachés, je me suis dit bon « okay c’est parti pour relire la même histoire mais d’un point de vue différent ». L’emballement n’était pas au rendez-vous ! Maintenant que j’ai fini de me plaindre, je vais vous parler de cette incroyable surprise.

 

Dans un premier temps j’ai eu l’impression de ne pas connaître du tout l’histoire de Conor et Julia. Malgré quelques échos du précédent tome, j’ai entièrement re-découvert l’histoire de Conor. Un homme taciturne, empêtré dans ses sentiments et ses émotions. S’épancher n’est pas son genre, seulement auprès de son jeune frère Lachlan. Conor est totalement perdu à la suite de la mort tragique de sa femme qu’il plaçait sur un piédestal. Elle était tout pour lui, son monde, sa reine, sa femme. Malgré une vie commune atypique, Conor était un homme épanoui (selon ces points de comparaison et de sa satisfaction générale). Seul ombre au tableau l’absence d’un enfant qu’ils tentaient de contrer grâce à la médecine.

 

Alors quand la gynécologue lui affirme avoir trois embryons en parfait état alors que sa femme vient tout juste d’être mise en terre, c’est la goutte qui fait déborder le vase d’où surgit une idée aussi grandiose que grotesque. Demander à sa belle-sœur d’être mère porteuse. Chercher l’erreur ! Contre toute attente Julia accepte, ainsi débute une histoire complexe.

 

Conor n’est pas franchement le type qui va déblatérer pendant des heures sur son humeur. Faut jouer au devinette tant son impassibilité peut être agaçante et efficace. Sous son air bourru se trouve un mec pas très bien dans ses baskets et qui flippe. Entre l’envie d’être père et d’espérer un quelque chose avec Julia, il a de quoi être surmener. Dire et faire n’importe quoi, il devient le champion de la couardise. Heureusement il se rend compte de ses maladresses et se remet en question. Les semaines s’écoulent et l’inévitable attirance s’installe, le rendant tout simplement dingue.

 

Aimer sa belle-sœur et devenir père d’un enfant déjà orphelin, le monde de Conor ne semble pas tourner rond ?

 

Nos sens cachés est une romance totalement réussi. Elle complète à merveille le premier tome (même s’ils peuvent se lire séparément). J’ai redécouvert cette histoire sous un autre angle et j’en suis sortie totalement conquise. D’un personnage totalement impénétrable, Conor va s’épanouir et réussir à trouver les bons mots sur ses propres problèmes notamment ceux qu’il avait avec sa défunte femme. Cette incroyable aventure aussi immorale qu’elle soit, nous offre un aparté sensible où la démesure dépasse l’entendant et où les sentiments viennent ébranler une conviction égoïste.

 

Une lecture qui était au départ loin de me satisfaire, mais Estelle Every a su tirer le meilleur de son personnage masculin pour nous présente son histoire sous un autre aspect. Elle m’a conquise !

 

Une chronique de #Esméralda

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s