THE BLACK KIDS, un roman ado de Christina Hammonds Reed.

LITTÉRATURE JEUNESSE

Éditions Slalom

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Rosalind Elland-Goldsmith

Un roman engagé et universel.
1992, Los Angeles s’embrase. Des policiers viennent d’être acquittés alors qu’ils ont passé à tabac Rodney King, un homme noir. Ashley, 17 ans, se pensait jusqu’ici hors d’atteinte. Fille d’une famille aisée, fréquentant un lycée huppé, elle ne s’est jamais sentie victime d’injustices ou de discriminations raciale… Ou peut-être que si ?

Une histoire d’amour naissante, des secrets dévoilés et une atmosphère de fin du monde lui ouvrent les yeux : elle, qui a toujours oscillé entre communauté noire et blanche, réalise qu’elle peut trouver sa place, sans avoir à choisir un camp.

 

 

Ma note : 4/5
Nouveauté 2021
416 pages
Disponible en numérique et broché

 

 


MON AVIS

THE BLACK KIDS est une agréable surprise. Sans aucune raison, je pensais que le roman mettrait en exergue les émeutes de 1992 à Los Angeles. Mais ce n’est absolument pas le cas. Elles servent de décor et, surtout, elles sont le déclencheur de la quête identitaire de Ashley.

 

Ashey a toujours vécu dans le confort des quartiers huppés de Los Angeles. Son père et sa mère ont tous les deux réussi leurs parcours professionnels assurant ainsi à leurs deux filles une vie confortable loin des ghettos. Lycéenne studieuse, engagée auprès d’associations, Ashley n’a jamais vécu par rapport à sa couleur de peau jusqu’à présent. Elle n’a jamais perçu les signes pouvant évoquer le racisme ou la discrimination. Pourtant ils sont là, au détour de remarques et de gestes inappropriés de la part de ses copines « blanches ».

 

Il aura fallu le départ de sa grande sœur et les émeutes pour qu’elle se pose la question au sujet de la couleur de sa peau. Les quartiers sordides, les fins de mois rudes, le chômage, la discrimination, les regards sont un territoire inconnu. Être issue de la communauté noire est un concept abstrait pour elle. Elle ne renie pas son origine mais elle ignore les conséquences souvent épouvantables qu’elles engendrent sur des millions de vie.

 

Ashley observe, se questionne et surtout tente de mettre ses mots sur ses réflexions et ses analyses. La question raciale est au cœur de son débat intérieur. La découverte de ce monde l’effraye autant qui l’attire. Elle hésite beaucoup, ignore les signes mais sa réflexion l’emmène vers un juste milieu conciliant l’acceptation de la différence et la tolérance.

 

Un roman sensible qui m’a plongé dans les méandres de la question raciale. Un roman puissant délivrant un message de tolérance. Un roman sur la transition vers l’âge adulte. Un roman crucialement essentiel porté par une plume efficace et qui ne tremble guère devant le sujet. Elle évoque les émotions de son personnage avec conviction et force faisant passer ses messages avec douceur et amour.

 

Elle parle d’une génération entre-deux qui soit tend à renier son origine culturelle et communautaire, soir se bat pour leurs droits et leurs libertés pour une égalité sans discrimination.

 

Ashley n’est pas une héroïne commune mais une simple adolescente prise dans les feux des révélations.

 

Un roman que je vous recommande chaudement qui se termine sur un dossier documentaire bienvenu.