IDYLLE AMERICAINE 2/2 : Dis-moi que tu m’aimes de Iris Hellen.


Lorsqu’elle a décidé de rejoindre sa meilleure amie dans le Mississippi, Phoebe s’attendait à beaucoup de choses… Mais rencontrer un spécimen local sarcastique et irritant nommé Jason, ça, elle ne s’y attendait pas ! Comment peut-on être aussi borné et désagréable ? Mystère. Le pire, c’est qu’avec ses magnifiques yeux gris et ses larges épaules, Jason est tout à fait charmant… dès lors qu’il ferme la bouche. Reste plus qu’à trouver une façon de le faire taire. Et, pour ça, Phoebe a une ou deux idées…

Dans son nouveau roman, Iris Hellen te transporte sur le continent où les rêves deviennent réalité (mmm enfin ça reste à voir !). Au fin fond du Mississippi, sous un soleil de plomb et auprès d’autochtones à l’accent du Sud bien prononcé, les spécimens mâles chaussés de santiags ont la peau dure, des aprioris bien ancrés et une partie de leur anatomie bien accrochée !
Quand la tornade Phoebe débarque en ville pour retrouver sa meilleure amie, elle ne tarde pas à faire de émules.

 

Phoebe est la femme typique bon genre bon chic à la parisienne. Elle n’est pas née avec une cuillère d’argent dans la bouche, c’est pourquoi elle s’est donnée tous les moyens pour obtenir son diplôme dans la finance et devenir une femme extravertie loin de tous préjugés. Phoebe est une romantique, une fleur bleue dans l’âme et le prince charmant elle y croit encore malgré le coup dur et bas qu’elle a pris en découvrant son compagnon dans les bras d’une autre. Phoebe est une femme extraordinaire qui a su surmonter les aléas de l’adolescence en compagnie de sa meilleure amie américaine expatriée. Une amitié forte et sincère qui a surmonté l’épreuve de l’éloignement lorsque cette dernière a du retourner dans sa ville natale. Phoebe est une mignonne gaffeuse dont les mots sortent bien trop vite. Tourner trois fois sa langue dans sa bouche… non ce n’est pas trop son truc, enfin pour autre chose, oui. Car Phoebe secrètement est une coquine qui ne demande qu’à trouver l’homme adéquat pour s’épanouir telle une fleur au soleil (qu’est ce que c’est beau 🙂  ). Phoebe est un aimant à problème très craquante. Ses convictions, elle les porte à bout de bras avec tout le sens de l’honneur dont elle peut faire preuve. Phoebe est à l’image d’une femme moderne, indépendante et ambitieuse. Phoebe est joyeuse et croque la vie à 1000 km/h. Elle a ce petit côté désarmant, provoqué par son apparence loin d’être en adéquation avec son état d’esprit. Phoebe est extrêmement touchante et attachante. Je l’adore ! Elle est très humaine et empathique. Elle a ce côté naïve doublée d’une très forte personnalité. Ça donne des scènes scandaleusement euphorisantes surtout que l’homme qui donne la répartie n’est pas en reste.
Lui, c’est Jason. Le cowboy super sexy mais ce dernier a un sacré sale caractère et une fierté mal placée. Jason a reprit le bar de son père et a développé l’affaire, au point d’en faire le rendez-vous incontournable de la scène musicale country. Jason est avant tout un passionné fervent de ce style. Jason est droit dans ses bottes et sa vie n’a pas été un long fleuve tranquille. On ne lui a jamais connu une vraie relation amoureuse. C’est un homme sans attache qui prend du bon temps quand il le souhaite. Son cadre de vie est assez stricte. Il s’impose sur son lieu de travail avec des idées provocantes dans cet état du Sud conservateur et où le Klux Klux Klan est toujours d’actualité. Une de ces règles primordiales : les armes à feu sont bannis de son club. Les soirées dans son bar sont toujours bon enfant, sans haine et sans colère. Les bikers qui le fréquentent assidument ne démordent pas à leur engagement en foulant le sol du bar. Jason est une homme très déterminé, sympathique et très débrouillard. Un homme à la hauteur des espérances de Phoebe qui va lui mener la vie très dure. Si tout débute au cours d’une partie d’échec où Jason va s’excuser de son accueil malpoli, cette relation va connaître de nombreuses montagnes russes et looping en tout genre pour se finir sous le son mélodieux de la country.

 

 
C’est un nouveau sans faute pour Iris Hellen ! Mon Dieu qu’est ce que j’ai adoré cette histoire. Maintenant quand j’entendrais le mot Mississippi je penserais à Jason et Phoebe et non à Tom Sawers ! C’est une histoire d’amour comme je les aime : des quiproquos, des retournements de situations, des scènes croustillantes, des engueulades, de la passion, de l’amour, de la tendresse, du romantisme, des scènes hilarantes et surtout portés par des personnages loin d’être fades. Ce livre est un condensé d’émotions à l’état brut, pas de chichi ! Mais DIS-MOI QUE TU M’AIMES, n’est pas que ça : l’amitié à une place importante et l’entre aide également. Je pense notamment à cette sacré mamie qui va secouer Phoebe. Iris Hellen a à cœur de parler des femmes dans le monde du travail, notamment dans celui de la finance. Elle explore également le racisme dans un état où la population noire n’a pas tout à fait sa place. Et puis elle met un point d’honneur à mettre à bat les préjugés.

 

C’est une très belle histoire d’amour, en tout cas celle ci restera dans mon cœur de passionnée pendant un moment. A chaque page tournée, une vague d’émotions m’a surprise.
 

 

Quand la Parisienne rencontre le Cowboy, ça décoiffe carrément !
 
Une chronique de #Esméralda

IDYLLE AMERICAINE 1/2 : Passion à Hollywood de Natacha J. Collins.


Bridget n’en revient pas : elle va assister au tournage d’un blockbuster ! Car la star dont elle est l’assistante vient de décrocher un rôle pour un long-métrage très attendu. À elle Hollywood et les acteurs sexy ! Comme le beau Craig Anders, héros du film, qui ne la quitte pas des yeux… Non ! Elle s’est promis de ne pas refaire la même erreur qu’avec son ex, un comédien manipulateur. Et le fait que Craig soit logé dans le même immeuble qu’elle ne doit pas la détourner de ses bonnes résolutions…

Bridget adore son travail. Même si il est chronophage et  hallucinant. Être l’assistance de la star montante du petit écran est juste fabuleux. Sa patronne, Nerea, ne déroge pas à la règle : un brin excentrique et égoïste, ses désirs sont ses ordres et Bridget doit s’y plier.
Mais Bridget sait que les apparences sont trompeuses dans ce milieu et connait la femme sans les paillettes. Et quand les temps sont durs, elle peut compter sur l’indomptable Becky, coiffeuse officielle de la star, et boutentrain de la troupe pour rire aux éclats.

 

Nerea a obtenu son premier rôle au cinéma. C’est une immense joie pour toute l’équipe et l’euphorie est à son apogée lorsque le prétendu rôle masculin se débine et laisse la place à Craig Anders, le chouchou de Bridget. Mais leur rencontre a tout du scénario comique. Entre méfiance et jalousie, Bridget et Graig marchent sur des œufs. Pas sûr que leur histoire soit féerique !

 

Je connais Natacha J. Collins pour ses romances historiques dont je raffole. Je la découvre pour la première fois dans ce registre. Elle nous offre une romance légère et pimpante. Des chapitres courts qui vont à l’essentiel. Des personnages à la fois détestables et attachants. Une histoire captivante et prenante. Une romance où la passion et la jalousie se côtoient, donnant une intrigue haletante. J’ai aimé la simplicité de Natacha J. Collins qui en ces temps difficiles m’a permis de décompresser. Une lecture singulière dans un monde qui l’est tout autant. Une lecture fraîche et parfois déroutante.

 

A découvrir !

 

Une chronique de #Esméralda.

… Lien Kindle

… le site des éditions Harlequin

… mes avis sur d’autres romances de Natacha J. Collins (clique sur la photo)