Embrassons-nous sous les étoiles de Sarah Morgan

Romance contemporaine – Sortie le 5 mai 2021
Éditions Harlequin – Collection &H

Ma note : 4/5 mention « lecture doudou »


Avant de commencer, je tiens à remercier les éditions Harlequin pour leur confiance et pour m’avoir envoyé ce roman en service presse.

Résumé : Un bonheur est si vite arrivé  !
L’homme idéal, Flora l’a trouvé en Jack. Dès le moment où il a pénétré dans son magasin de fleurs, cet homme attentionné et diablement séduisant n’a plus jamais quitté ses pensées, ni son cœur. Seulement, Flora s’aperçoit bien vite qu’elle ne peut entrer dans sa vie sans se comparer sans cesse à une autre  : la défunte épouse de Jack, Becca, une ballerine de renommée internationale avec qui il a eu deux enfants. Pour être avec lui et se faire accepter des siens, Flora va devoir faire taire ses incertitudes et déployer tout l’amour dont elle est capable. Et vite, car Jack la convie bientôt à son voyage familial en Écosse, chez la meilleure amie de Becca…


L’avis de #Lilie : Sarah Morgan fait partie des valeurs sûres de la romance contemporaine. Avec elle, pas de mauvaise surprise et on est quasiment sûrs de passer un bon moment de lecture. Son dernier roman ne fait pas exception même si l’autrice fait de plus en plus le pari d’aborder des thèmes difficiles dans ses histoires. Néanmoins, cela ne m’a pas empêché de me régaler.

Nous faisons ici connaissance avec Flora, une fleuriste qui a des rêves plein la tête mais qui a appris à se contenter du minimum. Un jour, Jack pousse la porte du magasin où elle travaille et entre eux, une connexion se crée immédiatement. Veuf, papa de deux filles, il a parfois du mal à garder le cap et veut absolument impliquer Flora dans sa vie. Mais sera-t-elle acceptée par les filles ? Pourra-t-elle trouver sa place dans cette famille ? Un avenir commun est-il envisageable ?

Flora est une jeune femme qui a perdu sa mère quand elle était enfant et elle a été élevée par sa tante, qui ne lui a pas donné beaucoup d’amour. Ne voulant pas faire de vagues, elle a très tôt appris à éviter les conflits en faisant de son mieux pour aller dans le sens de son interlocuteur. Sa rencontre avec Jack va tout bouleverser car leur attraction est évidente mais elle a bien du mal à percer la carapace de ses filles. La plus petite, Molly, est encore affectée par la mort de sa maman mais Flora va essayer de trouver des astuces pour se rapprocher d’elle. Vive, émotive, la fillette est pleine de ressources et très attachante. La tâche va s’avérer plus compliqué avec Izy, qui est déjà ado et qui semble intérioriser beaucoup de choses. Entre les deux femmes se joue le rôle de maitresse de maison et ni l’une ni l’autre ne semble prête à lâcher prise. Jack, qui est le seul homme au milieu de toutes ces femmes, a parfois du mal à se rendre compte de tout ce qui se joue sous son toit. Ayant la tête dans le guidon, il ne se rend pas compte du mal-être de sa fille ainée et il garde pour lui de nombreuses choses, de peur de faire fuir Flora. Trouveront-ils la bonne partition pour pouvoir avancer ?

Comme je le disais en introduction, les romans de Sarah Morgan se lisent tous seuls et ils sont l’assurance de passer un bon moment. Néanmoins, je remarque depuis quelques parutions qu’elle aborde de plus en plus des thèmes sombres, difficiles. Ici, elle nous parle de la difficulté de faire le deuil, de perdre un membre de sa famille et du poids du silence dans les familles. L’ambiance générale du livre est donc loin d’être légère mais il n’empêche que la plume de l’autrice nous embarque de New-York à l’Angleterre et on ne se sent pas oppressé au cours de la lecture. Au contraire, c’est une histoire pleine d’optimisme, peut-être un peu naïve, mais qui fait du bien et qui nous fait croire que rien n’est jamais perdu. Flora est une héroïne que j’ai beaucoup aimé car elle n’hésite pas à se donner corps et âmes pour faire fonctionner son couple et essayer de se faire accepter. Nous suivons alternativement Flora, Izy et Clare, la marraine d’Izy, ce qui nous permet de mieux les comprendre. Je regrette de ne pas avoir eu les pensées de Jack car je dois avouer que j’ai parfois eu du mal à le cerner.

Pour conclure, « Embrassons-nous sous les étoiles » est une parfaite lecture d’été avec des personnages attachants et une jolie histoire qui vous entrainera des rues encombrées de New-York aux berges d’un lac anglais, en pleine nature.

Retrouvez ce roman sur le site des éditions Harlequin

Johannes Brothers, tome 1 : Ready de Lisa Barthelet

Romance contemporaine – Ebook sorti le 3 mars 2021
Editions Edelweiss – Collection Plumes Ecarlates

Ma note : 4.5/5 mention « incontournable 2021 »


Avant de débuter cette chronique, je tiens à remercier les Editions Edelweiss pour leur confiance et pour m’avoir confié ce roman en service presse.

Résumé : À la suite d’un accident de voiture qui coûte la vie à l’un des quatre membres du célèbre groupe de musique Stone Edge, Jurgen et ses amis doivent faire face à leur deuil et prendre les décisions qui s’imposent, quelle qu’en soit l’issue : tout arrêter ou continuer ?  Dans ce combat, Jurgen peut compter sur une connaissance de longue date : Liv. Tatoueuse au look coloré et déjanté, elle laisse tout tomber et revient du Japon pour s’occuper des hommes de sa vie. Ensemble, ils vont apaiser leurs tourments et composer avec leurs passés.  Et lorsque le prince s’éprend du crapaud, c’est une histoire d’amour un peu particulière qui se dévoile…


L’avis de #Lilie : Voilà une romance qui m’a de suite tapée dans l’œil. Que ce soit le résumé ou la couverture, j’ai été instantanément attirée par cette histoire écrite à quatre mains. Néanmoins, j’étais loin d’imaginer à quel point elle allait me bouleverser et me transporter.

Nous faisons ici connaissance avec Jurgen, Enzo, Jordan et Chris. En rentrant de soirée, ils sont impliqués dans un tragique accident et l’un d’eux perd la vie. Entre deuil, culpabilité et ses blessures visibles et invisibles, Jurgen essaie de ne pas sombrer mais il a bien du mal à garder le cap. Heureusement, le retour de Liv va l’aider mais entre eux, est-ce seulement de l’amitié ? Que cache leur petit jeu du chat et de la souris ? Une relation amoureuse est-elle envisageable entre eux ?

Jurgen est un personnage masculin comme je les aime : il est beau, talentueux, gentil, prévenant, il s’inquiète pour ses proches, bref, il veut toujours faire de son mieux pour que tout se passe bien. Malgré l’épreuve qu’il traverse après son accident, il va essayer de « tenir » la barre pour aider son ami Jordan à reprendre goût à la vie. Pour cela, il va être aidé de Liv, la meilleure amie de Jordan qui rentre du Japon en apprenant le drame qui venait de se dérouler. Extravertie, elle n’a pas sa langue dans la poche mais elle cache pourtant au plus profond d’elle-même de nombreuses fêlures. C’est un vrai garçon manqué, passionnée de tatouage et de boxe. Sa cohabitation avec Jurgen va changer son regard sur lui et leur relation va peu à peu évoluer.

C’est une romance « friend to lover », c’est-à-dire une relation amicale qui dévie vers plus. J’aime beaucoup ce schéma car je pense que l’amour et l’amitié reposent sur les mêmes bases, la confiance et la complicité. Ici, les protagonistes prennent leurs temps, s’interrogent, se chauffent un peu avant de sauter le pas et on est témoin de cette évolution. C’est un un récit à deux voix, ce qui permet de suivre le cheminement de chacun des protagonistes. Émotionnellement, c’est une histoire qui bouleverse, qui remue et qui fait croire en l’amour. J’ai eu un peu de mal au début tellement j’étais envahie par mes émotions. Néanmoins, la légèreté finit par arriver et on est transporté par Jurgen et Liv. La fin m’a laissé pantoise et j’ai hâte de pouvoir connaître la suite de leurs aventures car je sens que nous ne sommes pas, et eux non plus, au bout de nos surprises !! Les thèmes du deuil, de la reconstruction et de l’amour sont abordés avec beaucoup de tacts mais je vous conseille, malgré tout, de garder la boîte de mouchoirs à proximité !

Pour conclure, le tome 1 de « Johannes Brothers » est une belle romance remplie d’émotions qui fait passer son lecteur par une kyrielle d’émotions et qui l’entraîne dans une histoire où l’amour et l’amitié sont au centre de tout. Vivement la suite !!

Retrouvez ce roman sur le site des éditions Edelweiss

BE MY LAST DANCE de Avril Rose.


Quand les sentiments sont plus forts que les cicatrices du passé…

Léonor n’a pas le choix. Elle a promis à sa mère qu’elle suivrait une thérapie de groupe, même si elle ne comprend toujours pas comment parler à des inconnus pourrait l’aider à surmonter le drame qu’elle a vécu. Et, pour faire de cette obligation un vrai calvaire, elle doit en plus le supporter, lui : Harvey.
Ce jeune homme au regard envoûtant qui ne peut pas s’empêcher de la déstabiliser chaque fois qu’ils se voient. Pourtant, lorsqu’ils sont mis en binôme le temps d’un exercice pratique, Léonor découvre qu’il est peut-être plus sensible qu’il ne le laisse paraître, et que lui non plus n’a aucune envie d’être là. Alors qu’ils n’auraient jamais dû se rencontrer, ces réunions pourraient bien les rapprocher…

Léonor n’y croit pas une seule seconde quant aux bénéfices de ce groupe d’entre-aide. Mais une promesse est une promesse. Elle ne veut pas s’épancher sur le sujet, celui douloureux qui se cache derrière un sourire désinvolte et un comportement auto destructeur. Les soirées étudiantes, l’alcool à outrance, Léonor va bien. Tout va bien !
A Paris pour ses études d’architectes, elle a laissé sa ville natale et les terribles souvenirs qui datent de quelques mois. L’âme en peine et le cœur en miette, Léo ne se rend pas compte de sa souffrance. Un déni qui la met en danger. Alors aller à ce groupe de soutien, dans ce gymnase glauque, c’est la misère. Parler devant de parfaits inconnus, non merci, écouter oui mais de loin, s’épancher sur la peine des autres, sans façon. Alors quand il arrive sur son fauteuil roulant, snobant tout le monde, jetant un froid glacial dans l’assemblé, les premiers mots de Léo laissent exploser sa colère. Derrière cette carapace abrupte se cache une femme fragile et démunie qui monte rapidement dans les tours. Sa répartie acerbe pimente les dialogues. Il faut dire qu’Harvey et son caractère bien trempé à de quoi rendre irascible le plus patient d’entre nous.

 

Harvey ancien danseur professionnel, n’a qu’un seul objectif remarcher. Quelque soit les avis, sa pugnacité et sa combativité forcent le courage. Seulement il a ajouté l’option j’emmerde tout le monde. Chaque rencontre hebdomadaire vire au pugilat verbal jusqu’au jour où l’animateur du groupe décide qu’en duo, les membres du groupe devront se rendre service. Par le grand des hasards, Léo et Harvey se trouvent ensemble, situation loin de les réjouir. Mais ce premier pas les porteront vers d’autres. Les mots seront moins douloureux, les gestes plus apaisés. Mais l’amour avec le grand A emporté par la passion et les sentiments se méritent. Et Léo et Harvey font devoir surmonter leurs propres démons avant de prétendre à une éventuelle idylle.

 

Avril Rose m’a emportée avec sa romance déchirante et pourtant si passionnante. Un sujet fort, le deuil et la reconstruction, mené par des personnages charismatiques et forts impressionnants. La douleur se ressent à chaque page, elle évolue, elle foudroie, elle blesse. Les ambitions confrontées aux douleurs de l’âme s’épuisent au cours de confrontations qui n’a que seul objectif déverser le trop plein de haine, de colère et de désespoir. Les sentiments se lisent entre les lignes, incompris ils s’étiolent dans le temps. Avril Rose joue avec les sentiments avec une efficacité surprenante. Une histoire qui ne peut pas laisser de marbre. Elle transporte et chamboule. Elle rend dingue. BE MY LAST DANCE se lit d’une traite et affole les cœurs.

 

Une chronique de #Esméralda