L’ŒIL DU CHAOS, un roman fantastique de Jean-Marc Dhainaut.

THRILLER FANTASTIQUE

Éditions Taurnada

Collection L’ombre des Mots


Tandis qu’une canicule sans précédent frappe l’Europe, Théo, un jeune lycéen de 17 ans, est terrifié quand il réalise que les photos qu’il vient de faire dévoilent l’horreur et le chaos 21 jours à l’avance… Mais personne ne le croit. Et lorsque, partout dans le monde, le courant disparaît,
les avions s’écrasent et que toutes les cloches des chapelles et des églises se mettent à sonner inexplicablement, il est déjà trop tard. Théo est alors loin d’imaginer l’incroyable mission de survie et d’espoir que le destin lui réserve. Un thriller d’anticipation à la frontière du réel, percutant et chargé d’émotions.

 

Ma note : 4/5
Nouveauté 2021
242 pages
Disponible en poche et numérique

 


MON AVIS

Je suis très heureuse de retrouver Jean-Marc Dhainaut dans une toute nouvelle histoire.

 

Théo, jeune lycéen de 17 ans, se passionne pour la photo. Un week-end, il s’attelle à préparer un nouveau filtre à l’aide de miroir et d’un prisme faits maison. Le résultat n’est pas tout à fait excellent, mais peu importe son acharnement lui a permis de créer ce nouveau appareil photo. Théo est un jeune homme introverti et la photo lui permet d’exprimer une palette d’émotions. A bien regarder de plus près, ses nouvelles photos sont bien différentes des modèles originaux. Décontenancé par le résultat, il décide de manipuler son appareil et découvre avec effarement que les photos prises sont le reflet du moment exact 21 jours plus tard à la même heure. Et ce qu’il entrevoit c’est la fin du monde. Il tente désespéramment d’alerter ses parents et via son réseau social, les abonnés qui le suivent. Moqueries, insultes fleurissent sous les photos, mais Théo est persuadé qu’une grande catastrophe est imminente.

 

La chaleur, l’eau rationné, les écoles fermées, le monde vit au ralenti. Des aurores boréales peignent le ciel noir du Sud de la France, les animaux deviennent dingues et les gens commencent à se méfier. Puis soudain à la date fatidique, les avions tombent comme des mouches, le courant cesse, la télévision et les téléphones ne reçoivent plus rien. La fin du monde vient de retentir.

 

Théo séparé de ses parents et de son petit frère se doit à tout prix de les retrouver. Mais les gangs et les pilleurs sèment la terreur, nul endroit pour se sentir en sécurité. Épaulé et recueilli par un ermite, un ancien militaire solitaire, ils vont ensemble tenter le tout pour le tout et les rejoindre.

 

Ce road-trip aux airs d’apocalypses va vous tourmenter pendant longtemps. C’est un thème qui me subjugue tout autant qu’il m’effraie. Et puis notre quotidien se prête à la perfection à l’atmosphère créée par Jean-Marc Dhainaut. Outre cet aspect dont il nous fait irrémédiablement écho, l’aspect fantastique fait une timide apparition. Ce dernier est la marque de fabrique de l’auteur est à part quelques allusions ici et là, je ne peux que regretter ce choix. DANS L’ŒIL DU CHAOS est avant tout un roman d’aventure où l’homme et ses faiblesses sont au centre de cette histoire post-apocalypse. Il est question de survie, d’amitié, de courage, d’abnégation, de volonté et d’espoir.

 

J’ai pris du plaisir à lire le nouveau thriller de Jean-Marc Dhainaut. J’ai toutefois remarqué quelques redondances et un manque de fluidité qui entachent la lecture. Le thème est sans aucun doute intéressant. Il explore explicitement la surconsommation, l’environnement, l’écologie et les conséquences extrêmes de l’anthropocène.

 

Une lecture très surprenante où il est bien difficile de rester impassible.

 

Une chronique de #Esméralda

KARIBA, une bande dessinée de Daniel et James Clarke.


Un voyage magique sur les rives du Zambèze.
Habitant sur les rives du fleuve Zambèze, Siku est une jeune fille comme les autres, à ceci près qu’elle semble dotée d’étranges pouvoirs qui la lie aux animaux de la région. Elle est sans nouvelle de son père, depuis que celui-ci est parti travailler au grand barrage de Kariba, un chantier colossal qui recrute de la main-d’œuvre dans toute la région. Pour le retrouver, Siku décide de remonter les flots périlleux du Zambèze avec l’aide d’Amedeo, le fils de l’ingénieur en chef de Kariba.
Leur voyage aux sources de ce fleuve légendaire la confrontera à des pirates, des capitalistes, des affabulateurs ou de sombres magiciens. Mais il va également mener Siku au plus près du secret enfoui de ses origines…
Découvert sur Kickstarter, Kariba a été pensé par le collectif « Blue Forest » pour sensibiliser les jeunes populations sur la construction du barrage éponyme et les conséquences du productivisme sur l’environnement et les cultures locales. Une grande aventure teintée de magie, inspirée de la mythologie sud-africaine, pour un cri du cœur en faveur de l’harmonie avec la nature.

Au cœur de l’Afrique australe, sur les rives du Zambèze, Kariba s’élève, ici majestueux. Une puissance attirante et effrayante. L’une ouvre sur le monde du progrès, de la  technologie et du modernisme capitaliste. L’autre abrite cette férocité latente de la perte du territoire, de la destruction des valeurs anciennes, du bannissement de la terre. Une histoire à deux vitesses où une jeune fille prénommée Siku va devenir le symbole du renouveau au travers d’une vieille légende.
Une bande dessinée portée par une jeune héroïne qui emprunte le chemin de sa destinée sans rien connaître d’elle même, de son passé. Une quête initiatique qui lui permettra de se retrouver et de faire corps et accepter ses pouvoirs qu’elle contient depuis de nombreuses années. Rejoint par Amedeo, petit garçon aventurier au cœur pur, ils vont parcourir les rives du Zambèze dans un premier temps pour retrouver le papa de cette dernière porté disparu et puis ensuite pour partir à la quête de son identité.

 


Cette bande dessinée se déroule sur deux plans. Le premier, le réel qui met en évidence le barrage avec ces conséquences désastreuses sur l’environnement et sur les populations voisines du fleuve ; et les bénéfices. Le second est tout autre puisqu’il met en scène une légende mythologique sud-africaine. L’effet est très surprenant et fonctionne à merveille rendant le scénario implacable. Les illustrations sont à la fois douces et parfois douloureuses. Les couleurs sont magnifiques.

 

KARIBA m’a séduite dès les premières pages me portant au cœur d’un univers que je ne connaissais pas. Les auteurs traitent des sujets essentiels avec une belle bienveillance et d’une honnêteté sans faille. Loin des discours politiques, cette bande dessinée éveille les consciences.

 

Une merveille à découvrir.

 

Une chronique de #Esméralda

IL EST ENCORE TEMPS ! de Jean-Philippe Blondel.


Pourquoi rester assise à étudier dans une classe alors que dehors le monde court à sa perte ? À quoi bon parler d’écologie et de développement durable si l’on ne fait rien ? Cette prise de conscience du péril climatique plonge Lou dans une grande anxiété, un désespoir qui lui ôte le goût de vivre.
Heureusement un déclic va se produire : la lycéenne découvre l’activisme de la militante suédoise Greta Thunberg. On peut agir ! Avec deux camarades, Lou se lance un défi : alerter les esprits autour d’elle, mobiliser les jeunes comme les plus vieux, et organiser dans sa ville une grande manifestation pour le climat. Un récit engagé, mordant, rempli d’optimisme et de foi dans la jeunesse. Le portrait touchant d’une pasionaria du quotidien.

Un roman, sans aucun doute dans l’ère du temps. Révélateur de la conscience collective face à un enjeu majeur. La préservation de la planète, de la vie dans toute sa diversité, Jean-Philippe Blondel pose cartes sur table à vous de vous en saisir pleinement. Loin du discours moralisateur, J-P Blondel au travers de son héroïne déclare avec ardeur l’urgence.
Lou est une lycéenne lambda. Loin d’être populaire et looseuse, elle vivote tant bien que mal parmi la foule de jeunes adultes. Son mal a débuté lors de sa dernière année au collège. Là, foudroyant, paralysant, angoissant.  La fenêtre ouverte sur une réalité omnisciente et pressante, l’avenir. Malaise catatonique d’un mal-être puissant et destructeur. Un parcours du combattant pour se raccrocher à une évidence feinte et illusoire. Que deviendra notre génération ? Les mots bloqués, les mots-épées qui épinglent un avenir apocalyptique. Pourtant Lou ne s’avoue pas vaincue, cherche, se questionne, s’intéresse. C’est lors d’une rencontre hasardeuse que l’éclaircie s’opère. Une vidéo de Greta Thunberg, jeune femme activiste, fondatrice d’un mouvement auquel la jeunesse s’accroche. Une révélation pour Lou, un apaisement, elle n’est pas seule. Point de départ d’une aventure hasardeuse et pourfendeuse de nouvelles amitiés. Un projet à la hauteur de son espérance de voir enfin le peuple scandé la triste réalité et de réunir.

 

Le nouveau roman de Jean-Philippe Blondel est sans contexte une bombe ! J’invite tout le monde à le découvrir et à se questionner sur nous, sur nos gestes au quotidien, sur l’avenir des générations suivantes. Au travers de son héroïne attachante, cette quête de la vérité, la découverte de soi au travers du prisme indéformable de la société, il pointe du doigt les aberrations d’une société qui va droit au casse-pipe. Cette jeunesse envieuse d’un monde meilleur se détache des valeurs transmissent par les générations de parents issus de l’ère consommatrice de l’après-guerre. Sans être alarmiste mais avec une honnêteté piquante, IL EST ENCORE TEMPS ! est un roman sensationnel à mettre dans toutes les mains.

 

-Je mate une vidéo sur la gamine, là.
La phrase reste en suspens quelques secondes entre nous et pendant ce court laps de temps, j’imagine le pire – une vidéo d’une gamine victime de harcèlement, d’une gamine battue par ses parents, d’une gamine ridiculisée par ses vieux qui lui font croire qu’ils vont lui offrir un cadeau alors que non, d’une gamine qui se défenestre, d’une gamine atteinte d’une maladie incurable qui nous fixe avec ses grands yeux creux et murmure : « Pourquoi ? » YouTube et les réseaux sociaux nus ont habitués à tout ça. Devant les images, nous nous effarons, nous crions, nous pleurnichons, nous sourions, nous lançons de grands éclats de rire, bref, nous réagissons, mais superficiellement, parce que deux minutes après, nous passons à autre chose. Notre existence est de venue un grand zapping de milliers d’instants que nous dirigeons vers la corbeille de la mémoire en un clic de souris.

 

Une chronique de #Esméralda

… Lien Kindle.

… le site des éditions Actes Sud Junior.

… Mon avis sur un autre roman de Jean-Philippe Blondel (clique sur la photo pour le découvrir).

LA DERNIÈRE GOUTTE de Elline Baudry.


Bien plus qu’un recueil de poèmes, c’est un cri.
Un cri de profonde tristesse face aux annonces quotidiennes confirmant la disparition des ressources naturelles de notre monde.
Un cri de désespoir d’avoir déjà tant perdu.
Un cri de révolte devant les abus d’une activité humaine démesurée.
Un cri d’alerte pour ne plus ignorer les blessures innombrables mutilant impudemment la planète.
Un cri d’appel à s’unir pour freiner ce processus de destruction, à défaut de le stopper, fatal pour des millions d’espèces vivantes.
J’aimerais que ces vers résonnent et fassent écho dans nos cœurs. Cessons d’être aveugle ou de regarder ailleurs en choisissant d’agir et de passer à l’action, même minime soit-elle.
La dernière goutte est ma contribution à ce combat dont les gains seront reversés à des associations de défense de l’environnement, afin de les aider à financer leurs actions.
Toi, moi, vous, n’avons pas tous la possibilité d’intervenir directement sur place, mais eux si ! Alors soutenons-les !
Sauvons notre Terre en lui montrant que nous l’aimons et la respectons.

 
Emouvant, touchant, Elline Baudry décrit au travers de ses poèmes et de ces quelques pages ses émotions, ses doutes, ses interrogations et sa colère au sujet de l’environnement, de la nature et de ses occupants.
Elline Baudry se lance dans la poésie et c’est tout à son honneur. Sa plume sensible nous invite tout au long de cette belle balade à nous interroger sur ce que représente pour nous l’essentiel. Elle nous invite à porter un regard critique sur notre environnement, sur l’expansion de la race humaine et sur les conséquences qu’elle engendre. Elle nous invite à regarder la nature d’un œil nouveau où sa beauté serait reine.

 

Elle décrit tour à tour avec mélancolie et frénésie ses émotions face aux injustices et à l’égoïsme humain. Le beau et le laid se confrontent au rythme des vers.

 

Elline Baudry signe un très beau recueil de poésies où l’honnêteté transparaît. Elle ouvre la réflexion sur ces petits gestes que tout un chacun peut quotidiennement effectuer pour préserver notre monde et laisser une chance aux générations suivantes de vivre dans des conditions acceptables. LA DERNIÈRE GOUTTE ne signifie pas la dernière chance mais peut être bien que toutes les petites gouttes consenties formeront un raz de marée salvateur.

 

Une chronique de #Esméralda

 

… Lien Fnac.

… Mes avis sur d’autres romans d’Elline Baudry (clique sur la photo pour les découvrir).

La cerise sur le gâteau d’Aurélie Valognes

20190307_205443.jpg

Littérature française – livre sorti le 6 mars 2019

Editions Mazarine

Service presse

Ma note : 5/5 mention « coup de cœur » et « incontournable »

 

Je remercie les éditions Mazarine et le site Babelio qui m’ont permis de découvrir ce roman en avant-première à l’occasion de la soirée de lancement de ce livre.

Résumé : La vie est mal faite : à 35 ans, on n’a le temps de rien, à 65, on a du temps, mais encore faut-il savoir quoi en faire…

Bernard et Brigitte, couple solide depuis 37 ans, en savent quelque chose.

Depuis qu’elle a cessé de travailler, Brigitte profite de sa liberté retrouvée et de ses petits-enfants.

Pour elle, ce n’est que du bonheur. Jusqu’au drame : la retraite de son mari !

Car, pour Bernard, troquer ses costumes contre des pantoufles, hors de question. Cet hyperactif bougon ne voit vraiment pas de quoi se réjouir. Prêt à tout pour trouver un nouveau sens à sa vie, il en fait voir de toutes les couleurs à son entourage !

Ajoutez à cela des enfants au bord de la crise de nerfs, des petits-enfants infatigables, et surtout des voisins insupportables qui leur polluent le quotidien…

Et si la retraite n’était pas un long fleuve tranquille ?

Un cocktail explosif  pour une comédie irrésistible et inspirante.

 

Mon avis : Pour ceux qui me connaissent, vous savez qu’Aurélie Valognes fait partie de mes autrices favorites. Néanmoins, c’est toujours un petit stress de recevoir le nouveau roman de celle qu’on adore lire. On a, pendant une fraction de secondes, un petit doute qui nous assaille : vais-je toujours prendre du plaisir à lire ce nouveau roman ? A-t-elle réussi à se renouveler ? Ne vais-je pas lire du « réchauffé » ? Rassurez-vous, ces questionnements se sont envolés dès la fin du premier chapitre ! Ce roman ne ressemble à aucun autre car pour moi, il réunit tout ce qui a fait le succès de ses précédents ouvrages ; en effet, vous trouverez ici de l’humour, de l’émotion et des thématiques qui font réfléchir.

Nous faisons ici connaissance avec Bernard et Brigitte. Mariés depuis 37 ans, ils ont, pendant la majorité de leur vie commune, vécu en se croisant. En effet, Bernard est un acharné de travail donc il s’est peu impliqué dans son couple et dans sa vie de famille. Sa mise à la retraite, il la vit comme une punition, contrairement à Brigitte qui considère ce moment comme un renouveau. Lors d’une visite de ses petits-enfants, Bernard prend conscience des dangers qui menacent notre planète et il va se lancer dans une nouvelle mission, l’opération « zéro plastique ». Finalement, cette nouvelle lubie ne va peut-être pas permettre la paix du couple….

Bernard est un obsédé du boulot qui a peur de cette nouvelle vie qui s’ouvre à lui. Très rapidement, on se rend compte que c’est un obsessionnel du contrôle, un peu extrême dans ses prises de décision. Pourtant, au fil des pages, on voit son évolution et on s’attache à ce personnage un peu bougon. Sa femme Brigitte est son parfait opposé : heureuse d’être à la retraite, elle s’investit dans une maison de retraite, a envie de partir en voyage et de profiter de ses petits-enfants. A certains moments, on se demande ce qui a pu unir ces caractères si opposés. Pour ma part, je suis convaincue que pour certains couples, ce sont les opposés qui s’assortissent le mieux. Le fils du couple, Nicolas, et son épouse, Alice, ont aussi une part importante dans cette histoire. Alice est webmaster free-lance, elle a tout quitté pour suivre son mari, et Nicolas travaille comme un acharné dans un groupe hôtelier. Leur couple commence à battre de l’aile et Nicolas se rend compte qu’il reproduit le modèle paternel. Aura-t-il le déclic qui l’empêchera de passer à côté de sa vie de famille ? Un autre duo important, ce sont les enfants du couple, Paul et Charlotte, deux enfants qui n’ont pas leur langue dans leur poche et qui, avec leur innocence, vont amener une touche de douceur dans le quotidien morose des adultes qui les entourent. Enfin, je me dois de vous parler des voisins de Bernard et Brigitte. Il s’agit de M. et Mme Dugrin, le stéréotype des voisins envahissants, insupportables et qui sont toujours en train de mettre leur grain de sel dans votre quotidien. Certains diront qu’ils sont caricaturaux….. Pour moi, ils sont le reflet de voisins qu’on a tous connus et qui existent dans la vraie vie !

Ce roman est, pour moi, le plus abouti d’Aurélie Valognes. En effet, l’équilibre entre l’humour et « les sujets qui font réfléchir » est parfaitement trouvé. On retrouve tout au long du roman de nombreuses expressions de notre belle langue française.  L’écriture est vive et portée par des chapitres courts qui vous incitent à tourner les pages. Ce livre est l’occasion de soulever la question du changement de vie et du futur de la Terre. Très bien documenté, il met en lumière l’urgence dans laquelle nous sommes, c’est à dire que notre planète va mal et que si nous ne changeons pas notre manière de consommer, nous courrons à notre perte.

Pour conclure, c’est un gros coup de cœur pour ce roman qui est, pour moi, le meilleur de l’autrice. Tous les ingrédients pour passer un bon moment sont réunis et pourtant, il ne vous laissera sûrement pas indifférent et vous regarderez sûrement votre poubelle d’un œil différent après l’avoir refermé.

image-principale-page-liens-utiles

Envie d’en savoir plus sur l’univers d’Aurélie Valognes ? Rendez-vous sur son site officiel !
Retrouvez ce roman sur le site des éditions Mazarine ici !
Retrouvez également ce roman sur Amazon ici !