GRAND PLATINUM, un roman de Anthony van den Bossche.


Louise a fondé une petite agence de communication. Elle est jeune et démarre une brillante carrière, malgré les aléas du métier, liés en particulier à son fantasque et principal client, un célèbre designer , Stan. Elle doit aussi jongler avec les fantasmes déconcertants de son amant, Vincent. Mais elle a autre chose en tête : des carpes. De splendides carpes japonaises, des Koï. Celles que son père, récemment décédé, avait réunies au cours de sa vie, en une improbable collection dispersée dans plusieurs plans d’eau de Paris. Avec son frère, elle doit ainsi assumer un étrange et précieux héritage.

 
De tous les livres de la sélection, c’est celui-ci que je redoutais le plus. Parfois cela se tient à la couverture et à la quatrième de couverture auxquelles je suis très sensible. Je me suis laissée quelques jours, le temps de digérer cette lecture et de voir si quelque chose en immergé. A mon grand désarroi, mon pressentiment s’est avéré être le bon.
Dans mes lectures, j’aime ressentir le tourbillon des émotions celles qui vous font rire, crier, pleurer où qui vous tordent les tripes tout simplement. Si la plume d’Anthony van den Bossche est minutieuse et sans aucun doute talentueuse il m’a manqué cet aspect libérateur, fantasque des sentiments. A mon goût les personnages ne sont pas assez détaillés notamment dans leur psychologie. On s’arrête à ces premières émotions qui effleurent les personnages : le ras bol, l’urgence, l’empressement, l’asociabilité. De grandes lignes qui auraient mérité de plus amples développements. Tout le côté psychologique est mis à l’écart, à mon grand regret. Des personnages secondaires qui font office de plante verte dans ce décor où justement la raison et l’action ont lieu d’être. Le personnage de Stan, victime de l’égoïsme, de la mondialisation et du capitalisme, se laisse déborder au point de péter une durite. Mais en quoi cela sert l’histoire ? Au contraire les vieux amis du père de Louise, Le Maire, Mehdi et Jean, sont peu présents. Une histoire à deux vitesses à laquelle j’ai vraiment eu du mal à m’accrocher. Je n’ai pas su voir la symbolique ni la la moralité. Mais peut-être n’étaient-elles pas présentes ? Et cela m’embête, une histoire pour une histoire ne m’intéresse pas. C’est toujours très difficile d’exposer son avis mitigé. Mais le fait est là, je ressors de cette lecture avec cette impression d’être passée complètement à coté.

 

Je terminerai sur le seul point positif de ma lecture et qui a sauvé les pots cassés. J’ai beaucoup apprécié ces chapitres qui nous plongent dans le passé, relatant les souvenirs d’enfances de Louise et de Vincent, ainsi ceux qui sont à l’origine des carpes Koï qui se promènent dans les plusieurs plan d’eau de Paris.

 

Une histoire où l’amour et l’amitié sont au cœur d’une aventure extravagante.

 

L’avez-vous lu ?

 

Une chronique de #Esméralda

L’ÉVANGILE DES ANGUILLES, un premier roman de Patrik Svensson.


C’est l’une des créatures les plus énigmatiques du règne animal. Omniprésente depuis la nuit des temps (dans toutes les mers du globe, dans la mythologie, la Bible, l’Égypte ancienne, la littérature et d’innombrables cultures de par le monde, du Japon à la Scandinavie en passant par le pays basque), l’anguille ne cesse pourtant de se dérober à notre compréhension.
Comment se reproduit-elle ? Pourquoi retourne-t-elle à la fin de son existence à son lieu d’origine, la mer des Sargasses, au large des Bermudes – où nul être humain cependant n’a jamais réussi à la voir ? Aristote croyait qu’elle naissait spontanément de la vase ; Sigmund Freud commença sa carrière en disséquant des centaines d’anguilles afin de dénicher leurs organes reproducteurs – en vain. Et aujourd’hui encore,  » la question de l’anguille  » demeure en grande partie irrésolue.

Patrik Svensson a passé son enfance à pêcher l’anguille, avec son père. La nuit, en silence, pendant des heures, ils attendaient de sentir vibrer le mystère au bout de leur ligne plongée dans les profondeurs des rivières et des lacs. Au point que cet animal, source de fascination autant que d’effroi, est devenu pour lui un totem – le symbole de tout ce qui demeure hors de notre portée, et à quoi pourtant nous accordons notre foi.

En mêlant la grande aventure scientifique, écologique, et le récit intime, L’Évangile des anguilles dévoile un pan de cet autre mystère, que chacun porte en soi : celui de nos propres origines et du sens même de la vie.

Voici une lecture qui aurait pu me plaire davantage. Patrik Svensson nous plonge dans la recherche de soi au travers des origines. Et pour cette quête, il va s’approprier d’une manière inattendue et surprenante la vie des anguilles. Poisson légendaire et mystérieux qui depuis la nuit des temps donne des sueurs froides à tout scientifique qui s’y pique. Un parallèle incongru mais qui doit avoir une certaine évidence que je n’ai malheureusement pas su voir ni comprendre.
L’anguille a une part très importante tout au long du récit intime que délivre Patrik Svensson. Elle devient ce symbole intergénérationnel, de souvenirs, de coutumes, d’un pays (la Suède). L’anguille devient l’emblème de la transformation, du mystère, de la fuite du temps, de la temporalité, de l’immortalité et de l’échec. Cet échec puissant qui se trouve dans la disparition définitive, la mort. Tout au long de son exposé argumenté et très bien documenté, Patrik Svensson interroge le lecteur sur l’idée de l’écologie, de la transformation de nos modes de vies et leurs conséquences inéluctables. Un discours alarmant qui tend à annoncer la fin de ce quelque chose qui fait peur.

 

La partie documentée est particulièrement fournie avec des références scientifiques de la Grèce Antique à nos jours. J’ai suivi tout ce parcours d’études qui prouve la ténacité des chercheurs mais qui en contrepartie dénonce leur impuissance face au grand monde. Riche en détails, le récit intime n’a pas la même profondeur. L’auteur ayant choisi de rester succinct dans son développement allant à quelque redondance.

 

Je suis arrivée à la conclusion que je suis passée littéralement à côté de ce roman. Je n’ai pas su me saisir de l’objectif de ce roman pour autant j’ai apprécié le côté documentaire. Un roman quelque peu rigide dans les différentes transitions et parfois redondant. Je ne connaissais point la grande odyssée de l’anguille me voilà maintenant imbattable à son sujet.

 

Un roman qui se laisse découvrir malgré tout !

 

Une chronique de #Esméralda

DÉVORER LE CIEL de Paolo Giordano.

[ LITTERATURE CONTEMPORAINE ITALIENNE – Nouveauté 2019 ]
Traduit de l’italien par Nathalie Bauer
Éditions DU SEUIL – Collection Cadre Vert
442 pages
Lien Kindle

 
Le résumé :
Chaque été, Teresa passe ses vacances chez sa grand-mère, dans les Pouilles. Une nuit, elle voit par la fenêtre de sa chambre trois garçons se baigner nus dans la piscine de la villa. Ils s’appellent Nicola, Bern et Tommaso, ce sont  » ceux de la ferme  » d’à côté, jeunes, purs et vibrants de désirs. Teresa l’ignore encore, mais cette rencontre va faire basculer sa vie en l’unissant à ces trois  » frères  » pour les vingt années à venir, entre amours et rivalités, aspirations et désillusions. Fascinée par Bern, personnage emblématique et tourmenté, viscéralement attaché à la terre somptueuse où il a grandi, elle n’hésitera pas, malgré l’opposition de sa famille, à épouser ses idéaux au sein d’une communauté fondée sur le respect de la nature et le refus du monde matérialiste, à l’image de la génération des années 90, tiraillée entre le besoin de transgression et le désir d’appartenance, mais entièrement tendue vers l’avenir, avide de tout, y compris du ciel.
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
« Dévorer le ciel » promesse éloquente d’un avenir espéré et désiré. Promesse criée à la lueur de la lune et aux Dieux d’un monde à deux vitesses. Ceux qui courent et ceux qui marchent en regardant le ciel, en écoutant le vent, la pluie et la nature s’épanouir.

 

« Dévorer le ciel » raconte la vie de ceux qui ont choisi leur combat. Tout débute alors que Teresa espionne depuis la fenêtre de sa chambre, ses trois garçons qui se sont infiltrés sur la propriété de sa grand mère pour profiter de leur piscine. Les étés défilent, les amitiés naissent et se tissent, et l’amour déploie ses ailes. L’adolescence s’enfuit pour laisser place à l’âge adulte. Les initiatives deviennent un combat quotidien prouvant que touts actes sont légitimes et porteurs inattendus de résultats.

 

Sous un air de spiritualité et de doctrine non conventionnelle, Teresa est fascinée et trouve dans tout cela un écho où son bien-être, sa propre vision du monde et ses valeurs sont valorisés. Teresa est envoûtée par son nouveau mode de vie et par Bern qu’elle idolâtre depuis leur première rencontre. Bern est un monde à lui tout seul fait de mystère, de silence et d’envolés lyriques où les mots subjuguent. Bern est devenu son repère et son phare. Il est son tout. Mais dans ce coin des Pouilles en Italie le bonheur s’associe avec le malheur.

 

Paolo Giordano narre avec douceur les inhérences de la vie. Ces aspérités qui souvent conduisent au chaos des sentiments et détruisent les femmes et les hommes. Ces aspérités qui façonnent l’âme humaine l’enjolivant ou l’enlaidissant. Ces tourbillons qui bousculent et détruisent un semblant de paix. Ces trombes d’eaux qui noient le plus fin des nageurs l’emportant dans les flots dangereux ne laissant aucun répit. Paolo Giordano dépeint avec humilité les tempêtes d’une vie, des vies.

 

Il est difficile de te décrire les émotions qui m’ont traversée pendant cette lecture. Stupeur, ébahissement, douleur, espoir, doute, crainte … et certainement bien d’autre que je n’arrive pas à préciser et identifier. Mes craintes de départ ont très vite disparu au profit d’une lecture-balade comme je les aime. Une première découverte qui ne m’a pas totalement subjuguée car, peut-être, j’attendais l’élément époustouflant pour m’éblouir davantage.

 

Je le recommande fortement à tous les amoureuses et amoureux d’envolées littéraires.

 

Une chronique de #Esméralda.

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site des éditions Du Seuil.

DES HOMMES JUSTES. Du patriarcat aux nouvelles masculinités de Ivan Jablonka.

[ ESSAI / Sciences Humaines – Nouveauté 2019 ]
Éditions du Seuil – Collection les Livres du Nouveau Monde

448 pages
Ma note : 15/20
Lien Kindle
 
Le résumé :
Comment empêcher les hommes de bafouer les droits des femmes ? En matière d’égalité entre les sexes, qu’est-ce qu’un  » mec bien  » ? Il est urgent aujourd’hui de définir une morale du masculin pour toutes les sphères sociales : famille, entreprise, religion, politique, ville, sexualité, langage. Parce que la justice de genre est l’une des conditions de la démocratie, nous avons besoin d’inventer de nouvelles masculinités : des hommes égalitaires, en rupture avec le patriarcat, épris de respect plus que de pouvoir. Juste des hommes, mais des hommes justes.
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Être féministe, c’est bien ; combattre le patriarcat, c’est mieux. Par là, on s’interdit de dominer les sexes et les genres, notamment les femmes dont la féminité est jugée conforme et les hommes dont la masculinité est jugée non conforme. Fracturé en masculinités, le masculin devient une expérience comme les autres. Qu’est qu’un homme juste ? Quelqu’un qui se solidarise avec les femmes, tout en se désolidarisant du patriarcat. Quelqu’un qui respecte l’égalité entre les femmes et les hommes, mais aussi entre le féminin et le masculin, ainsi qu’entre les différentes masculinités. Un homme qui reconnaît la liberté des autres. Toute la liberté de tous les autres.
 
Je n’aurais jamais eu l’idée de découvrir cet essai et encore moins de l’ouvrir. Le féminisme est un sujet qui ne semblait pas me concerner. Je pense que je m’accorde avec ce que je suis. Mais est-ce que dans mon quotidien certains événements ou batailles relèvent du féminisme ? Certainement ! Une cause en mon sens silencieuse et vouée, à l’heure actuelle, à l’échec. Pourquoi ? Car simplement le Monde dans lequel nous évoluons, féminins et/ou masculins et en tout genre sommes pris dans cet étau puissant qui a tendance à se refermer.

 

Ivan Jablonka soulève un sujet essentiel et pertinent. Si dans un premier temps, il étaye les origines et les causes de l’imposition d’une société mondiale patriarcale, dans un second temps, il met en évidence le combat du féminin dans ce mouvement politique féministe qui nait à la fin du XVIIe siècle. Ce diaporama met en évidence ce combat magistral et nécessaire à l’évolution de la condition féminine mondiale de ces deux derniers siècles. Ces prémices ont contribué aux conditions que nous connaissons actuellement. Il pointe du doigt les inhérences et les injustices de ce monde gouverné par le masculin. Si cette opposition des sexes est prépondérante, il souligne également ces hommes minoritaires dans l’ombre qui initient et encouragent le mouvement féministe.
Après cet exposé, s’ouvre alors ce débat utopique sur ces nouvelles masculinités qui engendreraient l’égalité des sexes et des genres.

 

Alors que la France connaît une vague de féminicides et que les appels sur la plateforme 3919 explosent, il est temps de soulever ces nombreuses questions. Le modèle de l’homme contemporain doit-il être remis en cause ? Quel poids la société contemporaine impose t-elle à ces hommes ? Quel rôle la femme doit-elle jouer dans ces prérogatives ? Comment associer le féminin et le masculin pour une harmonie qui tendrait vers le parfait ? Sommes nous conditionnés par cet héritage qui nous suit depuis plus de cinq millénaires ? Une nouvelle définition du masculin, mais laquelle semblerait être la plus juste ?

 

Avec justesse et réalisme, Ivan Jablonka tente de répondre à ces questions et émet un raisonnement judicieux. Cette dernière partie et comme il le souligne dans une interview réalisée sur France 5 dans l’émission LA GRANDE LIBRAIRIE, relève de l’utopie. Utopie ou non, je pense qu’il est nécessaire que ce grand projet soit intimement lié avec trois grands principes : le respect, la tolérance et la liberté. Mais cela est inintelligent si le dialogue entre les deux sexes n’est pas ouvert et entendu.

 

En bref, Ivan Jablonka s’est assis à une table de poker tentant de gagner une partie qui se joue depuis plus de 5 000 ans. Je n’ai pu que remarquer son engouement, sa force et sa motivation tout au long de ces 448 pages. Même si ce récit reste très académique et qui ne touchera certainement pas un grand public, je suis admirative du travail fourni par l’auteur.

 

Fascinant et primordial, DES HOMMES JUSTES, interroge sur notre société. Et il est nécessaire de rappeler que nous sommes TOUS concernés, du moins les personnes qui aspirent à ces changements (et pourquoi pas convaincre les autres ?).

 

Une chronique de #Esméralda

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site des éditions du Seuil.