Vous faites quoi pour Noël ? de Carène Ponte

Comédie de noël – Livre poche sorti le 5 novembre 2020
Editions Pocket
Lecture personnelle

Ma note : 4.5/5 mention « lecture doudou »

 

Résumé : Plongez Pauline dans une fête de Noël très arrosée au bureau. Pimentez d’un dérapage torride dans le parking de son immeuble avec l’assistant du DRH. Ajoutez un enregistrement de vidéosurveillance. Et vous comprendrez que Pauline peut dire adieu à ses vacances pépères, genre siestes en pyjama licorne et comédies romantiques à gogo. L’urgence : se rapprocher de celui qui détient la vidéo si compromettante pour sa réputation, le séduisant gardien de son immeuble ! Celui-ci lui propose un marché. En tout bien tout honneur. Pauline n’a d’autre choix que d’accepter, mais sait-elle vraiment ce qui l’attend ?


L’avis de #Lilie : Comme vous le savez, j’aime beaucoup la plume de Carène Ponte. Lorsque j’ai appris qu’elle avait sorti une comédie de noël, j’étais impatiente de la découvrir tant l’autrice est une amoureuse de la période. Cela transparaît bien dans ce roman qui sent bon les sablés et le chocolat chaud.

Nous faisons ici connaissance avec Pauline, une jeune femme qui travaille dans une maison d’édition. Après la soirée de noël de son entreprise, elle est raccompagnée chez elle par un de ses collègues et, l’alcool aidant, ils se laissent aller à une petite partie de jambes en l’air dans le parking de Pauline. Malheureusement pour elle, le tout nouveau système de vidéo-surveillance a tout filmé et elle doit se résoudre à tout tenter pour faire disparaître ces images. Le gardien David lui propose alors un marché : elle accepte de venir passer les fêtes dans sa famille et il fera tout ce qu’il peut pour effacer les images. Pauline a-t-elle le choix ? Est-elle prête à découvrir Santa les deux Sapins ? Ressortira-t-elle indemne de ce réveillon ?

Pauline est une jeune femme actuelle : indépendante, elle a son boulot, ses amis, et n’attend pas du tout après un homme pour être heureuse. Un peu gaffeuse, elle a aussi beaucoup de tempérament et n’entend pas se laisser marcher sur les pieds. Fille unique, elle n’a pas l’habitude des grandes festivités et va découvrir de nombreuses traditions de noël auprès de la famille de David. Ce dernier est un protagoniste bien mystérieux, dont on découvre des pans de sa vie au fil du récit. Bel homme, galant, il adore embêter Pauline et semble jaloux de son petit frère Donovan. Ce dernier le lui rend bien, en ne manquant pas une occasion de le titiller. Malgré cette inimitié, Davis est très proche de sa famille, même si cette dernière peut se montrer un chouïa envahissante. Entre la maman Hélène qui espère gagner le concours de cookies et Maddie qui est enceinte jusqu’aux yeux, Pauline va découvrir l’esprit de tribu, que ce soit les bons ou les mauvais côtés…

J’ai adoré ce roman qui nous plonge totalement dans l’ambiance de noël. On est en complète immersion à Santa les deux Sapins, une commune idéale pour tous les amoureux de cette période de l’année. Les personnages sont hauts en couleur et on s’attache rapidement à chacun d’entre eux. L’autre point fort de cette histoire est l’humour qui est très présent, que ce soit dans les notes de bas de page ou dans les dialogues entre les protagonistes. J’ai beaucoup ri et cette comédie m’a happée au point que je n’ai pu la poser avant de l’avoir terminée ! La suite est sortie cet automne, vivement l’année prochaine pour retrouver toute cette joyeuse tribu !!

Pour conclure, si vous êtes fan des fêtes de fin d’année et sensible à la magie de noël, laissez-vous tenter par « Vous faites quoi pour Noël ? ». Carène Ponte nous propose ici un roman doudou, à savourer sous un plaid, avec une boisson chaude et des friandises à portée de main. C’est un roman qui fait du bien au moral et se savoure sans modération !

Retrouvez ce roman sur le site des éditions Pocket

Impact d’Olivier Norek

Thriller – Livre sorti le 22 octobre 2020
Editions Michel Lafon
Lecture personnelle

Ma note : 3.5/5

Résumé : Face au mal qui se propage et qui a tué sa fille
Pour les millions de victimes passées et les millions de victimes à venir
Virgil Solal entre en guerre, seul, contre des géants.

 

L’avis de #Lilie : . J’attendais avec impatience le nouveau livre d’Olivier Norek, surtout qu’il était annoncé comme un roman « original », « ne ressemblant à aucun autre » et « avec un message fort ». Je dois avouer que tous ces qualificatifs s’appliquent parfaitement à son dernier bébé tant j’ai été déstabilisée dans ma lecture et en même temps, prise d’une colère sans nom vis-à-vis de ceux qui nous dirigent.

Nous faisons ici connaissance avec Virgil Solal, un ancien militaire qui voit son monde s’écrouler. Sa fille morte-née va être, pour lui, un électrochoc et les choix qu’il va faire vont le conduire dans une voie dangereuse. Voulant déclencher une prise de conscience, il kidnappe le PDG de Total et demande, pour le libérer, un changement des orientations de l’entreprise. Mais l’écologie et la vie d’un homme ont-elles vraiment du poids dans le monde économique actuel ? 
Face à lui, nous rencontrons Nathan, un capitaine de police travaillant au Bastion, le nouveau « 36, quai des orfèvres », et Diane, une psycho-criminologue. Ensemble, ils doivent tout faire pour sauver l’otage et aider à rétablir l’ordre. Mais à quel prix ? Sont-ils prêts à tout pour mener à bien leur mission ?

Virgil Solal est un homme brut de décoffrage, abîmé par la vie et qui n’a plus rien à perdre. Son engagement et son action sont dictés par l’urgence climatique et visent à ouvrir les yeux de tous grâce à l’utilisation des réseaux sociaux. Ainsi, cet anti-héros peut nous mettre mal à l’aise tant on a du mal à se positionner vis-à-vis de lui : il est coupable de kidnapping mais en même temps, il veut réveiller les consciences… Toute son action amène à s’interroger sur la frontière entre le juste et la justice, le bien et la morale… et ce sont ces dilemmes auxquels vont être confrontés les deux « flics » de l’histoire. En effet, Nathan et Diane sont deux professionnels doués dans leur domaine mais là, ils se retrouvent dans une situation exceptionnelle,  qui va leur donner du fil à retordre….

Je ne veux pas trop en dire pour laisser la surprise à tous ceux qui se laisseront tenter par ce roman. Néanmoins, je dois vous dire qu’en le refermant, j’ai été très perplexe. Certes, la plume d’Olivier Norek est toujours aussi efficace, percutante et visuelle, mais pour moi, il y a ici un manque d’équilibre. En effet, beaucoup de critiques ont comparé ce livre avec « Entre deux mondes », qui parlait des migrants et de la jungle de Calais. A partir de là, je m’attendais, inconsciemment, à ressentir un certains nombre d’émotions lors de ma lecture (« Entre deux mondes » m’avait littéralement bouleversé). Le problème ici est que j’ai ressenti beaucoup de colère, en prenant connaissance de tous les rapports existants sur le dérèglement climatique et sur l’ampleur des catastrophes naturelles qui se déroulent partout dans le monde, mais que je n’ai absolument pas réussi à m’attacher aux personnages. Ces derniers, tout comme l’intrigue, sont des prétextes pour servir le message d’urgence écologique porté par l’auteur. Comme il le dit si bien, « il écrit ces pages avant que tout cela ne devienne réalité », mais quand je lis un roman, j’ai quand même besoin de ressentir de l’empathie ou de la colère, ou tout autre sentiment vis-à-vis des protagonistes. Là, je garde en mémoire la colère de Virgil, l’agoraphobie de Diane, la gentillesse de Nathan mais je ne retiens pas grand chose d’autre sur eux. Alors certes, c’est un choix de l’auteur, qui l’assume, mais pour ma part, cela me laisse une petite pointe de déception. Par contre, coup de chapeau pour la couverture qui est à l’image de l’histoire, sombre, et représentant la pollution qui nous entoure et qui prend, peu à peu, toute la place…

Pour conclure, voilà un livre qui ne laissera aucun lecteur indifférent, que ce soit en positif ou en négatif. Pour les habitués de l’auteur, il ne ressemble à aucun autre mais il nous permet de prendre conscience qu’on n’a plus le temps d’attendre, que notre monde court, littéralement, à sa perte. Ne vous attendez pas à un thriller classique car tous les codes sont bousculés mais le message porté est fort. A vous de vous faire une opinion !

 

Retrouvez ce roman sur le site des éditions Michel Lafon

Et ton coeur qui bat de Carène Ponte

Littérature française – Roman sorti le 18 juin 2020
Editions Michel Lafon
Service presse

Ma note : 4/5 mention « touchant' »

 

Avant de commencer, je tiens à remercier les éditions Michel Lafon qui, via la plateforme Netgalley, m’ont permis de découvrir le nouveau roman de Carène Ponte.

Résumé : Au Meilleur Ami de l’Homme : un hôtel insolite où devant chaque chambre vous attend un petit chien abandonné que vous pourrez adopter ou non en partant.
Voyag’Elles : un guide touristique « spécial femmes » que Roxane a créé avec son amie Sam, et auquel elle a adjoint un blog irrésistible où elle raconte ses péripéties dans tous les coins de France.
Roxane : en dehors de son blog, une boule de souffrance rongée de culpabilité et de haine envers le responsable de son malheur.
Mais dans l’hôtel où Roxane a décidé de poser ses valises, pour Voyag’Elles, il y a des personnes sages qui, malgré les cruautés du destin, se consolent grâce aux petits bonheurs de la vie… et y trouvent la force d’affronter le lendemain.


L’avis de #Lilie : J’ai découvert la plume de Carène Ponte grâce à ma binôme #Esméralda. Tombée sous le charme de son écriture et de ses histoires, qui sont, pour moi, un grand moment de réconfort, je me suis précipitée sur ce nouveau roman. Un peu plus sombre que ses écrits précédents, cette nouvelle histoire n’en reste pas moins une bulle d’optimisme et de ciel bleu dans notre horizon un peu bouché.

Nous faisons ici connaissance avec Roxane. Au départ, on sait peu de choses d’elle, mis à part qu’elle travaille dans une agence qui propose des guides touristiques écrit par des femmes pour les femmes. Elle l’a monté avec sa meilleure amie, à la fin de leurs études. Pourtant, Roxane ne semble pas heureuse et plongée dans une mélancolie constante. A l’occasion d’un voyage en Camargue, elle va découvrir bien plus qu’une région et un hôtel accueillant…. Qu’est-ce qui rend Roxane si triste ? Que fuit-elle ? Pourquoi se referme-t-elle comme une huitre dès qu’on veut l’approcher ?

Roxane est une jeune femme qui, au premier abord, semble très paradoxal : très joyeuse et légère lorsqu’elle écrit les billets pour le blog de son agence, elle est au contraire très sombre et mélancolique dans sa vie privée. Très rapidement, on comprend qu’elle a été touchée par un drame qui a bouleversé sa vie, son équilibre, et sa vision de la vie. Pour elle, plus rien ne sera comme avant et, en quelque sorte, elle ne s’autorise plus à avancer. Pourtant, son séjour en Camargue va être l’occasion de rencontrer de nouvelles personnes qui vont tenter de lui redonner goût à la vie. Il y a tout d’abord Gwenole, ce monsieur d’un certain âge, ou d’un âge certain, amoureux des cravates originales et éternel optimiste dans l’âme. Il y a ensuite Albane, l’adolescente de presque 13 ans qui a des rêves plein la tête et une volonté de fer. Enfin, il y a Frédéric, le père d’Albane, célibataire, un peu maladroit dans son approche mais tellement touchant par ses agissements. N’oublions pas tous les chiens d’Au meilleur ami de l’homme, notamment Oxford et Neige, qui amènent une originalité à l’établissement mais qui sont, eux aussi, des personnages à part entière !

Comme je le disais en introduction, ce roman est, pour moi, un peu plus grave et un peu plus sombre que les précédents de l’autrice. Tout d’abord, l’humour est beaucoup moins présents dans cette histoire, même si certaines répliques m’ont quand même fait rire (le cours de country était mythique !). Ensuite, les personnages sont tous marqués par un évènement qui les a chamboulés et changés. Ainsi, ils sont tous en pleine reconstruction et cela passe par des moments de doute, de colère et de tristesse. Néanmoins, ce roman est, comme toujours avec Carène Ponte, un vrai message d’espoir car il parle de reconstruction, de seconde chance et de nouveau départ. La plume de l’autrice est toujours aussi fluide, dynamique et très efficace pour vous piéger une fois le livre entamé… 

Pour conclure, « Et ton coeur qui bat » est un magnifique roman de Carène Ponte. Beaucoup plus grave et un peu moins léger que ses précédentes histoires, l’autrice arrive avec brio à nous faire passer du rire aux larmes en l’espace de quelques paragraphes et nous regonfle le moral, grâce à ses protagonistes hauts en couleurs. 

 

Retrouvez ce roman sur le site des éditions Michel Lafon

 

pro_reader_120    favorited_reviews_120    reviews_50_120    netgalley_challenge_2018_120    netgalley_challenge_2019_120

A la lumière du petit matin d’Agnès Martin-Lugand

Littérature française/feel-good – Livre sorti le 29 mars 2018

Editions Michel Lafon

Lecture personnelle

Ma note : 4/5

 

Résumé : À l’approche de la quarantaine, Hortense se partage entre son métier de professeur de danse et sa liaison avec un homme marié. Elle se dit heureuse, pourtant elle devient spectatrice de sa vie et est peu à peu gagnée par un indicible vague à l’âme qu’elle refuse d’affronter. Jusqu’au jour où le destin la fait trébucher… Mais ce coup du sort n’est-il pas l’occasion de raviver la flamme intérieure qu’elle avait laissée s’éteindre ?

 

L’avis de #Lilie : Agnès Martin-Lugand fait partie de ces autrices que j’adore lire et dont j’essaie d’avoir toujours un roman à portée de mains. Rarement déçue, je me suis pourtant lancée dans cette lecture en espérant retrouver la pointe d’optimisme qui fait le charme de ses romans et qui m’avait manqué lors de son précédent.

Nous faisons ici connaissance avec Hortense. Professeure et passionnée de danse, elle a une vie assez routinière, dénuée de passion et d’imprévue. Lorsqu’elle se blesse gravement à la cheville, elle a l’impression d’étouffer dans sa vie parisienne et décide d’aller s’installer à la Bastide, en Provence, dans sa maison familiale, le temps d’y voir plus clair. Cette blessure ne serait-elle pas un signe du destin ? 

Hortense est une héroïne comme je les aime. Rêveuse, passionnée, elle s’est laissée, pendant trop longtemps, enfermer dans une routine dans laquelle elle se complaisait. Folle amoureuse d’Aymeric, elle accepte de n’être que la seconde, la femme de l’ombre et souffre en silence de le voir rejoindre sa famille après chacune de leurs entrevues. Sa blessure va être l’occasion de faire le point sur sa vie, ses envies et la direction qu’elle souhaite donner à son futur. Aymeric, son amoureux, est un homme sûr de lui, de son charme, qui semble profondément amoureux d’Hortense mais qui ne quittera sûrement jamais sa femme. Il est parfois ambivalent et c’est un personnage que j’ai pris plaisir à détester. Notre héroïne est également entourée par ses amis danseurs, Bertille et Sandro, ainsi que Cathie et Mathieu, ses amis du Sud. Tous seront une aide et un point d’ancrage pour Hortense, de véritables phares dans cette période un peu sombre. Enfin, je ne peux terminer ce tour des personnages sans mentionner Elias, un résidant de la Bastille, bien mystérieux et qui semble cacher de grandes fêlures sous son masque de tristesse.

Je retrouve là tout ce qui me plaît dans les romans d’Agnès Martin-Lugand. Tout d’abord, j’ai aimé tous les personnages, même Aymeric. Ils avaient tous quelque chose d’attachant et une ressemblance avec quelqu’un qu’on connaît ou qu’on côtoie. Ainsi, on peut se projeter certaines situations, avec une impression de moments déjà vécus ou déjà-vus. Ensuite, ce que j’apprécie, c’est de ressentir, au travers de ma lecture, des ondes positives. En effet, l’héroïne passe par des moments difficiles, et ce n’est pas la seule, mais on ressort de cette lecture avec le sourire car après chaque épreuve, quelque chose de positif finit par arriver. Certains diront que l’histoire est niaise, j’ai envie de leur répondre qu’on a le droit d’aimer les romans qui font juste du bien au moral et qui permettent de ne pas se faire des nœuds au cerveau. Un petit bémol, car je suis perfectionniste, sur la fin….. J’aurais aimé en savoir plus, ça finit un peu brutalement pour moi. La porte ouverte sur une suite, peut-être ?

Pour conclure, j’ai passé un excellent moment de lecture avec ce roman d’Agnès Martin-Lugand. Amateurs de lecture qui donnent le sourire, laissez-vous séduire par l’histoire d’Hortense, une danseuse dont la blessure va lui permettre de faire un point sur sa vie et de la reprendre en main.

 

Retrouvez ce roman sur le site d’Agnès Martin-Lugand