D’ici là, porte-toi bien de Carène Ponte

Roman français – Edition poche sortie en juin 2020
Editions Pocket

Ma note : 4/5 mention « petite bulle de bonheur »


Résumé : Quoi de mieux que quelques jours dans un hôtel de luxe tout neuf pour se remettre d’aplomb ?
Elles sont six femmes à s’y rendre pour cette semaine d’inauguration. Elles ne se connaissent pas, n’ont pas le même âge, pas la même vie, mais elles vont se croiser, parler, partager leurs émotions, s’épauler parfois au cours de ce séjour si particulier pour chacune.
Pas facile de se faire plaquer devant l’autel, d’espérer chaque jour un enfant qui ne vient pas, ou de savoir qu’on va bientôt perdre la mémoire… Mais en donnant sa chance à la chance, l’espoir pourrait renaître !


L’avis de #Lilie :
Carène Ponte est une autrice que j’aime beaucoup. Spontanée et naturelle sur les réseaux sociaux et lors des rencontres avec ses lecteurs, ses romans transpirent le bonheur et font partis de ceux qui me font du bien. Cet été, j’ai besoin de me changer les idées et je me suis tournée vers celui-ci, pleine d’espoir…. Rassurez-vous, je n’ai pas été déçue !!

Nous suivons ici six femmes totalement différentes, que ce soit par leurs origines sociales, leurs situations sentimentales ou leurs âges. Pourquoi donc les suivons-nous dans ce roman alors ? Car elles se retrouvent, en même temps, à « l’Avenue du Parc », un nouveau camping de luxe qui vient juste d’ouvrir ses portes. Là-bas, elles vont se croiser et d’une certaine manière, elles vont apprendre les unes des autres.

Nous faisons donc connaissance avec Jessie, une accro au boulot et à l’organisation qui se retrouve là pour apprendre à lâcher prise. Il y a Samya, cette femme trompée qui ne sait plus sur quel pied danser, pardonner ou ne pas pardonner, telle sera la question… Ensuite, nous découvrons Apolline, cette femme qui rêve d’être mère mais dont la vie refuse de lui faire ce cadeau. Nous avons aussi Geneviève, qui fête ses cinquante de mariage et qui est amoureuse, comme au premier jour, de son époux. Mia, elle, est une jeune femme un peu perdue, abandonnée par les siens et qui tente, tant bien que mal, de garder le cap. Enfin, il y a Alison qui vient de fuir son mariage car son futur mari lui a dit « non » devant tous leurs amis.
Elles se retrouvent donc toutes à l’Avenue du Parc et par paire, elles vont se découvrir, évoluer et avancer ensemble. Qui a dit que les amitiés de vacances n’étaient faites que de futilités ?

J’ai passé un très bon moment de lecture. Nous suivons, au fil des jours, chaque protagoniste qui est, alternativement, mise à l’honneur. On retrouve ici la plume de Carène Ponte, tout en humour et en tendresse mais qui, sous couvert de légèreté, nous parle de sujets plus graves tels que la difficulté de vivre avec une maladie, la difficulté à devenir mère et l’impact que cela peut avoir sur un couple, le pardon, l’abandon familial ou la toute puissance de certains hommes qui se pensent, encore, tout permis. Néanmoins, pas d’inquiétude, c’est une lecture parfaite pour se détendre et pour passer un bon moment car on s’attache à ces six femmes et j’avoue avoir été un peu frustrée, à la fin, de les laisser partir si vite…. Je n’ai pas eu de préférence entre elles car elles m’ont toutes touchées et elles représentent, de manière exhaustive, une jolie photographie des femmes françaises au XXIème siècle.

Pour conclure, je conseille la lecture de ce roman de Carène Ponte si vous êtes sensible à la cause féminine et si vous cherchez une lecture qui fait du bien, qui réconforte et qui vous permet de vous évader.

Retrouvez ce roman sur le site des Editions Pocket





November 9 de Colleen Hoover

Romance contemporaine – Édition poche sortie le 22 novembre 2018
Éditions Pocket

Ma note : 4/5 mention « émotions garanties »


Résumé : C’était en novembre, le neuvième jour du mois. D’emblée, lorsqu’il a rencontré Fallon, Ben a compris ses cicatrices, les a pansées, les a aimées. Alors qu’à 18 ans, à la suite d’un tragique accident, Fallon voyait s’écrouler son rêve d’actrice, Ben – Ben et son charme, Ben et sa drôlerie d’aspirant-écrivain – lui a redonné confiance. Cette journée, ils l’ont passée ensemble, une magie de tous les instants. Le soir venu, ils ont promis : chaque 9 novembre, dans les cinq années à venir, ils se reverront. Une date pour tout revivre. Une date pour tout comprendre. Et braver l’impossible…


L’avis de #Lilie : Vous devez le savoir, Colleen Hoover fait partie de ces autrices que j’adore lire et qui sont, pour moi, des valeurs sûres. Pourtant, voilà un moment que je laisse ses romans s’accumuler dans ma PAL. Ni une, ni deux, les vacances ont été l’occasion pour moi de me replonger dans l’univers de CoHo et de lire, enfin, certaines de ses pépites.

Nous faisons ici connaissance avec Fallon qui déjeune avec son père. Ils ne s’entendent pas très bien tous les deux et cela fait beaucoup de peine à la jeune femme. A la table à côté, il y a Ben qui regarde Fallon et semble tomber sous son charme. Lorsque le père de Fallon commence à la dénigrer, Ben arrive à sa rescousse en jouant son faux petit-ami. Quand le papa part, Ben reste et souhaite faire plus ample connaissance avec Fallon. Entre eux, tout semble évident et ils décident, pendant cinq ans, de se retrouver tous les ans. Mais cette histoire est-elle viable ? Fallon arrivera-t-elle à surmonter ses blessures et son manque de confiance en elle ? Et Ben, que cache-t-il derrière son sourire et son air enjoué ?

Fallon est la fille d’un acteur célèbre et était, elle-même, une star du petit écran. Malheureusement, un accident a tout changé et ses multiples blessures ont rendu l’exercice du métier de ses rêves impossible. Peu sûre d’elle, meurtrie dans sa chair mais aussi mentalement, elle décide de quitter la Californie pour tenter sa chance à New-York. Sa rencontre avec Ben va être comme un électrochoc, un moyen pour elle de ressortir de sa coquille, d’oser s’affirmer et enfin essayer de trouver, par elle-même, sa propre voie. Au fil du roman, elle évolue de manière très positive et c’est une femme forte et incroyablement courageuse. Ben, quand à lui, est étudiant en littérature et promet à Fallon d’écrire un livre sur leur rencontre et leur relation. Enjoué, souriant, attentionné, il est aussi très proche de ses frères et de sa belle sœur et est très attaché à eux. Il semble fasciné par Fallon et n’hésite pas à cacher sous des traits d’humour son véritable ressenti. Il cache un gros secret que je n’avais absolument pas deviné et qui m’a laissé sans voix….

Ce roman de Colleen Hoover est, encore une fois, un joyau d’émotions. En effet, les deux personnages sont attachants et vont développer une relation atypique et sur courant alternatif. Entre raison et passion, la frontière est mince et nos protagonistes vont nous entraîner dans une histoire où les nerfs du lecteur seront mis à rude épreuve. Comme toujours, la plume de l’autrice nous enchante et nous envoûte et l’alternance des points de vue rend la lecture encore plus addictive. Des thèmes forts sont abordés comme ceux du pardon, du deuil et de l’acceptation de soi. En bref, une belle histoire, à ne pas lire si on n’a pas le moral….

Pour conclure, la magie de CoHo a encore frappé avec « November 9« . Les adeptes de l’autrice retrouveront ici tout ce qui fait son charme : de l’émotion, des personnages forts et fragiles à la fois et une histoire surprenante.

Retrouvez ce roman sur le site de l’éditeur

Six ans à t’attendre de Delphine Giraud

Roman français contemporain – Sortie en poche le 9 juillet 2020
Éditions Pocket

Ma note : 4/5 mention « à découvrir »


Résumé : Rachel et Vincent s’aiment depuis l’adolescence. Une passion indéfectible. L’avenir semble tout tracé jusqu’au jour où, l’avant-veille de leur mariage, Vincent disparaît. On retrouve sa moto accidentée sur le bord de la route, mais pas de corps.
Six ans plus tard, Rachel s’est reconstruite. Mais son monde s’écroule à nouveau quand, au détour d’une rue parisienne, elle l’aperçoit. Vincent. C’est lui, elle en est sûre.
Persuadée que l’homme de sa vie est bien vivant, elle va se lancer à sa poursuite. Avec une question en tête, obsédante : s’il n’est pas mort, pourquoi a-t-il disparu ?


L’avis de #Lilie : Voilà un roman dont j’avais entendu parler quand il était sorti en auto-édition mais qui, par un concours de circonstances, n’avait pas rejoint ma liseuse. Quand j’ai appris qu’il allait être édité par les éditions Fleuves, j’ai longuement hésité mais me suis finalement laissée tenter par le format poche. J’ai passé un très bon moment de lecture et même si je regrette d’avoir tant attendue, je suis heureuse d’avoir découvert l’univers proposé par l’autrice.

Nous faisons ici connaissance avec Rachel, une femme qui donne le change mais qui a souffert dans son passé. En effet, quelques jours avant son mariage, l’homme de sa vie, Vincent, a disparu. Présumé mort, il a fallu qu’elle réapprenne à vivre sans lui et qu’elle avance. Lorsqu’elle pense l’avoir vu à Paris, le retrouver devient une obsession. Mais était-ce bien lui ? Si c’est lui, a-t-elle raison de vouloir le retrouver ? Et pourquoi serait-il rester loin d’elle, et des siens, pendant si longtemps ? Est-ce une bonne chose de vouloir remuer, à nouveau, le passé ?

Rachel a vécu, en l’espace de quelques jours, deux drames : la mort de son grand-père puis la disparition de son fiancé, Vincent. Au fil des ans, elle s’est reconstruit et a tenté de reprendre pied. Elle n’a pas refait sa vie, car elle était toujours hanté par son amour perdu. C’est une femme déterminée, passionnée et qui veut toujours comprendre ce qui peut se passer. Quand elle croit revoir Vincent, elle ne lâche pas l’affaire avant de l’avoir résolue. Mais est-elle prête à ce qu’elle va découvrir ? Elle est soutenue par sa jumelle Carole, qui n’a pas sa langue dans sa poche, et son cousin Gauthier, qui la considère comme sa sœur. Très affecté lui aussi par la disparition de Vincent, il va tout faire pour tenter d’éclaircir le mystère entourant sa réapparition miraculeuse.

Je n’en dirai pas plus pour ne pas gâcher la surprise aux éventuels futurs lecteurs. J’ai été happée par la plume de l’autrice car son style fluide accroche le lecteur et l’entraîne tout de suite au cœur de l’intrigue. Cette dernière connaît peu de temps morts et même si par moment, elle semble un peu tirée par les cheveux, je dois dire que je suis allée de surprises en surprises et je n’avais pas deviné grand chose des tenants et aboutissants de cette histoire. Émotionnellement, la plume de Delphine Giraud nous fait passer du sourire aux larmes, en passant par la stupéfaction ou l’effroi en l’espace de quelques pages. En bref, j’ai été conquise et vais de ce pas me lancer dans son nouveau livre qui vient de sortir.

Pour conclure, « Six ans à t’attendre » est un joli roman qui parle d’amour, de secrets et de reconstruction. Ceux qui s’attendent à lire un roman à suspense seront sûrement déçus car comme le laisse supposer la couverture, c’est bel et bien un beau roman d’amour que nous livre Delphine Giraud, une autrice prometteuse à la plume accrocheuse.

Retrouvez l’univers de l’autrice sur sa page Facebook
Retrouvez ce roman sur le site de l’éditeur

 

Vous faites quoi pour Noël ? de Carène Ponte

Comédie de noël – Livre poche sorti le 5 novembre 2020
Editions Pocket
Lecture personnelle

Ma note : 4.5/5 mention « lecture doudou »

 

Résumé : Plongez Pauline dans une fête de Noël très arrosée au bureau. Pimentez d’un dérapage torride dans le parking de son immeuble avec l’assistant du DRH. Ajoutez un enregistrement de vidéosurveillance. Et vous comprendrez que Pauline peut dire adieu à ses vacances pépères, genre siestes en pyjama licorne et comédies romantiques à gogo. L’urgence : se rapprocher de celui qui détient la vidéo si compromettante pour sa réputation, le séduisant gardien de son immeuble ! Celui-ci lui propose un marché. En tout bien tout honneur. Pauline n’a d’autre choix que d’accepter, mais sait-elle vraiment ce qui l’attend ?


L’avis de #Lilie : Comme vous le savez, j’aime beaucoup la plume de Carène Ponte. Lorsque j’ai appris qu’elle avait sorti une comédie de noël, j’étais impatiente de la découvrir tant l’autrice est une amoureuse de la période. Cela transparaît bien dans ce roman qui sent bon les sablés et le chocolat chaud.

Nous faisons ici connaissance avec Pauline, une jeune femme qui travaille dans une maison d’édition. Après la soirée de noël de son entreprise, elle est raccompagnée chez elle par un de ses collègues et, l’alcool aidant, ils se laissent aller à une petite partie de jambes en l’air dans le parking de Pauline. Malheureusement pour elle, le tout nouveau système de vidéo-surveillance a tout filmé et elle doit se résoudre à tout tenter pour faire disparaître ces images. Le gardien David lui propose alors un marché : elle accepte de venir passer les fêtes dans sa famille et il fera tout ce qu’il peut pour effacer les images. Pauline a-t-elle le choix ? Est-elle prête à découvrir Santa les deux Sapins ? Ressortira-t-elle indemne de ce réveillon ?

Pauline est une jeune femme actuelle : indépendante, elle a son boulot, ses amis, et n’attend pas du tout après un homme pour être heureuse. Un peu gaffeuse, elle a aussi beaucoup de tempérament et n’entend pas se laisser marcher sur les pieds. Fille unique, elle n’a pas l’habitude des grandes festivités et va découvrir de nombreuses traditions de noël auprès de la famille de David. Ce dernier est un protagoniste bien mystérieux, dont on découvre des pans de sa vie au fil du récit. Bel homme, galant, il adore embêter Pauline et semble jaloux de son petit frère Donovan. Ce dernier le lui rend bien, en ne manquant pas une occasion de le titiller. Malgré cette inimitié, Davis est très proche de sa famille, même si cette dernière peut se montrer un chouïa envahissante. Entre la maman Hélène qui espère gagner le concours de cookies et Maddie qui est enceinte jusqu’aux yeux, Pauline va découvrir l’esprit de tribu, que ce soit les bons ou les mauvais côtés…

J’ai adoré ce roman qui nous plonge totalement dans l’ambiance de noël. On est en complète immersion à Santa les deux Sapins, une commune idéale pour tous les amoureux de cette période de l’année. Les personnages sont hauts en couleur et on s’attache rapidement à chacun d’entre eux. L’autre point fort de cette histoire est l’humour qui est très présent, que ce soit dans les notes de bas de page ou dans les dialogues entre les protagonistes. J’ai beaucoup ri et cette comédie m’a happée au point que je n’ai pu la poser avant de l’avoir terminée ! La suite est sortie cet automne, vivement l’année prochaine pour retrouver toute cette joyeuse tribu !!

Pour conclure, si vous êtes fan des fêtes de fin d’année et sensible à la magie de noël, laissez-vous tenter par « Vous faites quoi pour Noël ? ». Carène Ponte nous propose ici un roman doudou, à savourer sous un plaid, avec une boisson chaude et des friandises à portée de main. C’est un roman qui fait du bien au moral et se savoure sans modération !

Retrouvez ce roman sur le site des éditions Pocket

La colline aux esclaves de Kathleen Grissom

Littérature nord-américaine – Livre sorti le 7 avril 2016
Editions Pocket 
Lecture personnelle

Ma note : 4.5/5 mention « touchant »

Résumé : États-Unis, 1791. Lavinia, jeune orpheline irlandaise, se retrouve domestique dans une plantation de tabac. Placée avec les esclaves noirs de la cuisine, sous la protection de Belle, la fille illégitime du maître, elle grandit dans la tendresse de cette nouvelle famille.
Cependant, Lavinia ne peut faire oublier la blancheur de sa peau : elle pénètre peu à peu dans l’univers de la grande maison et côtoie deux mondes que tout oppose. Jusqu’au jour où une histoire d’amour fait tout basculer… Le petit monde de la plantation est mis à feu et à sang, de dangereuses vérités sont dévoilées, des vies sont menacées…


L’avis de #Lilie : Voilà un roman que je ne connaissais pas du tout. Prêté par une amie, je me suis plongée avec grand plaisir dans cette fresque familiale qui nous plonge dans une Amérique où l’esclavage est encore la norme et où le fossé noirs/blancs est incroyablement large.

Nous faisons ici connaissance avec Lavinia, une jeune orpheline d’origine irlandaise, qui est recueillie par un capitaine ayant une exploitation de tabac. Arrivée chez lui, elle est confiée à Belle, une domestique métisse dont la place n’est pas très claire au sein de la famille. Éduquée d’abord par Mama, Lavinia va grandir et se retrouver dans une situation bancale, coincée entre sa famille de cœur, composée d’esclaves noirs, et la blancheur de sa peau. Va-t-elle trouver sa place ? Quelle est-elle ? Lavinia fera-t-elle ce qu’elle doit faire ou ce dont elle a envie ?

Lavinia est une petite fille puis une jeune femme pleine de vie, après un temps d’adaptation dans sa nouvelle maison. Placée au sein des domestiques qui s’occupent de la grande maison, elle va s’épanouir et, très tôt, être confrontée à des drames et aux inégalités de traitement entre noirs et blancs. En grandissant, elle va être amenée à côtoyer la famille de Mme Marshall et son destin sera loin d’être un fleuve tranquille. Attachante, elle est pourtant très naïve et j’ai trouvé qu’en vieillissant, elle perdait de son mordant et baissait, parfois, un peu trop les bras. Certes, elle ne va pas avoir un destin très rose mais j’aurais aimé que la flamme de la rébellion prenne le dessus même si, en toute honnêteté, c’est une analyse de femme du XXIème siècle, dont la condition n’est pas du tout la même qu’à l’époque. Le roman tourne principalement autour d’elle et de Belle, une jeune esclave proche du capitaine mais dont la place n’est pas claire au sein de la famille. C’est un protagoniste qui va beaucoup souffrir tout au long de sa vie et qui a un destin en dent de scie.

Ce roman est vraiment une belle découverte. Cette fresque familiale courant sur une vingtaine d’année est en même temps touchante, dramatique et révoltante. On sent la fracture qui existait à l’époque entre les riches propriétaires blancs et leurs esclaves noirs qui n’étaient, pour certains, rien d’autres qu’une marchandise comme une autre. Il est aussi question de la place de la femme à l’époque, totalement soumise à la volonté de leurs maris et n’ayant aucun moyen de faire entendre leurs voix. Malgré quelques longueurs, il est très difficile de poser ce livre tant l’autrice embarque son lecteur. La plume est très descriptive et précise et on ressent toutes les émotions des personnages au cours de la lecture. Tenue en haleine jusqu’au bout, j’ai eu un pincement au cœur en tournant la dernière page. Heureusement, j’ai vu qu’elle avait écrit une suite et il est fort probable que je me laisse tenter très bientôt !

Pour conclure, « La colline aux esclaves » est un roman marquant sur la condition des esclaves et des femmes à la fin du 18ème siècle. Loin d’être une lecture légère, cette histoire saura, à coup sûr, vous captiver et vous entraîner aux côtés de Lavinia, Belle ou Mama.

Retrouvez ce roman sur le site des éditions Pocket

Voulez-vous tuer avec moi ce soir ? de Céline Denjean

Thriller – Livre sorti le 8 septembre 2016
Editions Pocket
Lecture personnelle

Ma note : 4.5/5 mention « glaçant »

 

Résumé : Je m’appelle Marcel. J’ai 47 ans. Je suis contrôleur de bus. Je mène une vie saine et bien rangée. J’aime l’ordre, la rigueur et la discrétion et, à bien des égards, je suis votre voisin idéal. C’est que, contrairement à bon nombre de mes contemporains, j’ai reçu une excellente éducation. Et ce n’est pas ce que la police ou les journaux racontent sur moi qui me fera changer d’avis !
Toulouse. Depuis plusieurs mois, le lieutenant Girard traque « le Tueur du vendredi », un pervers méthodique qui viole et tue des prostituées le long du canal. Le meurtrier, c’est Marcel, un insoupçonnable contrôleur de bus à la vie sans histoire. Maniaque et obsessionnel, il suit jour après jour, et à la minute près, une routine bien huilée. Ses ennemies ? Les femmes, les indécentes, les décadentes, les provocantes… Et depuis peu sa jeune voisine, qui pourrait bien faire basculer une routine jusqu’alors inébranlable…

 

L’avis de #Lilie : Je poursuis ma découverte des autrices de thriller en vous parlant aujourd’hui du premier roman de Céline Denjean. Originaire de Toulouse, j’ai lu ce livre à l’occasion de sa venue dans ma commune dans le cadre du Toulouse Polar du Sud. Selon elle, ce n’est pas son meilleur roman. Comme je lui ai dit, si celui-là n’est pas son meilleur, je n’ose imaginer combien je vais me régaler en continuant à la lire tant j’ai frissonné et été embarquée par cette chasse à l’homme dans les rues de Toulouse.

Nous faisons ici connaissance avec Marcel, contrôleur chez Tisséo, vieux garçon et qui, le vendredi soir, tue des prostitués sur le bord du canal. On rencontre aussi Manuel, le chauffeur de taxi à qui il arrive bien des mésaventures. Il y a aussi Lucille, l’adolescente rebelle qui nargue Marcel, dès qu’elle en a l’occasion. Et il ne faut pas oublier Claude, cette adolescente mal dans sa peau qui a bien du mal à trouver sa place… Tous ces personnages vont se croiser, interagir ensemble et voir leurs destins basculer en l’espace de quelques jours. 

La vraie force de cette histoire est que dès le départ, on connaît le nom du tueur. L’autrice le confesse volontier, le but ici n’était pas de chercher qui était le coupable mais bien d’analyser comment une personne que l’on pense, de prime abord, banale bascule dans la folie meurtrière. En effet, quand on découvre Marcel Cazaux, il ne fait pas rêver : 47 ans, célibataire, avec une vie très routinière, ayant grandi avec son papa, ancien combattant, sans repère maternel, ce n’est pas l’homme le plus « fun » qui soit. Et pourtant, quand son père meurt, ses principes vont se heurter à ses pulsions et il va se lancer dans une « mission », qu’il pense nécessaire. Ses pensées, son raisonnement, rien ne nous est épargné et on tremble à l’idée que son perfectionnisme et son organisation le fasse échapper à la justice. Concernant Lucille, c’est l’adolescente type : elle veut jouer à la grande en s’habillant avec des tenues provocantes, se révolte dès qu’elle en a l’occasion, essaie d’être la plus populaire au lycée. Pendant une grande partie de l’histoire, j’ai adoré la détester tant elle semble insupportable et loin, finalement, des réalités. Elle est en classe avec Claude, qui ne sait comment attirer l’attention de la star du lycée et qui, de son côté, vit très mal son adolescence. Coincée entre des parents ultra-catholiques et des pensées qui vont à l’encontre de l’éducation qu’elle a reçu, elle souffre, sans savoir où trouver un échappatoire. Enfin, il y a Manuel, le chauffeur de taxi qui n’est pas toujours au bon endroit, au bon moment, mais qui va avoir un grand rôle à jouer dans cette intrigue.

J’ai passé un excellent moment avec ce livre. En effet, la plume de l’autrice est très vive et visuelle et elle nous plonge, dès les premières lignes, en plein coeur de son intrigue. Au fil des chapitres, on alterne les protagonistes, ce qui peut paraître déstabilisant au départ mais qui, finalement, rythme  bien notre lecture. Ils sont tous « normaux », des personnes comme on pourrait en croiser tous les jours, ce qui permet de mieux s’attacher à eux, ou de les détester encore plus ! Plusieurs intrigues annexes gravitent autour de l’intrigue principale et donnent des sueurs froides au lecteur qui se demande bien comment tout cela va se terminer. Le suspense est bel et bien présent jusqu’à la fin et on retient son souffle jusqu’au dénouement…

Pour conclure, « Voulez-vous tuer avec moi? » est un excellent premier roman. Sa construction est originale et m’a totalement embarquée. Il me tarde maintenant de poursuivre ma découverte des écrits de Céline Denjean qui sont, selon les connaisseurs, encore plus sombres et bien meilleurs ! J’ai hâte !

 

Retrouvez ce roman sur le site des éditions Pocket

L’irrésistible histoire du Café Myrtille de Mary Simses

Littérature Nord-Américaine/Feel-good book – Mai 2019

Editions Pocket

Lecture personnelle

Ma note : 3,5/5

 

Résumé : Ellen Branford, jeune et brillante avocate, mène une vie affairée à New York. Pour exaucer les dernières volontés de sa grand-mère, elle se rend à Beacon, minuscule ville côtière du Maine. Elle doit y retrouver l’amour de jeunesse de son aïeule et lui remettre une lettre. L’affaire d’une journée, pense-t-elle…
Mais rien ne va se passer comme prévu: à peine arrivée, Ellen tombe d’un ponton et manque de se noyer. La photo de son sauvetage par un certain Roy fait la une du journal local. Le destinataire de la lettre reste introuvable. Et le passé de sa grand-mère recèle ce qu’Ellen n’aurait jamais pu imaginer. Alors que son séjour se prolonge, la jeune femme se met à douter des choix qu’elle a faits jusqu’ici et qui lui semblaient si solides. A-t-elle vraiment la vie dont elle rêvait ?

 

L’avis de #Lilie : J’ai découvert ce livre complètement par hasard, grâce à un groupe de livres voyageurs. Je dois avouer que j’ai d’abord été attirée par la couverture et en lisant le résumé, je me suis laissée tenter et je ne regrette pas cette parenthèse livresque.

Ellen vient de perdre sa grand-mère. Avant de mourir, elle lui a fait promettre de remettre une lettre à Chet Cummings, son amour de jeunesse, qui vit à Beacon, une petite ville du Maine. Ellen prend cette « mission » très à coeur et quitte donc New-York pour le Maine. Mais une fois là-bas, rien ne se passera comme prévu et la jeune femme pourrait bien trouver bien plus que ce qu’elle espérait… Et si de nouvelles perspectives s’ouvraient à elle ? Est-elle vraiment faite pour une vie d’avocate New-Yorkaise ?

Ellen est, au premier abord, le stéréotype de l’avocate new-yorkaise : toujours pressée, carriériste, soucieuse des apparences…. Son début de séjour à Beacon va mettre à mal ses habitudes et son sauvetage de la noyade par Roy va faire d’elle la star de la ville. Mal à l’aise avec cet échec, elle va pourtant, peu à peu, fendre l’armure et révéler sa vraie personnalité. Elle profite également de ce séjour pour aller sur les traces de sa grand-mère et découvrir ses secrets de jeunesse. Tout cela va l’entraîner de surprises en surprises et l’obliger à voir beaucoup de choses sous un nouvel angle. Roy, son « sauveteur », est charpentier, amoureux de sa ville et de sa tranquillité. Attaché à sa famille, il a tout de l’homme parfait ! Au fil des rencontres avec Ellen, une complicité va naître entre eux… mais la belle est fiancée à Hayden, un avocat new-yorkais ambitieux, qui vise une place en politique. Alors, entre ces deux homme si différents, Ellen fera-t-elle le choix de la passion ou de la raison ?

Ce roman m’a fait un bon moment. La plume de l’autrice est fluide, très visuelle et m’a permis de voyager dans cette petite cité balnéaire des Etats-Unis. Les personnages sont intéressants même si Ellen est un peu caricaturale au départ. Néanmoins, j’ai aimé la voir évoluer et se questionner au fil des pages. L’intrigue n’est pas très originale mais elle m’a permis de penser à autre chose et elle m’a transportée au cœur du Maine, donc la mission principale du roman est remplie ! Je mettrai un petit bémol sur la fin, qui est un peu rapide pour moi. Ce livre est l’occasion aussi de s’interroger sur le sens de nos vies, le sens qu’on lui donne et les priorités que l’on décide de choisir. En effet, on perd souvent de vue qu’il faut prendre son temps, profiter de toutes les petites choses de la vie en faisant passer en premier notre vie professionnelle et toutes ses exigences. 

Pour conclure, j’ai passé un bon moment de lecture avec « l’irrésistible histoire du café Myrtille ». Amateurs de lecture feel-good, n’hésitez pas à vous tourner vers cette histoire légère qui permet de s’évader le temps de sa lecture.

 

Retrouvez ce roman sur le site des Editions Pocket