Et que ne durent que les moments doux de Virginie Grimaldi

Littérature française contemporaine – Roman sorti en 2020
Editions Fayard

Ma note : 4/5


Résumé : L’une vient de donner naissance à une petite fille arrivée trop tôt.
L’autre vient de voir ses grands enfants quitter le nid.
L’une doit apprendre à être mère à temps plein, l’autre doit apprendre à être mère à la retraite.
C’est l’histoire universelle de ces moments qui font basculer la vie, de ces vagues d’émotions qui balaient tout sur leur passage, et de ces rencontres indélébiles qui changent un destin.

Avec une infinie justesse et beaucoup d’humour, Virginie Grimaldi déroule le fil de leur existence et nous invite à partager leurs joies et leurs angoisses, mais aussi les souvenirs, les rêves et les espoirs.


L’avis de #Lilie : Vous le savez, Virginie Grimaldi fait partie des autrices dont j’attend toujours la parution des romans avec une grande impatience. Malgré une lecture en demi-teinte de son roman précédent, je me suis lancée pleine d’entrain dans ma lecture. Même si j’ai passé un bon moment, je n’ai pas eu de coup de cœur pour celui-ci non plus.

Nous faisons ici connaissance avec deux femmes : d’un côté, il y a Lili, une jeune maman inquiète car sa fille est arrivée trop tôt et est placée en couveuse. De l’autre, il y a Elise, une maman un peu déboussolée par le départ de son deuxième enfant et qui se retrouve avec un appartement, et une vie, vide. Toutes les deux sont à un moment charnière de leurs vies de femme et de maman. Comment vont-elles le vivre ? Comment vont-elles surmonter les épreuves imposées par la vie ? Comment vont-elles s’adapter ?

Lili est une jeune femme inquiète, qui se jette corps et âmes, dès les premiers instants dans son rôle de maman. Elle culpabilise beaucoup de la naissance prématurée de sa fille et on voit à quel point elle va travailler sur elle, tout au long de l’histoire, pour prendre du recul et accompagner sa fille dans son combat. Concernant Elise, on comprend rapidement que pendant de longues années, toute sa vie a tourné autour de ses deux enfants. Désormais partis, une en Angleterre et l’autre à Paris, elle doit apprendre à vivre seule et à se refaire plaisir. Entre rencontres et nouveaux défis, sa nouvelle vie s’annonce pleine de rebondissements. C’est une femme qui va savoir évoluer tout au long de l’histoire, qui va se prendre en main et qui m’a très agréablement surprise.

Je ne peux pas parler d’autres personnages car le roman tourne vraiment quasi-exclusivement autour de ces deux femmes. La narration alterne entre l’une et l’autre et nous immerge totalement dans leur esprit. La plume de l’autrice est toujours aussi vive mais cette fois, elle joue plus sur la corde émotionnelle que sur celle de l’humour. En effet, elle nous parle longuement de la vie des parents en service de néonatologie, leurs angoisses, leurs espoirs et les rencontres qui peuvent être faites. Elle rend aussi hommage à tous ces hommes et ces femmes qui travaillent avec cœur pour sauver les enfants et rassurer les parents. C’est un roman rempli d’ondes positives même si certains passages peuvent être durs pour les mamans. Néanmoins, Virginie Grimaldi nous offre ici une ode à la vie et elle nous encourage à être soi-même et de suivre ses envies.

Pour conclure, « Et que ne durent que les moments doux » est un roman tout doux, mais aussi touchant, un roman pour les mamans et pour tous les lecteurs qui aiment déjà l’autrice.

Retrouvez tout l’univers de l’autrice ici !
Retrouvez ce roman sur le site des éditions Fayard
Retrouvez-le également en format poche ici

Les lettres de Rose de Clarisse Sabard

Roman français contemporain – Sortie poche en 2017
Editions Charleston

Ma note : 5/5 mentions « coup de cœur » et « incontournable 2021 »


Résumé : Lola a été adoptée à l’âge de trois mois. Près de trente ans plus tard, elle travaille dans le salon de thé de ses parents, en attendant de trouver enfin le métier de ses rêves : libraire. Sa vie va basculer lorsqu’elle apprend que sa grand-mère biologique, qui vient de décéder, lui a légué un étrange héritage : une maison et son histoire dans le petit village d’Aubéry, à travers des lettres et des objets lui apprenant ses origines. Mais tous les habitants ne voient pas d’un bon œil cette étrangère, notamment Vincent, son cousin. Et il y a également le beau Jim, qui éveille en elle plus de sentiments qu’elle ne le voudrait…


L’avis de #Lilie : J’ai découvert la plume de Clarisse Sabard l’hiver dernier et j’avoue avoir été séduit. Ainsi, j’ai envie, peu à peu, de lire tous ses romans et celui-ci est sorti de ma PAL grâce à ma cousine et notre challenge livresque. Encore une fois, je termine ma lecture conquise et avec le sourire aux lèvres.

Nous faisons ici connaissance avec Lola, une jeune femme qui vit à Paris et travaille avec ses parents. Adoptée quand elle était bébé, elle n’a jamais cherché à retrouver ses origines. Ainsi, lorsqu’elle apprend que sa grand-mère « biologique » est décédée et qu’elle a droit à un héritage, elle est méfiante et surprise. Elle se rend alors à Aubéry et finalement, c’est une véritable chasse au trésor, sur les traces de son passé, qui l’attend. Que va-t-elle découvrir au cours de sa quête ? Tous les secrets de famille doivent-ils être déterrés ? Est-ce une bonne idée de retourner dans le village qui a vu grandir son arrière grand-mère, sa grand-mère et sa mère ? Et pourquoi son cousin Vincent se montre-t-il aussi suspicieux ?

Lola est une jeune femme qui a tendance à vivre sur ses acquis. Travaillant avec ses parents, sans véritable perspective professionnelle, et célibataire depuis peu, elle est à un moment « clé » de sa vie. Le coup de téléphone du notaire tombe à pic et va lui donner l’occasion de reprendre sa vie en main. Lola est curieuse, passionnée, têtue et très attachante. C’est une héroïne moderne, avec des envies de liberté et en même temps très traditionnelle dans son attachement aux siens et dans son envie de trouver le grand Amour. J’ai aimé la suivre dans ses recherches et dans les lectures qui lui permettront de recomposer le passé de ses aïeuls. L’arrière grand-mère de Lola, Louise, elle, était une femme moderne, en avance sur son temps. Elle ne se contentait pas de la vie qui lui tendait les bras et elle va tout faire pour que son destin change. Travailleuse acharnée, elle va parfois manquer de discernement en ce qui concerne ses enfants mais on ne pourra jamais lui reprocher sa droiture et la continuité dans ses convictions. Elle a eu deux filles, Rose, la grand-mère de Lola, et Léonie. Rose est une jeune fille puis une jeune femme passionnée, fougueuse et pas toujours d’accord avec sa mère. Le destin va lui imposer de drôles d’épreuves qu’elle va tenter de relever en gardant la tête haute. Sa vie ne sera pas facile mais ne comptez pas sur moi pour vous en dire plus ! Parmi les autres personnages importants, il y a tout d’abord Tristan, le meilleur ami de Lola, une épaule solide et une oreille attentive pour sa « chouquette » préférée. Enfin, il y a Frédérick, le notaire d’Aubéry, qui sera un atout pour Lola dans ses recherches, et le beau Jim, le meilleur ami de son cousin Vincent, un cousin bien mystérieux et méfiant vis-à-vis de cette cousine arrivée de nulle part.

Cette lecture est un gros coup de cœur pour moi. Il est vrai que ce roman avait tout pour me plaire : des secrets de famille, une histoire intergénérationnelle, un peu d’amour, un peu d’humour, bref tout était réuni pour faire un carton plein ! J’ai aimé le fait que l’intrigue se déroule sur plusieurs temporalités, dans le présent mais aussi dans le passé de Louise et Rose. Cette alternance permet d’éviter la monotonie et aussi d’éclairer les choix qui ont été faits à l’époque. La plume de l’autrice est très visuelle et elle nous immerge totalement dans son récit. On entre très facilement dans cette histoire de famille et dès le départ, ma curiosité a été attisée. Je ne me suis pas ennuyée une seconde et même si j’avais deviné une partie du secret, je me suis régalée jusqu’au bout. C’est aussi un roman « féministe » dans la mesure où les différentes générations de femmes sont au centre de l’intrigue et elles illustrent la vie de nombreuses femmes au fil de ces époques, avec les contraintes et les préjugés qui existaient à l’époque.

Pour conclure, « Les lettres de Rose » est un joli roman évoquant les secrets de famille mais aussi la vie de plusieurs femmes au cours du XXème siècle, des femmes qui n’ont pas eu la vie facile mais qui ont choisi de vivre selon leurs propres règles.

Retrouvez ce roman sur Amazon

Nous, les magnifiques de Julie de Lestrange

Littérature française contemporaine – Sortie le 21 avril 2021
Editions Mazarine

Ma note : 4/5 mention lecture « doudou »


Avant de commencer, je tiens à remercier les éditions Mazarine qui, via une masse critique Babelio, m’ont confié ce roman en service presse.

Résumé : Ensemble, envers et contre tout.
Alexandre a réussi.
Il partage son temps entre son métier, sa famille, et des projets qui fourmillent.
Dans cette course effrénée, il ne voit pas que son monde se délite, petit à petit.
C’est l’histoire d’un homme qui pensait tout connaître de l’existence.
C’est aussi l’histoire de Marco, Claude, Anouk, et Sophie.
Des amis que l’on garde pour la vie,
Et de nos défaites, dont jaillissent les plus grandes espérances.


L’avis de #Lilie : Quelle joie de revoir Alexandre et toute la bande. Telle une bande de copains que l’on prend plaisir à revoir régulièrement, je me suis lancée avec joie et enthousiasme dans la lecture de ce nouveau roman….. mais j’ai ressenti un petit pincement au cœur au moment de leur dire au revoir car la boucle semble bouclée.

Nous retrouvons donc Alexandre et Sophie, dix ans après « Danser encore« . Ils sont partis vivre en province, leurs enfants, Nathan et Juliette, ont bien grandi et comme tous les couples, la routine semble avoir raison d’eux. Dans le même temps, Alexandre apprend que son père vient de refaire sa vie mais sa nouvelle belle-mère n’est pas « celle » qu’il attendait. Quand Sophie perd son boulot, tout bascule, sa vie qui semblait toute tracée n’est plus si « évidente ». Dans quelle direction la vie d’Alexandre va-t-elle basculer ? Acceptera-t-il les changements qui s’imposent ? Son couple peut-il survivre à cette crise ?

Ici, nous suivons principalement Alexandre car il est vrai que c’est sa vie à lui qui bascule dans cette histoire. En quittant Paris, il a tiré un trait sur sa carrière de journaliste et a monté une entreprise avec Damien, un autre passionné comme lui. Depuis, il se donne corps et âmes pour sa boîte et se repose beaucoup sur Sophie pour la gestion du quotidien. Mais quand cette dernière traverse une épreuve et change son comportement, Alexandre va devoir admettre qu’il doit, lui aussi, s’impliquer dans sa famille et dans son couple. Sophie est à un tournant de sa vie. La non-reconduction de son contrat va avoir un effet dévastateur sur elle. Elle va remettre beaucoup de choses en cause et s’interroger réellement sur le sens à donner à sa vie. On voit beaucoup moins Marco et Anouk. Néanmoins, ils sont toujours là, en toile de fond, présents pour nos deux « héros ». Par contre, on voit beaucoup plus Claude, le père d’Alexandre et Anouk, que l’on avait découvert dans le tome précédent. Lui aussi est à un tournant de sa vie et j’ai aimé suivre cet homme qui, à la retraite, décide, enfin, de profiter de la vie.

Ce roman m’a fait l’effet d’une lecture doudou. Vous savez, ce sont ces histoires réconfortantes où on rencontre des protagonistes authentiques, attachants, qui pourraient être nos amis, nos cousins ou nos voisins. Le fait de les retrouver après autant d’années est aussi une manière de se rassurer. La plume de l’autrice est toujours aussi efficace et une fois la lecture entamée, difficile de voir les pages se tourner. L’intrigue est assez banale, car elle parle de situations pouvant arriver à toute personne autour de la quarantaine, mais au final, on a envie de savoir si tout va bien se passer. L’autrice aborde des thèmes difficiles tels que la répartition des tâches dans la famille, l’adolescence, le changement de vie et, une nouvelle fois, le deuil. Contrairement à ce qu’on pourrait craindre, ce tome 3 n’a pas de goût de réchauffé, j’ai pris beaucoup de plaisir à le découvrir et je regrette de l’avoir déjà terminé.

Pour conclure, « Nous les magnifiques » est une belle occasion de suivre de nouveau des personnages qui ont évolué sur trois tomes et quelques décennies. A voir si l’autrice aura envie de prolonger, encore un peu, les aventures d’Alexandre, Anouk, Sophie et Marco ou si elle va les laisser vieillir en paix….. seul l’avenir nous le dira mais personnellement, je leur ai dit « au revoir » avec tristesse, comme si je quittais des amis que je prenais plaisir à retrouver régulièrement.

Retrouvez ce roman sur le site des éditions Mazarine

Retrouvez ci-dessous mes avis sur les tomes précédents :

hier encore       danser encore

Danser, encore de Julie de Lestrange

Littérature française contemporaine – Sortie en 2018
Éditions Mazarine

Ma note : 4/5 mention « lecture réconfortante »


Résumé : Alexandre, Marco et Sophie connaissent une amitié de trente ans et autant d’amour, de blessures, de déceptions et de joies. Désormais adultes, confrontés au poids du quotidien et des responsabilités, à l’existence et ses tourments, sonne l’heure de faire des choix.
Mais que reste-il des certitudes lorsque le sort frappe au hasard ?
Juste un vertige, profond et déroutant, des liens indéfectibles, et parfois comme la nécessité de respirer, le besoin de danser et celui de s’aimer.
Découvrez la bande de copains drôles et attachants qui a fait le succès d’Hier encore, c’était l’été, et  plongez dans une magnifique histoire d’amitié, un hymne  à l’entraide, qui fait la part belle à la vie et à notre humanité. 


L’avis de #Lilie : Voilà un moment que ce roman dormait dans ma liseuse. Ayant besoin de lectures réconfortantes et qui font du bien au moral, j’ai eu envie de le découvrir, enfin, et de retrouver tous les personnages que j’avais tellement apprécié dans « Hier encore, c’était l’été« .

Nous retrouvons donc Alexandre, devenu père de famille et marié à Sophie, qui travaille comme contractuelle dans un ministère. Inquiets pour leur fils Nathan, ils jonglent entre vie de famille, vie de couple et vie professionnelle. Il y a aussi Marco, le cousin de Sophie, qui a toujours autant de mal à se poser et à accepter de grandir. Enfin, il y a Anouk, la petite sœur d’Alexandre, femme au grand cœur et au tempérament de feu. Mais sont-ils heureux, désormais, en tant qu’adultes ? Quelles épreuves la vie leur réserve-t-elle ? Ont-ils trouvé le bonheur ? Peuvent-ils toujours compter les uns sur les autres ?

Alexandre, que l’on voyait beaucoup dans le tome précédent, a enfin réussi à se stabiliser. Domicilié en banlieue parisienne, il vit à cent à l’heure, entre les métros blindés, son travail de journaliste qui ne s’arrête jamais et les soucis de santé de son fils. On le découvre papa poule, inquiet, faisant de son mieux pour s’investir auprès de ses enfants et de son épouse Sophie. Cette dernière est une mère qui essaye de mener de front toutes ses « carrières ». Un peu désemparée face à la maladie de son fils, elle peut néanmoins compter sur son mari qui est une épaule solide et une oreille attentive. Marco m’a, de nouveau, fait lever les yeux au ciel. Toujours en colère, nonchalant, il n’entend pas se poser et aimerais que la vie soit facile. Malheureusement, la vie va lui rappeler que parfois, elle peut être cruelle et qu’il faut savoir choisir ses priorités. Enfin, il y a Anouk, qui est partie vivre à Londres et qui fait toujours des choix de vie qui lui ressemblent. Elle cache toujours sa sensibilité derrière sa fougue et sa vitalité. Néanmoins, elle reste cette jeune femme battante, en quête de justice et tentant de faire de son mieux, quoiqu’il en coûte.

Vous l’aurez compris, j’ai retrouvé tous les personnages avec joie, avec l’impression de les avoir quittés hier. Ils ont grandi, mais moi aussi, et je suis ravie de les avoir retrouver avec un peu plus de maturité mais surtout, toujours aussi unis. La plume de l’autrice est toujours aussi fluide et on navigue, en fonction des chapitres, entre chacun des protagonistes. Ils traversent des épreuves qui pourraient tous nous arriver et ils sont tous à un moment de leur vie où ils se questionnent sur l’avenir. J’ai tourné les pages sans même m’en rendre compte et j’ai eu, de nouveau, un pincement au cœur en arrivant à la fin. Heureusement, Julie de Lestrange nous fait un beau cadeau en sortant, cette année, un nouveau roman qui nous permettra de tous les retrouver…. J’ai hâte !!

Pour conclure, si vous avez aimé « Hier encore, c’était l’été« , vous ne pourrez qu’aimer « Danser, encore« . C’est une jolie histoire d’amitiés, avec de belles valeurs et une histoire réconfortante car elle donne envie, une fois le livre terminé, d’appeler tous ses proches pour leur dire à quel point on les aime.

Retrouvez ce roman sur le site des éditions Mazarine
Retrouvez le en format poche ici
<– Retrouvez ici mon avis sur les premières aventures d’Alexandre, Marco et Sophie.

               

 



Six ans à t’attendre de Delphine Giraud

Roman français contemporain – Sortie en poche le 9 juillet 2020
Éditions Pocket

Ma note : 4/5 mention « à découvrir »


Résumé : Rachel et Vincent s’aiment depuis l’adolescence. Une passion indéfectible. L’avenir semble tout tracé jusqu’au jour où, l’avant-veille de leur mariage, Vincent disparaît. On retrouve sa moto accidentée sur le bord de la route, mais pas de corps.
Six ans plus tard, Rachel s’est reconstruite. Mais son monde s’écroule à nouveau quand, au détour d’une rue parisienne, elle l’aperçoit. Vincent. C’est lui, elle en est sûre.
Persuadée que l’homme de sa vie est bien vivant, elle va se lancer à sa poursuite. Avec une question en tête, obsédante : s’il n’est pas mort, pourquoi a-t-il disparu ?


L’avis de #Lilie : Voilà un roman dont j’avais entendu parler quand il était sorti en auto-édition mais qui, par un concours de circonstances, n’avait pas rejoint ma liseuse. Quand j’ai appris qu’il allait être édité par les éditions Fleuves, j’ai longuement hésité mais me suis finalement laissée tenter par le format poche. J’ai passé un très bon moment de lecture et même si je regrette d’avoir tant attendue, je suis heureuse d’avoir découvert l’univers proposé par l’autrice.

Nous faisons ici connaissance avec Rachel, une femme qui donne le change mais qui a souffert dans son passé. En effet, quelques jours avant son mariage, l’homme de sa vie, Vincent, a disparu. Présumé mort, il a fallu qu’elle réapprenne à vivre sans lui et qu’elle avance. Lorsqu’elle pense l’avoir vu à Paris, le retrouver devient une obsession. Mais était-ce bien lui ? Si c’est lui, a-t-elle raison de vouloir le retrouver ? Et pourquoi serait-il rester loin d’elle, et des siens, pendant si longtemps ? Est-ce une bonne chose de vouloir remuer, à nouveau, le passé ?

Rachel a vécu, en l’espace de quelques jours, deux drames : la mort de son grand-père puis la disparition de son fiancé, Vincent. Au fil des ans, elle s’est reconstruit et a tenté de reprendre pied. Elle n’a pas refait sa vie, car elle était toujours hanté par son amour perdu. C’est une femme déterminée, passionnée et qui veut toujours comprendre ce qui peut se passer. Quand elle croit revoir Vincent, elle ne lâche pas l’affaire avant de l’avoir résolue. Mais est-elle prête à ce qu’elle va découvrir ? Elle est soutenue par sa jumelle Carole, qui n’a pas sa langue dans sa poche, et son cousin Gauthier, qui la considère comme sa sœur. Très affecté lui aussi par la disparition de Vincent, il va tout faire pour tenter d’éclaircir le mystère entourant sa réapparition miraculeuse.

Je n’en dirai pas plus pour ne pas gâcher la surprise aux éventuels futurs lecteurs. J’ai été happée par la plume de l’autrice car son style fluide accroche le lecteur et l’entraîne tout de suite au cœur de l’intrigue. Cette dernière connaît peu de temps morts et même si par moment, elle semble un peu tirée par les cheveux, je dois dire que je suis allée de surprises en surprises et je n’avais pas deviné grand chose des tenants et aboutissants de cette histoire. Émotionnellement, la plume de Delphine Giraud nous fait passer du sourire aux larmes, en passant par la stupéfaction ou l’effroi en l’espace de quelques pages. En bref, j’ai été conquise et vais de ce pas me lancer dans son nouveau livre qui vient de sortir.

Pour conclure, « Six ans à t’attendre » est un joli roman qui parle d’amour, de secrets et de reconstruction. Ceux qui s’attendent à lire un roman à suspense seront sûrement déçus car comme le laisse supposer la couverture, c’est bel et bien un beau roman d’amour que nous livre Delphine Giraud, une autrice prometteuse à la plume accrocheuse.

Retrouvez l’univers de l’autrice sur sa page Facebook
Retrouvez ce roman sur le site de l’éditeur

 

Quand nos souvenirs viendront danser de Virginie Grimaldi

Littérature française contemporaine – Sortie poche le 17 juin 2020
Le livre de poche

Ma note : 3.5/5 mention « petite déception »


Résumé : « Lorsque nous avons emménagé impasse des Colibris, nous avions vingt ans, ça sentait la peinture fraîche et les projets, nous nous prêtions main-forte entre voisins en traversant les jardins non clôturés.
Soixante-trois ans plus tard, les haies ont poussé et nous ne nous adressons la parole qu’en cas de nécessité absolue.
Quand le maire annonce qu’il va raser l’impasse – nos maisons, nos mémoires, nos vies –, nous oublions le passé pour nous allier et nous battre. Tous les coups sont permis : nous n’avons plus rien à perdre, et c’est plus excitant qu’une sieste devant Motus. »
À travers le récit de leur combat et une plongée dans ses souvenirs, Marceline raconte une magnifique histoire d’amour, les secrets de toute une famille et la force des liens qui tissent une amitié.


L’avis de #Lilie : Vous le savez, Virginie Grimaldi fait partie de ces autrices dont j’attends toujours les parutions en format poche afin de les dévorer. Même si le quatrième de couverture ne m’inspirait pas trop, je me suis lancée, confiante, dans ma lecture. Néanmoins, cette fois-ci, la magie n’a pas opéré et je referme le livre avec une pointe de déception.

Nous faisons ici connaissance avec Marceline, Anatole, Gustave, Joséphine, Marius et Rosalie. Ils vivent impasse des Colibris et ils apprennent qu’ils vont être expropriés. Pour ces octogénaires qui ont vécu une grande partie de leur vie dans ces maisons, partir sans lutter est inimaginable. Ainsi, ils vont monter le groupe des « octogéniaux » et vont mener nombre d’actions pour faire plier le maire. Arriveront-ils à le faire changer d’avis ? Que va leur amener ce combat de la dernière chance ? Sont-ils prêts à laisser leurs maisons ou lutteront-ils jusqu’au bout ?

Nous suivons principalement Marceline. Mariée depuis de nombreuses années, Marceline est une dame qui semble, de premier abord, un peu dure et renfermée. Néanmoins, quand on creuse un petit peu et qu’on découvre, au fil des pages, son histoire, on comprend qu’elle s’est forgée une carapace pour se protéger. Aimante, fidèle, elle a encaissé des coups tout au long de sa vie mais elle a toujours pu compter sur son époux, Anatole, qui est son roc, son soutien, l’amour de sa vie. Avec leurs voisins, ils ont du mal à imaginer qu’ils pourraient être contraints de partir, eux qui ont tout vécu Impasse des Colibris. En effet, elle a été le théâtre de naissances, de divorces, de drames, mais toujours est-il qu’ils ont toujours pensé qu’ils termineraient leurs vies ici… Entre coups d’éclats et une large exposition médiatique, ils vont tout tenter pour ne pas laisser raser ces lieux qui les ont tant marqués.

Ce roman m’a un peu moins convaincue que les autres. Certes, cette bande de retraités prêts à tout pour sauver leurs lieux de vie est attachante mais j’ai eu l’impression de rester spectatrice de leurs aventures. Au niveau de la construction du récit, on alterne entre les descriptions au présent et les pages des mémoires de Marceline. Cette originalité m’a beaucoup plu car elle permet de mieux comprendre certaines situations et certains comportements actuels. La plume de l’autrice est toujours aussi vive et efficace et les courts chapitres donnent envie de tourner rapidement les pages. Néanmoins, émotionnellement, je n’ai pas réussie à être touchée par la bande des octogéniaux. Est-ce que le timing de lecture n’était pas le bon, je ne sais pas mais toujours est-il que je n’ai pas ressenti le chamboulement émotionnel habituel de mes lectures de cette autrice.

Pour conclure, « Quand nos souvenirs viendront danser » est une petite déception pour moi. Le thème est bien trouvé et tous les ingrédients sont réunis pour passer un bon moment de lecture mais pour ma part, je n’ai pas réussi à être touchée par tous ces protagonistes pourtant hauts en couleur. Néanmoins, nombre de mes proches se sont régalés donc je ne sais pas, peut-être que je ne l’ai pas découvert au bon moment. A vous de le lire, pour vous faire votre opinion.

Retrouvez l’univers de l’autrice sur son site officiel
Retrouvez également ce roman sur le site du Livre de poche