PLUS IMMORTELLE QUE MOI, un roman de Sophie Henrionnet.

LITTÉRATURE CONTEMPORAINE

Éditions Du Rocher


Comment Mathilde, la petite quarantaine ordinaire, s’est-elle retrouvée enfermée dans un « institut de repos » ?
À quel moment la vie de cette pharmacienne mariée et mère d’un adorable adolescent a-t-elle basculé ?
Sur les conseils de sa psychiatre, Mathilde tient un journal.
Peu à peu, la parole se libère. Elle livre ses états d’âme et souvenirs d’enfance la cruauté dont elle a fait preuve à l’encontre de son frère Charly , son quotidien chez les fous avec une infirmière détestable qu’elle a surnommée Moustache, mais aussi sa rencontre marquante avec une certaine Daphné… L’héroïne parviendra-t-elle à rassembler toutes les pièces de ce puzzle, chasser ses démons et affronter la vérité ?
Un roman mené tambour battant, tel un jeu de dupes addictif, au dénouement inattendu.
 
Ma note : 5/5 mention « captivant et incontournable 2021 »
Nouveauté 2021
208 pages
Disponible en broché et numérique

 


MON AVIS

Ouvrir le roman de Sophie Henrionnet, c’est accepter de se laisser porter par l’inconnu. C’est ce sentiment étrange qui m’a oppressé dès le départ. Le fait de ne pas savoir où aller. Juste suivre, aveugle momentané, cette femme sans particularité à la vie banale. Pas après pas, la confiance s’installe, l’empathie également. Mathilde est une part de moi, de nous. Ses faiblesses, ses espoirs, ses qualités nous les partageons toutes et tous. La vie craque se recolle tant bien que mal et puis, un jour cette colle n’est plus aussi puissante. La vie se délite, craquelle sous la puissance destructrice de cette vague si innocente dès le départ devenue un monstre gourmand, avare de douleur.

 

Mathilde tente le tout pour le tout. Seule dans son mutisme feint, rien n’y paraît. La fissure finit par devenir béante et le large l’appelle. Une fuite, ni plus ni moins. Une fuite salvatrice. Respirer seule, refaire surface par ses propres moyens. Daphné apparaît dans l’imprévu. Rencontre rocambolesque, rencontre salvatrice, rencontre inopinée. Daphné est l’antithèse de Mathilde. Exubérante, pimpante, fougueuse, elle l’entraîne dans un road trip.

 

Le retour à la réalité est douloureux. Le désir de se faire hospitaliser, d’aller avec les fous, suivre ce conseil : écrire pour savoir, recoller le morceau, ouvrir les yeux. Mathilde se prête volontiers à cet exercice. Elle écrit avec envie, parfois avec sarcasme. Elle retrace son enfance, sa vie d’adulte, de maman, d’épouse, entrecoupé de moments du quotidien. Les patients, l’infirmière « peau de vache ».

 

Sophie Henrionnet nous propose un grand roman. Une histoire portée par une plume qui sait indéniablement nous faire ressentir une multitude d’émotions. C’est un roman à la réalité touchante et/ou l’attention a une place particulière. C’est un roman qui se vit, qui se crie. Un roman extrêmement dur qui nous pousse dans nos retranchements. Suivre aveuglément demande une confiance absolue et je l’ai donnée à Sophie Henrionnet sans peine. Un don précieux et rare que j’ai savouré à chaque instant.

 

Une lecture incontournable.

 

Une chronique de #Esméralda

CE QU’IL FAUT DE NUIT, un roman de Laurent Petitmangin.

Je pense que ça été une belle vie. Les autres diront une vie de merde, une vie de drame et de douleur, moi je dis, une belle vie.


C’est l’histoire d’un père qui élève seul ses deux fils. Les années passent et les enfants grandissent. Ils choisissent ce qui a de l’importance à leurs yeux, ceux qu’ils sont en train de devenir. Ils agissent comme des hommes. Et pourtant, ce ne sont encore que des gosses. C’est une histoire de famille et de convictions, de choix et de sentiments ébranlés, une plongée dans le cœur de trois hommes.
Laurent Petitmangin, dans ce premier roman fulgurant, dénoue avec une sensibilité et une finesse infinies le fil des destinées d’hommes en devenir.

C’est l’histoire d’un deuil, du courage et d’abnégation. C’est l’histoire de l’ivresse, de la peur et de l’absolution. C’est l’histoire d’hommes qui se débattent dans leur propre brouillard, en apnée, sur le chemin parsemé de doutes et d’espoirs. C’est l’histoire d’une famille, d’une multitude de familles dans toutes ces facettes multicolores et d’unicités.
Le père, Fus, Gillou, une famille amputée d’une maman, d’une épouse emportée par le cancer sans se battre, sans se rebeller. Un abandon douloureux mais silencieux. Peu de mots sont mis sur cette situation mais les attentions sont nombreuses. La vie reprend ses droits. Le foot, les vacances, les dimanches loin de l’hôpital. Le soleil perce ce brouillard insistant. Les enfants deviennent des adolescents. Une période où la recherche de leur identité et valeur s’intensifie. Une période laissant place au monde des adultes. Trois chemins qui se séparent où Gillou reste ce point d’ancrage, cette passerelle neutre. La vie avance doucement et puis elle explose en un coup de poing. L’amertume, la rage, la folie s’emparent de l’un d’entre eux. Case prison. Case remord. Case incompréhension. Case tristesse. Case effondrement.

 

CE QU’IL FAUT DE NUIT est un concentré d’émotions pures. Elles accaparent, interrogent et bouleversent. Un premier roman qui fascine par l’humilité qui en découle. Des mots forts, acérés et percutants tels une douce mélodie d’une vie où la douleur s’est invitée insidieusement. Les non-dits, la peur de l’abandon, la peur de la discorde, la peur de la fuite clouent les mots, les enfoncent dans les entrailles prenant racine au cœur de ce vide trop plein. L’espoir gagne parfois mais la désillusion remporte souvent les batailles. La lâcheté face à la douleur, s’interdire de ressentir ces émotions superflues qui ne demandent qu’à exploser, qu’à être entendues. Un tableau grandiose d’hommes dans leur plus belle et grande fragilité. Une symphonie discordante où les accords n’ont aucune utilité. Un portrait sans fioriture, sans filtre d’une beauté fracassante !

 

Un premier roman à découvrir de toute urgence !

 

Une chronique de #Esméralda

LES APRÈS-MIDI D’HIVER, un roman de Anna Zerbib.


« C’était l’hiver après celui de la mort de ma mère, c’est-à-dire mon deuxième hiver à Montréal. J’ai rencontré Noah et j’ai eu ce secret. Tout s’est produit pour moi hors du temps réglementaire de la perte de sens. Longtemps après les premières phases critiques du deuil, que j’ai bien étudiées sur Internet. Les événements se sont déroulés dans cet ordre, de cela je suis sûre. Pour le secret, je ne suis pas certaine, il était peut-être là avant, un secret sans personne dedans. »
Dans ce roman vibrant d’émotion, Anna Zerbib fait l’autopsie d’une obsession amoureuse où le désir, les fantasmes et les petits arrangements avec le réel sont autant de ruses pour peupler l’absence, en attendant les beaux jours.

Ce qui ressortira de cette lecture, c’est sans aucun doute, la puissance et la beauté de la plume de Anna Zerbib. Je pense que mon avis pourrait se suffire à cette seule phrase. Une rencontre bouleversante et inoubliable. J’adore ces envolées lyriques, ces mots qui coulent, qui s’entrechoquent et qui s’unissent au cœur de ce ballet sans fin.
Anna Zerbib raconte ici la douleur. Celle qui naît de la beauté d’une rencontre, celle qui s’installe dans chaque pli du cœur, celle qui s’épanouit dans tout le corps, celle qui meurt laissant ce sentiment d’un abandon unique.
Elle s’est installée à Montréal et a reprit ses études. Le premier hiver a laissé cette trace indélébile, la mort de sa maman. Une maman fantasque, bipolaire, dépressive qui était le cœur de toute sa vie. Un premier hiver rude, le plus marquant. L’hiver a pris son cœur, son corps, sa tête et le dégel n’est toujours pas terminé. Elle avance pas après pas, les souvenirs bons comme mauvais surgissent ici et là tels des madeleines de Proust. Venue étudier la littérature américaine à Montréal, elle passe son temps à écrire, à user sa plume. Alors en couple, l’irrésistible attirance pour cet homme du balcon supérieur, lui tombe dessus. Une sacrée tuile qui va bouleverser son monde, sa vie, son corps, son âme. Artiste maudit, lui, vit au rythme de ses contrats, de ses pérégrinations, de ses envies, de ses désirs. De vingt ans son aîné, il ne veut plus aimer, juste assouvir ses envies. Pas de relation, pas de promesses, juste des après-midi sans lendemain, sans rien, sans avenir. Sans mot inutile, sans fioriture.

 

Un deuxième hiver qui s’ouvre sur l’éternité des sentiments toxiques, uniques. Elle sombre, s’accroche à ses SMS promesses d’un nouvel après-midi merveilleux. Boulimique, elle attend. Elle dévore son corps décharné. Elle vomit l’insuffisance, le manque. Le corps se figeant peu à peu dans le froid, la glace dans une attente interminable d’un plus utopique. L’hiver se saisit de cette douleur lancinante, l’apprivoise, la façonne et quand le dégel s’annonce, elle surgit anéantissant le peu, le désir, la croyance à cet autre.

 

Anna Zerbib signe un premier roman d’une qualité rare. Si le scénario est quelque peu simple, j’ai fortement apprécié sa plume, son écriture. Elle puise la douleur, se l’approprie et la relate d’une manière touchante et émouvante. Une lecture dont j’ai savourée chaque phrase me laisser baigner dans ce froid insidieux et douloureux, attendant que l’engourdissement s’envole et catapulte les esprits. Un  roman puissant où la reconquête des corps et de l’âme offre le sublime dans la noirceur.

 

Une roman que je vous invite à découvrir !

 

Une chronique de #Esméralda

DANSE AVEC LA FOUDRE, un roman de Jérémy Bracone.


Figuette est ouvrier et père célibataire de la petite Zoé depuis que sa femme, Moïra, imprévisible et passionnée, a fugué. L’été arrive et l’usine qui l’emploie menace de fermer, il n’aura pas les moyens d’emmener sa fille en vacances comme il l’avait promis.
Pour séduire Moïra, il avait été capable des plus belles folies. Pour la reconquérir et ne pas décevoir sa fille, il va aller encore plus  loin.
Entre drame et comédie, solidarité ouvrière et passion amoureuse, Danse avec la foudre est un premier roman poétique et révolté.

Voici un roman qui dégage ce quelque chose d’immersif et de passionnant. Une aura où sensibilité et réalité s’acoquinent dans ce dédale d’espoir et de faux semblant.
Moïra est partie comme ça, en un claquement de doigt plus rien. Pourtant cela couvé depuis des mois et des mois. L’irrésistible attraction de la vie, appât indéniable de la liberté, de la folie. Zoé a perdu sa maman, seul le téléphone, miroir fantasque d’un amour toujours présent.
Figuette a toujours connu la cité et l’usine. La petite Italie est sont territoire, le café sa maison. L’enfance, l’adolescence et sa vie d’adulte se déroulent sur ce tapis usé par ces vies travailleuses. Les copains et la copine qui deviendra sa femme et puis la routine, l’impuissance d’une vie meilleure, celle courbaturée par le travail à la chaîne, l’insécurité, les lendemains sans lendemain. Figuette n’est ni un mari ni un père extraordinaire. Il fait comme il peut, même si la fuite vers le café est l’ultime facilité. Et voilà qu’il se trouve seul avec cette fille qui va apprendre à connaître et à aimer davantage. La faire rêver malgré sa promesse de vacances est devenu son ultime but.

 

Jérémy Bracone est un grand orateur et faiseur d’histoire. Un roman qui dépeint avec cette facilité les drames et le moments inoubliables. Roman sociétal, roman usiné à la force de ces personnages pris dans les filets d’une vie usante où l’avenir n’a le goût que de l’amertume. Un roman où l’espoir se construit à la force des mains et des bras. Un roman aussi noir qu’une cave peut receler tout un trésor d’imagination. Un roman qui transporte, qui fait bondir le cœur. Un homme, une femme, une enfant embrigadés dans le tourbillon inévitable de ces destins prédestinés.

 

Jérémy Bracone façonne une réalité emprunte par sa poésie à la fois grave, méticuleuse et surtout bienveillante. Qu’il est bon de se laisser porter par se mots et d’en mesurer toute leur importance. Qu’il est bien de s’attacher à cette innocence pure et insouciante d’un monde sans crainte. Qu’il est fier celui qui ressortira de cette épreuve transformer.

 

Un roman qui m’a littéralement transportée. Pas de coup de foudre, mais un moment magique et inoubliable au côté de Figuette et de Zoé. J’ai beaucoup apprécié, l’immersion dans cette vie faite de tout et de rien. Une ambiance à la fois morose et qui d’un seul coup peut se révéler majestueuse, magique. Des personnages si proches de la réalité. Loin de la caricature, Jérémy Bracone à su me séduire avec une histoire touchante et bouleversante.

 

Une chronique de #Esméralda

GRAND PLATINUM, un roman de Anthony van den Bossche.


Louise a fondé une petite agence de communication. Elle est jeune et démarre une brillante carrière, malgré les aléas du métier, liés en particulier à son fantasque et principal client, un célèbre designer , Stan. Elle doit aussi jongler avec les fantasmes déconcertants de son amant, Vincent. Mais elle a autre chose en tête : des carpes. De splendides carpes japonaises, des Koï. Celles que son père, récemment décédé, avait réunies au cours de sa vie, en une improbable collection dispersée dans plusieurs plans d’eau de Paris. Avec son frère, elle doit ainsi assumer un étrange et précieux héritage.

 
De tous les livres de la sélection, c’est celui-ci que je redoutais le plus. Parfois cela se tient à la couverture et à la quatrième de couverture auxquelles je suis très sensible. Je me suis laissée quelques jours, le temps de digérer cette lecture et de voir si quelque chose en immergé. A mon grand désarroi, mon pressentiment s’est avéré être le bon.
Dans mes lectures, j’aime ressentir le tourbillon des émotions celles qui vous font rire, crier, pleurer où qui vous tordent les tripes tout simplement. Si la plume d’Anthony van den Bossche est minutieuse et sans aucun doute talentueuse il m’a manqué cet aspect libérateur, fantasque des sentiments. A mon goût les personnages ne sont pas assez détaillés notamment dans leur psychologie. On s’arrête à ces premières émotions qui effleurent les personnages : le ras bol, l’urgence, l’empressement, l’asociabilité. De grandes lignes qui auraient mérité de plus amples développements. Tout le côté psychologique est mis à l’écart, à mon grand regret. Des personnages secondaires qui font office de plante verte dans ce décor où justement la raison et l’action ont lieu d’être. Le personnage de Stan, victime de l’égoïsme, de la mondialisation et du capitalisme, se laisse déborder au point de péter une durite. Mais en quoi cela sert l’histoire ? Au contraire les vieux amis du père de Louise, Le Maire, Mehdi et Jean, sont peu présents. Une histoire à deux vitesses à laquelle j’ai vraiment eu du mal à m’accrocher. Je n’ai pas su voir la symbolique ni la la moralité. Mais peut-être n’étaient-elles pas présentes ? Et cela m’embête, une histoire pour une histoire ne m’intéresse pas. C’est toujours très difficile d’exposer son avis mitigé. Mais le fait est là, je ressors de cette lecture avec cette impression d’être passée complètement à coté.

 

Je terminerai sur le seul point positif de ma lecture et qui a sauvé les pots cassés. J’ai beaucoup apprécié ces chapitres qui nous plongent dans le passé, relatant les souvenirs d’enfances de Louise et de Vincent, ainsi ceux qui sont à l’origine des carpes Koï qui se promènent dans les plusieurs plan d’eau de Paris.

 

Une histoire où l’amour et l’amitié sont au cœur d’une aventure extravagante.

 

L’avez-vous lu ?

 

Une chronique de #Esméralda

IL EST JUSTE QUE LES FORTS SOIENT FRAPPES, un roman de Thibault Bérard.

Offrez-moi ça, d’accord ? Ces heures qui vous gavent de vie, qui vous arrachent des flashs grelottants sans prévenir.

Ces heures où j’ai enfin eu 20 ans.

La suite est nettement moins rigolote, alors …


 
Lorsque Sarah rencontre Théo, c’est un choc amoureux. Elle, l’écorchée vive, la punkette qui ne s’autorisait ni le romantisme ni la légèreté, se plaisant à prédire que la Faucheuse la rappellerait avant ses 40 ans, va se laisser convaincre de son droit au bonheur par ce fou de Capra et de Fellini.
Dans le tintamarre joyeux de leur jeunesse, de leurs amis et de leurs passions naît Simon. Puis, Sarah tombe enceinte d’une petite fille. Mais très vite, comme si leur bonheur avait provoqué la colère de l’univers, à l’euphorie de cette grossesse se substituent la peur et l’incertitude tandis que les médecins détectent à Sarah un cancer qui progresse à une vitesse alarmante. Chaque minute compte pour la sauver. 
Le couple se lance alors à corps perdu dans un long combat, refusant de sombrer dans le désespoir.
Un récit d’une légèreté et d’une grâce bouleversantes, entre rire et larmes, dont on ressort empreint de gratitude devant la puissance redoutable du bonheur.

Sarah et Théo, alias Moineau et Lutin, sont à eux deux l’explosion et l’expansion de leur univers. Une rencontre fortuite qui claque dans les airs tel le clap du réalisateur. Silence, moteur, ça tourne !

 

La légèreté, l’euphorie, l’aventure, les soirées, les virées, une vie à deux qui s’épanouit au rythme de leurs envies et désirs. Difficile d’apprivoiser moineau alors que lutin est émerveillé face à sa belle.
La vie cadencée, multi couleurs, folle, alléchante, fantasque, belle, si belle. Un bonheur pur. Et puis les plans sur la comète se profilent, un bébé ? Oui pourquoi pas ! Allons-y, soyons fous ! Simon puis une petite Camille qui surgit dans l’urgence de la situation. Trop tôt, trop rapidement, trop, trop dans la douloureuse séparation des corps qui ne voulaient pas encore se quitter. La raison ? Le cancer, le crabe, l’horreur … Il envahit son corps, trop soudain, trop vite, trop trop. Vivre ? Bien sûr qu’elle veut vivre même si l’ultime chance est mince, trop mince. La course s’engage. Frénétique, sauvage, asphyxiante, chaotique, cadavérique, puissante, explosive. Salvatrice ? Pour quelques années, le souffle reprend vie dans son corps décharné. Il rit, il pleure, il joue, il bout, il explore, il fascine, il se réjouit inlassablement au rythme d’une comptine qui ne s’arrêterait plus. Puis la rechute s’invite. Mordante, violente, cruelle. Sarah se voit mourir dans ce néant où elle ne sera plus là auprès de son lutin merveilleux et de ses enfants. Un lutin qui s’acharne à ne pas voir l’évidence. Ce déni salvateur qui lui permet d’avancer dans la fougueuse vie qui continue à tourner sans elle et sans lui perdu au cœur de cette dimension parallèle. L’évidence est là dès les premières pages. Pas de mauvaises surprises juste eux et leurs mots pour un destin, leur destin.

 

Respire ! Lire en apnée ce n’est pas l’idéal, je l’avoue. Mais il y a de ces livres dont le possible devient impossible. Thibault Bérard est un auteur extraordinaire. Un de ceux qui vous fait vivre et qui vous transporte au cœur du cruel au rythme des mots qui se veulent tour à tour enchantés, merveilleux et entraînants. Parler de la maladie est un pari délicat car il faut trouver le juste dosage pour éviter de tomber dans le pathos. Et Thibault Bérard est un excellent magicien. Peut-être pour le choix de son narrateur ? Un omniscient qui se souvient, découvre les moments volés, cachés et prescient. Peut-être grâce à ses personnages bien trop touchants, attachants, fantasques et humains ? Peut-être grâce aux émotions développés, aux cris de détresses, aux hurlements de l’injustice mais aussi à ses paris fous où l’espoir reste la seule échappatoire ? Peut-être grâce à cette plume qui virevolte entre les moments de grâce, de volupté et de rire et que même dans la noirceur la lumière vit toujours tant que la vie est là, battante ? Peut-être grâce à ce final qui n’en est pas un ? Un définitif, catégoriques, sans retour en arrière, sans espoir ? Peut-être parce que la mort n’est qu’une étape de la vie ?

 

Thibaut Bérard signe un roman magistral et majestueux où les mots puissent leurs forces dans la vie et dans la mort, éléments indissociables.

 

A découvrir absolument !

 

Une chronique de #Esméralda

 


Là Où L’HERBE EST PLUS VERTE, un roman de Typhanie Moiny.


« Il me faut partir. C’est la seule certitude à laquelle je m’accroche. Cet instinct de survie a grandi à l’abri des regards et me pousse hors de ces murs. »
Coline fuit. Elle fuit les crises d’angoisses et les remarques blessantes. Et si elle le pouvait, elle fuirait également son ventre vide qui n’est pas capable de faire d’elle une mère.
Alors, quand Ashling, une jeune irlandaise, lui offre un nouveau départ, elle d’ordinaire peureuse et casanière, ne peut qu’accepter. Il est grand temps d’aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs.
Mais lorsque les blessures traversent les frontières, et que le passé s’invite dans ses valises, il n’y a pas que la météo qui risque de se gâter.

Coline n’en peut plus. Les réprimandes, les humiliations, la pression sont devenus son quotidien la plongeant peu à peu dans la dépression. Elle a maigri, ses nuits ne sont plus que le berceau de crises d’angoisse. Devenue le fantôme d’elle même, elle décide de rompre. Au revoir l’avenir, son compagnon toxique, ce bébé qu’elle n’aura jamais. Elle a besoin de se reprendre en main et sa survie en dépend.
Elle se réfugie chez sa meilleure amie qui l’accueille les bras ouverts. Elle s’épanche sur ses douleurs, soucis et peines qu’elle avait tu jusqu’à présent. L’oreille attentive de son amie la réconforte. Les jours s’égrènent et elle reprend peu à peu confiance en elle. Son mal être semble s’apaiser. Elles décident de se faire une soirée entre filles et de se rendre dans un pub. A contre cœur, Coline se laisse guider. C’est alors qu’elle font la connaissance de l’exubérante Ashling. Une irlandaise fougueuse au tempérament de feu. Une belle amitié naît suite à un malentendu. Les semaines défilent et Coline se sent de mieux en mieux. Elle envisage de nouveau projet notamment celui de se trouver un appartement. Mais c’est sans compter sur l’enthousiasme entraînant de Ashling qui lui propose de traverser la Manche et de s’établir dans la petite dépendance de la maison familiale en Irlande. Coline n’a jamais être une grande téméraire, l’inconnu l’effraye et elle adore son confort. Quelque peu hésitante, c’est alors qu’elle décide de se lancer dans le vide et d’accepter la proposition de sa nouvelle amie.

 

L’Irlande, terre à la fois sauvage et accueillante, aux paysages charmants et pittoresques. La petite maison accueillante la charme tout de suite et de balades en balades, elle s’approprie cette nouvelle terre. Elle se reconstruit, fait de nouvelles rencontres et se libère des dernières chaînes qui l’entravaient. Lorsque l’heure des révélations sonnera, saura t-elle tenir le cap qu’elle s’est fixée ?

 

Typhanie Moiny propose un roman douloureux sur la reconstruction. Les relations toxiques sont décrites avec réalisme prenant aux tripes. L’atmosphère est clairement anxiogène et oppressante se délitant peu à peu et devenant apaisante. Le personnage principal est confronté à ses démons et tente par tous les moyens de les éliminer. Seules les discussions face à face et son courage lui permettront de s’en défaire. L’emprise psychologique et l’aspect psychologique du personnage façonnent l’histoire. Je ne me suis pas vraiment sentie à l’aise avec cette lecture car tout simplement le thème développé me touche de prêt. Il n’a pas été évident pour moi de m’imprégner du contexte notamment au cours de la seconde partie du roman qui est consacrée à la reconstruction de Coline. C’est un livre à la fois douloureux et stressant mais qui délivre ce message d’espoir que tout est possible et que l’entourage peut vous apporter la clef amorçant une nouvelle étape de votre vie. Une jolie lecture dont je regrette de ne pas avoir su m’immerger entièrement mais qui vous touchera sans aucun doute.

 

Une chronique de #Esméralda

LE BERGER, un roman de Anne Boquel.


Lucie est conservatrice d’un petit musée de l’Oise. Rien ne va vraiment mal dans sa vie, rien ne va vraiment bien non plus. Le jour où une amie l’embarque dans un groupe de prière, son existence prend une couleur plus joyeuse. Elle se sent revivre. D’autant que le Berger et maître à penser de la communauté lui fait intégrer le cercle restreint des initiés. Sans le mesurer, elle consacre bientôt toute son énergie à la Fraternité, négligeant son entourage.

L’incompréhension gagne ses proches, qui, désarmés, la voient s’éloigner d’eux. Mais, lorsqu’ils s’en inquiètent, leurs questions se heurtent au silence. Dans son désordre enfiévré, jusqu’où Lucie poussera-t-elle le zèle ?
Premier roman captivant, poignant portrait d’une jeune femme en plein désarroi, Le Berger dépeint sans complaisance la réalité sordide des mouvements sectaires, tout en s’interrogeant sur la quête de spiritualité dans nos sociétés individualistes.
Anne Boquel vit et enseigne à Lyon. Elle a coécrit avec Étienne Kern plusieurs essais remarqués sur la littérature et les écrivains.

Lucie n’a ni une vie exubérante ni merveilleuse. Elle vivote tant bien que mal entre son travail de conservatrice et son appartement. Côté sentimental, sa dernière relation bat de l’aile. Côté familial, la relation avec ses parents est instable, voire conflictuelle par moment. Elle n’a jamais sur trouver sa place. Lucie commence à s’ennuyer et tombe progressivement dans un accablement dont elle a du mal à immerger. Lucie n’est pas le genre de femme expansive et n’aime pas déblatérer sur sa vie monotone. Son amie et sa collègue du musée, Mariette, lui propose de participer à un groupe de prière.
Jusqu’à présent, elle ne s’est jamais questionnée sur la religion. Ni athée, ni pratiquante, ce domaine-là ne lui est pas familier. Cette première réunion se déroule dans un brouillard déconcertant. Décontenancée par l’étrange et mystérieux Berger, par l’engouement des fidèles, elle ne s’avoue pas convaincue mais pas non plus repoussée. La curiosité l’emporte, elle se rend ainsi aux autres rencontres. Puis une sorte de magie s’opère, les prières, la manière de vivre correspondent aux attentes de Lucie. Poussant l’introspection bien plus loin, elle intègre le cercle très fermé des fidèles. Ainsi commence la nouvelle vie de Lucie avec un regard nouveau sur ses attentes personnelles et morales. L’aide fraternelle, financière s’ajoutent à tout ses efforts. Peu à peu apparaît une Lucie décharnée, envoûtée par le Berger (voire amoureuse), manipulée et toujours poussée vers des limites innommables. Une chute cruelle où, seule, elle pourra s’en sortir.

 

Le sujet des sectes est largement répandu dans la littérature. Ce n’est donc pas la première fois que je l’aborde au cours de mes lectures. Anne Boquel propose un roman axé sur les émotions du personnage principal. Accentuée, la descente en enfer est insidieuse et véritablement bouleversante. Tous ces sentiments mis en exergue, reflètent l’état émotionnel et instable de Lucie. La frontière est réellement floue entre la manipulation psychique, l’enrôlement et la volonté propre due au libre arbitre de l’héroïne. Anne Boquel suit un schéma simple et terriblement efficace des quatre grandes phases de l’endoctrinement qui sont l’approche, la séduction, la persuasion et l’aliénation. Ces dernières sont remarquables tout au long du roman. Je sors de cette lecture terriblement mitigée. A mon sens l’auteure a survolé le sujet sans véritablement exercer un certain développement du personnage. J’ai eu cette impression de rester en surface du thème. Finalement il n’y a rien d’hors norme, d’atypique. La présence des parents est quelque mise de côté et le rôle masculin « du sauveur » n’apparaît qu’à la fin et encore minimisé. Un léger goût d’inachevé même si toutefois le personnage de Lucie est remarquable tout comme la mise en scène. Un scénario vraiment trop simple pour cette thématique conséquente. Mais souvent la simplicité suffit à faire réagir et à apprécier le sujet à un lecteur novice.

 

Une chronique de #Esméralda

NOS CORPS ÉTRANGERS, un premier roman de Carine Joaquim.


Quand Élisabeth et Stéphane déménagent loin de l’agitation parisienne avec leur fille Maëva, ils sont convaincus de prendre un nouveau départ. Une grande maison qui leur permettra de repartir sur de bonnes bases : sauver leur couple, réaliser enfin de vieux rêves, retrouver le bonheur et l’insouciance. Mais est-ce si simple de recréer des liens qui n’existent plus, d’oublier les trahisons ? Et si c’était en dehors de cette famille, auprès d’autres, que chacun devait retrouver une raison de vivre ?
Dans son premier roman, Carine Joaquim décrypte les mécaniques des esprits et des corps, les passions naissantes comme les relations détruites, les incompréhensions et les espoirs secrets qui embrasent ces vies.

NOS CORPS ÉTRANGERS fait partie de ces romans qui vous marquent dès les premiers mots, dès les premières lignes, dès les premiers paragraphes… pour vous capturer au cœur de cette cage qui n’est ni dorée ni majestueuse, mais qui grignote une part de vous à chaque page tournée. Carine Joaquim signe un roman d’une précision exquise décortiquant les méandres du subconscient, cette réalité silencieuse se camouflant de toutes et de tous.
Au départ, leur famille était à l’image parfaite. Des rires, des câlins, des moments de partage, des souvenirs à la pelle, ces moments indélébiles et magnifiques marqués à l’encre pour l’éternité. Au cours de cette histoire merveilleuse, l’un fauta l’autre sombra et ce petit bout de chou survécut. Les cris, les larmes, le corps qui lâche prise se délestant de son surplus cauchemardesque dans les toilettes. Et puis vînt ce temps où il fût le moment de recoller les morceaux, imparfaits collages qui ne tiennent guère que par l’espoir de jours meilleurs. Fuir les souvenirs, les douleurs, recommencer à zéro loin, loin, de tout. Une maison au cœur de la banlieue parisienne, le jardin bucolique, la dépendance, source de l’éventualité, un paysage bucolique où à sa simple vue, à humer cet air précieux, à écouter cette symphonie naturelle, devient le berceau de la renaissance.

 

Élisabeth, Stéphane et Maëva, y posent les valises. Élisabeth y croit un tant soit peu. Maëva déteste ses parents et Stéphane se coltine le RER.

 

Élisabeth panse son cœur, son corps, son âme peu à peu.
Maëva découvre l’hostilité des corps incontrôlables et la passion.
Stéphane se souvient de sa plus belle erreur, de sa plus belle valse des corps.

 

Au rythme entraînant, bousculant et impérieux, les corps se délitent, apprennent, se découvrent, dansent un ballet où le chaos silencieux surgira de sa boîte.

 

Carine Joaquim nous engouffre au cœur d’un roman puissant, nous entraîne dans ces intimités amputées, nous bouscule sur nos aprioris. Un roman intransigeant porté par une plume qu’il est tout autant. Un thème moderne mis en exergue par des personnages éblouissants, amers et captivants. Tableau parfaitement imparfait d’une esquisse sociale, conte moderne, où les corps deviennent ces étrangers, maîtres des maux et des préjugés. Un immense coup de cœur pour ce premier roman de Carine Joaquim qui a su me surprendre, et bien au-delà.

 

A découvrir absolument !

 

Une chronique de #Esméralda

LA COMMODE AUX TIROIRS DE COULEURS, un premier roman de Olivia Ruiz.

En vieillissant, tu apprends que les secrets de famille peuvent devenir des gangrènes, vicieuses et parfois indécelables.


À la mort de sa grand-mère, une jeune femme hérite de l’intrigante commode qui a nourri tous ses fantasmes de petite fille. Le temps d’une nuit, elle va ouvrir ses dix tiroirs et dérouler le fil de la vie de Rita, son Abuela, dévoilant les secrets qui ont scellé le destin de quatre générations de femmes indomptables, entre Espagne et France, de la dictature franquiste à nos jours.

Ce roman me faisait de l’œil depuis sa sortie et c’est avec joie que j’ai pu l’emprunter à ma médiathèque. Si nous connaissons Olivia Ruiz pour ses musiques et chansons (mmm le chocolat), la voici donc avec son premier roman.

 

Je vous avoue que j’ai adoré sa plume. Fluide, parfois humoristique, coquine, enjouée et souvent déchirante, mélancolique.
Je ne connais pas du tout la vie d’Olivia Ruiz et il est peut-être trop facile de faire le rapprochement de son histoire et de son roman.

 

Espagne, Franco et sa guerre qui décima un peuple. Les fuites, les camps, les déchirements, les morts, les enfants en pleurs, les femmes enceintes qui attendent et puis la France. Terre d’accueil où ils ne sont pas les bienvenues. Montrée du doigt, la communauté espagnole se réuni dans ses quartiers défavorisés où ils tentent tant bien que mal de s’intégrer.

 

Olivia Ruiz met ses mots sur ces maux. Devenus plus tard l’œuvre du silence pesant. On ne raconte pas. On se tait. On n’oublie pas mais on ne dit rien. Passage coupé à la production.

 

Commode intergénérationnelle, elle recèle de nombreux secrets que la jeune femme va découvrir au cours de la nuit suivant l’enterrement de son Abuela. D’abord timidement, elle ouvre ces tiroirs regorgeant de trésors et puis viens ses mots écris par sa grande-mère. Elle y raconte tout. Perte, tragédie, amour, voyage, désillusion, espoir, la France, l’Espagne, la vie, la mort. Les mots s’épanchent méticuleusement au grès des vagues successives des souvenirs.

 

Un récit émouvant, un bel hommage à ces oubliés. Je ne vous cache pas que je reste sur ma faim, j’aurais aimé en lire davantage, vraiment.

 

A découvrir absolument !

 

Une chronique de #Esméralda