BLANCHE, un récit de Catherine Blondeau.

RÉCIT

Éditions Mémoire d’Encrier


Blanche est l’histoire d’une femme qui découvre un jour qu’elle est blanche dans le regard des autres. Comme elle sait très bien qu’on ne saurait réduire un être humain à la couleur de sa peau, elle s’interroge. Que signifie être Blanche dans le monde tel qu’il va ? Elle arpente l’univers des penseurs et artistes du monde noir. Elle écrit, hésitante et fragile, son chemin d’humanité.
Ma note : 3,5/5
Nouveauté 2021
248 pages
Disponible en numérique et broché

 

 


MON AVIS

Pour son deuxième livre, Catherine Blondeau a choisi un thème ardu. Un questionnement existentiel où le lecteur suit le cheminent émotionnel et intellectuel de Catherine Blondeau. « Que signifie être Blanche dans le monde tel qu’il va ? » Pour ma part je trouve la question très pertinente surtout quand on sait que la question raciale et culturelle est un sujet d’actualité. 

 

Catherine Blondeau voit la vie en bichromie : noire et blanche ; blanche et noire. Un étonnant ballet s’ouvre où l’auteure va en être la principale danseuse. Entre jazz, culture africaine, rencontre, rumba congolaise, lecture et voyages, elle étaye son argumentaire autant solide que rigide.

 

Blanche est un long monologue où je me suis sentie exclue. Le récit reste fermé et où malheureusement je n’ai pas su trouver ma place. Pourtant mon intérêt était acquis, malgré le style direct et un rythme intéressant, Blanche n’a pas su me convaincre entièrement.

 

Le thème est évidemment essentiel. L’auteure aborde la colonisation avec sérieux et curiosité. Son propre mal être s’intensifie au fil des années où elle porte et endosse une lourde responsabilité et héritage.

 

Doit-on se sentir coupable des actes de nos ancêtres ? Ne doit-on pas privilégier la mise en avant de la communauté noire au travers des arts, des mythes, contes, artistes, cinéma, littérature …. ?

 

Mon ressenti en fermant ce livre est mitigé. Je n’ai pas réussi à trouver ma place dans son schéma de pensée. La confrontation « noire/blanche » vire à l’obsession. Mais il y a une question qu’elle n’a pas soulevé : que signifie être blanc dans un pays de blanc ? Je ne sais pas si ma question est légitime (et c’est sans aucun doute un autre débat), mais j’aurais souhaité que l’auteur aborde le revers de la question initiale. Le « Blanc » a de nombreuses facettes culturelles, communautaires, religieuses qui sont malheureusement stigmatisées.

 

Je ressors de cette lecture néanmoins avec une nouvelle liste de lectures qui a éveillé ma curiosité et dont l’auteure cite : Aimé Césaire, Lieve Joris, Nuruddin Fara, Ken Bugul et Amadou Hampâté Bâ…

 

Une chronique de #Esméralda

Let you love me de Kennedy Ryan

Romance contemporaine – Livre sorti le 24 juin 2020

Editions Harlequin – Collection &H

Service presse

Ma note : 5/5 mentions « coup de coeur » et « Incontournable 2020 »

 

Avant de commencer, je tiens à remercier les éditions Harlequin, et plus précisément Milica, pour l’envoi de ce service presse.

Résumé : Gérer la carrière du musicien le plus prometteur de la décennie, Bristol sait le faire : c’est son métier. Mais résister au désir magnétique qui les lie, ça, c’est sa hantise.
Bristol doit se rendre à l’évidence : huit ans après la semaine magique qu’elle a passée avec lui, Grip, le meilleur ami de son frère, n’a rien perdu de son talent, ni de son charme. Celui qui composait pour sortir de la misère des ghettos est devenu l’un des plus grands espoirs du hip-hop, et la tentation incarnée. Irrésistible, envoûtant et désormais célèbre, il a réveillé d’un simple regard les sentiments vertigineux qu’elle a longtemps réprimés. Elle a toujours su qu’il réussirait. Tout comme elle a toujours su que leur relation n’avait aucun avenir. Mais aujourd’hui, c’est elle, Bristol, qui va devoir manager sa carrière. Tout en cachant les sensations explosives que Grip provoque encore en elle. Son défi : rester professionnelle. Son problème : Grip n’a aucune intention de renoncer à elle…

 

L’avis de #Lilie : Un quatrième de couverture prometteur, une couverture un peu mystérieuse, voilà de quoi attiser le lecteur ! Après la lecture de ce roman, je dois vous prévenir, vous n’êtes pas au bout de vos surprises ! Ce roman est une vraie pépite qui ne peut laisser personne indifférent !

Nous faisons ici connaissance avec Bristol, une jeune femme issue d’une bonne famille new-yorkaise. Ses parents sont reconnus dans le milieu de la musique classique et son frère, Rhyson, a décidé de s’éloigner du cocon familial pour vivre sa vie et créer sa musique. Elle décide de rejoindre son frère et côtoie Grip, son meilleur ami, qui a un charme de dingue et un talent immense. Issu des quartiers défavorisés, il a dû se battre pour en arriver là où il en est, tout en continuant de porter la voix de sa communauté. Bristol se refuse à aimer et à laisser le charme de Grip agir sur elle, mais arrivera-t-elle vraiment à lui résister ? Est-ce un homme pour elle ? Leurs différences ne seront-elles pas un obstacle à un futur entre eux ?

Bristol est une jeune femme qui peut paraitre, au premier abord, froide et détachée. Mais quand on gratte un peu le vernis en surface, on se rend surtout compte qu’elle essaie de se protéger du mieux qu’elle peut. Elle a très vite appris que le paraître est le meilleur moyen d’arriver aux objectifs que l’on s’est fixé. Sa rencontre avec Grip huit ans auparavant l’a fragilisée et elle n’entend pas se montrer faible. Aimer, c’est forcément donner le pouvoir à l’autre de vous faire du mal et ça, il en est hors de question ! Grip, lui, a grandi dans un quartier entre guerre des gangs et trafics en tout genre. Lui a toujours essayé d’éviter les ennuis en se réfugiant dans ce qu’il savait faire de mieux : la musique ! C’est un homme avec des valeurs, un peu idéaliste mais qui a appris à ne pas faire de vagues pour tracer son chemin. Ses sentiments pour Bristol sont sincères et vous toucheront sûrement en plein coeur ! Enfin, on a Rhyson, le frère de Bristol et meilleur ami de Grip. Pendant un long moment, il semble assez difficile à cerner mais on sent un homme plein de volonté et qui veut surtout que tout se passe pour le mieux pour ses proches.

Ce roman a été, pour moi, un vrai coup de coeur. La plume de l’autrice est totalement addictive, très visuelle et émotionnellement forte. L’intrigue évolue rapidement et nous entraine dans une histoire à cent à l’heure ! En un chapitre, tout peut changer, ce qui vous happe complètement. Cette romance n’a rien de léger ; en effet, elle s’inscrit totalement dans l’actualité en mettant en lumière ce qui est dénoncé actuellement par le mouvement « black lives matter ». Elle est aussi l’occasion de parler des apparences, qui sont encore très importantes aux Etats-Unis et du poids de l’opinion familiale et de l’argent. Ces sujets graves se mêlent à la romance entre nos deux protagonistes dont les points de vue sont alternés, afin de suivre leurs cheminements et modes de pensée.

Pour conclure « Let you love me » est un gros coup de cœur. Cette romance actuelle est originale et met en scène des protagonistes complexes, entiers qui sauront, sans nulle doute, vous toucher si vous prenez le temps de les comprendre.

 

Retrouvez ce roman sur le site des Editions Harlequin