DARIUS GORE, un roman ado de Charles Mazarguil.

FANTASTIQUE

Éditions Slalom


Bienvenue en Enfer !
Darius Gore est un ado de 195 ans qui vit à Pandémonium, la capitale de l’Enfer. Héritier d’une grande famille de démons, il ne se sent pourtant pas à sa place… Il n’apprécie pas les combats à mort entre deux cours, ne s’amuse plus aux matchs de headball, rase les murs dans la rue pour éviter toute confrontation.
Alors qu’il essaie de se faire oublier, il assiste au coup d’État de Croatoan, le Grand Prêtre de la Faucheuse. Témoin gênant, Darius va devoir fuir s’il tient à ses trois cœurs. Mais où se cacher quand les neuf cercles de l’Enfer obéissent à la plus puissante des créatures démoniaques ? Une seule solution s’offre au jeune fugitif : la Terre !

 

 

Ma note : 5/5
Nouveauté 2022
247 pages
Disponible au format broché

 

 


MON AVIS

Il était une fois un démon prénommé Darius. Du haut de ces quelques 195 années, Darius est en pleine crise existentielle. Un coup de foudre pour la belle Lilith qui n’a d’yeux que pour un autre. Un père accro à l’alcool de fées noyant son chagrin chaque jour que Dieu fait. Bref sa vie ressemble au chaos et les lieux ne confèrent pas à une certaine harmonie démoniaque. Et puis un jour, au mauvais endroit au mauvais et sa vie bascule. Témoin de la prise de pouvoir du cruel Croatoan, sa présence dérange largement le nouveau dieu des enfers. Fuite précipitée, emprisonné, refuite, un détour par la maison familiale et une porte dérobée plus tard, le voici arrivé sur Terre où par un heureux hasard les morts vivants mettent une pagaille sans nom.

 

Darius Gore est un roman totalement génial. Un anti-héros qui ne trouve pas sa place, ami avec un zombie-génie, ses repères ne sont que quelques rêves fugaces et un miroir bien étrange. Lui, le si tranquille démon, se retrouve au milieu d’une aventure qu’il ne voulait pas. Pas après pas, il se découvre courageux et intrépide. Une nouvelle facette qui lui sied à merveille. Grace à ses nouveaux amis terriens qui n’ont pas froid aux yeux, un cousin vaillant et fonceur, un zombie ridiculement irrésistible, un ange pas si angélique, une Mort magnanime, une prophétie annonçant l’Armageddon (c’est pour maintenant), un méchant cruellement méchant, des sorcières très sorcières, Darius Gore va remuer les Enfers.

 

J’ai complétement craqué pour cette lecture ! Et puis cette couverture, elle en jette ! Et l’histoire dépote ! Qui n’a pas lu des histoires de ce genre ?! Charles Mazarguil modèle à sa manière déjantée, humoristique, un thème qui était quelque peu vieillot. Il met le feu en Enfer et c’est curieusement irrésistible et captivant. L’Armageddon revisité avec une pincée d’imagination, d’inventivité et le tout porté par une plume addictive.

 

En bref :
  • un anti-héros qui se cherche et qui se trouve
  • des rebondissements à la pelle
  • des personnages secondaires totalement hilarants et irrésistibles
  • un thème re-sculpté et totalement rock’n roll
  • une histoire entraînante
  • un monde haut en couleur

 

Pour un final juste poignant et frustrant.  Je voudrais tellement une suite !

 

Viens faire un tour en Enfer, tu vas juste de poiler et vivre une lecture sensationnelle. T’as compris je recommande chaudement !

 

ALMA, Tome 1 : Le vent se lève, un roman de Timothée de Fombelle.

ROMAN D’AVENTURE

Éditions Gallimard Jeunesse

Tome 1/3


Il est à la recherche d’un immense trésor. Dans le tourbillon de l’Atlantique, entre l’Afrique, l’Europe et les Caraïbes, leurs quêtes et leurs destins les mènent irrésistiblement l’un vers l’autre.
Le premier volet éblouissant d’une trilogie d’aventure sur l’esclavage et le combat de l’abolition. Illustrations de François Place.

 

Ma note : 4/5
2020
400 pages
Disponible au format numérique, broché et audio.

 

 


MON AVIS

Depuis le temps que je rêvais de lire ce roman, il m’aura fallu attendre mes dernières vacances pour enfin l’ouvrir. Un roman ado et d’aventure que vous avez pu lire ou voir apparaître sur vos réseaux sociaux.

 

Un roman épique qui se déroule en pleine traite négrière (ce fameux triangle d’or que l’auteur retranscrit avec détails). La France est au cœur de ce mélodrame qui marque encore de nos jours. Je retrouve cette Afrique sauvage où les guerres entre les différents clans remplissent les navires en échange de richesses venues de l’Europe.

 

Alma est née dans cette vallée enclavée, inconnue de tous. Elle est une Oko, comme sa mère. Une communauté stigmatisée à cause de leurs pouvoirs. Une différence qui effraye et la seule manière de vivre et de rester caché. Alma est au cœur de la nature et des animaux. Alors que son petit frère fuit la vallée sur son cheval blanc, Alma n’hésite pas une seconde à partir à sa recherche. Ainsi débute une épopée incroyable, parfois violente. Une épopée qui signe la fin d’une vie connue et qui devient le symbole de la liberté. De nombreux rebondissements jalonnent son périple où sa vie sera mise en danger jusqu’à ce navire où rien ne sera comme avant.

 

Un roman que j’ai grandement apprécié, notamment par son côté historique bien mené et accessible pour les plus jeunes lecteurs. Il y a très peu de roman sur la traite négrière. On parle souvent de colonialisme ou d’esclavage, mais très peu de cet aspect historique qui pourtant à été la base du monde que connaissons actuellement. Alma et le jeune mousse, Joseph Mars, sont le pivot d’une histoire qui sans relâche nous porte au cœur de l’action. Un roman donc à deux voix qui nous permet d’apprécier à sa juste valeur le « coté  acheteur et marchandise ». L’auteur n’a pas peur de choquer et de faire la lumière sur cette période cruelle. Un plume captivante qui nous plonge dans une aventure haletante. Une sacrée découverte qui se finit, bien évidemment, sur un cliffhanger de malade.

 

Un roman très intéressant sur le plan de la reconstruction historique porté par des personnages charismatiques dont on accompagne les déboires avec appréhension. Un premier tome réussi et qui promet par la suite.

 

LES ENFANTS D’ASTRA, Tome 3 : Sagan, un roman ado de Isaure de Villers.

Science-fiction

Tome 3/5?

Éditions Beta Publisher


Chacun cherche toujours à retrouver ses origines. Alors que les Eriquiens tentent de s’unir pour sauver leur empire, Rodolphe et Sibylle préparent, plus que jamais, le retour de leur peuple à Astra. Un voyage pour lequel ils sont prêts à faire tous les sacrifices.
Mais ce pourrait bien être la princesse oubliée, Cyndie, déterminée à retrouver, elle aussi, la terre de ses ancêtres qui tienne leur sort à tous entre ses mains. Entre sa famille et Sagan, il n’y a qu’un pas : la trahison.

 

Ma note : 4,5/5
Nouveauté 2021
304 pages
Disponible au format numérique et broché

 


MON AVIS

Une nouvelle plongée dans l’univers déchiré d’Isaure de Villers. Une plongée tourmentée où le suspens est à son apogée.

 

Le plan 439 des enfants d’Astra est toujours d’actualité malgré les nombreuses péripéties qu’ils ont dû surmonter. Leur empereur Rodolphe est tenaillé entre ses aspirations personnelles et son rôle de dirigeant. Son cœur en lambeau à dû dire au-revoir à ce semblant de paix et de bonheur pour poursuivre le but ultime de toute une nation. Épaulé par Sybille, sa sœur, leur prochaine action pourrait tout changé et afin accéder à leur but ultime.

 

Éléonore est plus que perdu entre ses sentiments, son fils et son rôle de dirigeante. Malgré les années écoulées, pour elle, rien n’a changé dans son cœur et elle devra subir les conséquences de ses choix.

 

Sur Mars rien ne va plus, Liam, le tyran, voit peu à peu son entourage fuir sa fureur. Comment arrivera t-il à régner sans engendrer la terreur ?

 

Sur Egrabe, Edward, a enfin réussi à instaurer la paix.

 

Cyndie tente le tout pour le tout enfin de rentrer sur Sagan. Malgré ses mauvaises décisions, elle est si prêt de rentrer chez elle.

 

Une nouvelle fois Isaure de Villers nous plonge dans une épopée captivante. Les chapitres s’enchaînent, les personnages à tour de rôle apparaissent ainsi se construit l’histoire. Un rythme effréné soutenu par des chapitres courts où les rebondissements ne laissent aucun temps mort. Une nouveau tome sous le signe de l’action où l’intrigue s’étoffe. J’ai eu très peur que ce tome soit le dernier. Cela aurait pu être le cas, mais à mon grand soulagement, la maison d’éditions m’a affirmé le contraire. J’ai vraiment été captivée par les personnages qui sans cesse évoluent et doivent être confrontés à leurs choix. Un page turner haletant nous portant vers ce final inattendu. Il m’a coupé la chique et j’ai hurlé intérieurement. Il faut du cran pour oser imaginer une fin telle qu’elle. Je ne veux pas vous en raconter trop mais cette saga est juste une tuerie. Depuis le second tome, le scénario s’accélère et nous offre un moment de lecture inoubliable.

 

Placé sous le signe de la manipulation et des secrets, ce troisième tome est une sacrée bombe.

 

EDEN, FILLE DE PERSONNE, un roman ado de Marie Colot.

LITTÉRATURE JEUNESSE

Éditions Actes Sud Junior


À presque seize ans, Eden a déjà porté quatre noms de famille, vécu dans trois foyers sociaux, deux états américains, de Salt Lake City à Page en Arizona. Depuis son dernier abandon, Eden cache un terrible secret qui l’empêche d’envisager un avenir meilleur. Alors qu’elle réclame son émancipation, son éducateur l’oblige à s’inscrire dans une nouvelle agence d’adoption.
Il lui faut à nouveau supporter tout ce cirque des catalogues d’enfants et des défilés où elle devra se « vendre » pour décrocher de nouveaux parents. Autour d’Eden gravitent un beau garçon mystérieux avec un sweat à capuche, des dizaines de chiens et de chats, un fan de course à pied qui pose de drôles de questions, et un vieux couple aimant prêt à l’accueillir.

 

 

Ma note : 4/5
Nouveauté 2021
256 pages
Disponible au format numérique et broché

 

 


MON AVIS

Voici un roman ado très perturbant par le fait que celui-ci soit tiré d’un fait réel et surtout méconnu en France. Le système des adoptions aux États-Unis est aberrant et encore je reste gentille dans mes propos. Je ne connais pas les méandres de l’adoption mais il me semble qu’en France le système favorise le bien être des enfants qui outre atlantique l’enfant devient un objet marchandé et jetable. Oui vous avez bien lu !

 

Comme nous l’explique l’autrice, Marie Colot, qui suite à un reportage décide d’en faire un livre.

 

Eden est une jeune fille de seize ans qui vécu la misère, le bonheur et la désillusion. En seize années cela fait beaucoup et la confiance envers les autres a tendance à fondre comme neige au soleil. Eden est une jeune fille rebelle mais qui a un énorme cœur brisé par toutes les manières imaginables. Pourtant une certaine sensibilité se cache sous ces airs fougueux. Elle connaît le système par cœur et revenir dans le marché de l’adoption de la seconde chance est une épreuve de plus. Elle n’en peut plus de ces sourires mielleux, de ces regards inquisiteurs, de ces promesses non tenues et de ces espoirs dans une famille qui jettera l’éponge un jour ou l’autre. Eden esseulée n’attends plus rien de la vie, d’une famille.

 

Alors quand un couple d’un certain âge désire faire sa connaissance, qu’un jeune homme sous sa capuche lui plaît. Elle a peur. Une peur paralysante où son passé la tétanise. Mais peut être qu’il suffirait de cette seule fois pour enfin espérer atteindre le bonheur où une dernière et unique chance !

 

Marie Colot signe un roman ado bouleversant et renversant. Suivre le quotidien d’Eden et découvrir toutes ses blessures et ses désillusions sont éprouvants. La mélancolie et la colère sont omniprésentes façonnant une jeune fille au caractère fort et indépendant. L’autrice navigue entre le présent et parfois le passé conférant ainsi au roman une précieux tableau de ce que fut la vie d’Eden. Une héroïne attachante et qui malgré toutes ses blessures ne souhaite qu’une chose trouver la sérénité. Un roman trépidant, parfois chaotique où les parcelles de joie s’invitent ici et là. Un roman intéressant ne serait ce que par le fait qu’il soit tiré d’un fait réel. Un roman bouleversant. Un roman ouvrant une fenêtre sur l’impensable. Un roman combatif.

 

J’ai passé un excellent moment de lecture en compagnie d’Eden. J’ai toutefois été perdue par moment dans le fil de l’histoire où l’autrice passe d’une idée à l’autre. Mais je ne peux que saluer le courage et l’abnégation de ces enfants ballottés, marchandés dans ce monde où l’innocence n’en est plus une.

 

Une lecture à découvrir absolument, petits et grands. Une histoire émouvante, dramatique et déchirante !

 

 

DEMI-VIE, tome 2 : Révolte, un roman de Magali Laurent.

DYSTOPIE

Éditions De Mortagne

Tome 2/4

Leur existence n’est qu’un mirage. Et la réalité s’avère aussi cruelle que la vie de l’autre côté de la frontière. Prisonnière de Perfecto, une entité dangereuse, Ysia prend rapidement connaissance du destin effroyable qui lui est réservé. Résolue à se libérer, elle déterrera des vérités qui dépasseront ses craintes les plus vives. Sacha et Driss, quant à eux, s’organisent pour lui venir en aide.
Mais l’intelligence artificielle qui contrôle le Jardin ne compte pas leur faciliter la tâche. À l’extérieur du champ de force, un jeune homme combatif tente de subsister, seul, dans un monde hostile peuplé de Prédateurs. Poursuivi par ses remords, il se questionne. Devrait-il abandonner ? Ou se battre pour survivre malgré la peur, les doutes et le désespoir ? Et si leurs destins à tous étaient liés ? Doivent-ils renoncer ? Ou essayer de sauver ce qui peut encore l’être ? La grande révolte du passé a bouleversé l’équilibre de la planète. Celle du présent impliquera de lourds sacrifices.

 

 

Ma note : 4/5
Nouveauté 2021
378 pages
Disponible au format numérique et broché

 

 


MON AVIS

C’est avec un immense plaisir que je retrouve ce second tome pour de nouvelles aventures d’Ysia et de ses ami.es.

 

Ce second tome est placé sous le signe des révélations. Ysia découvre les coulisses du Perfecto et cela dépasse tout entendement. Malgré ce grand bouleversement qui remet en cause largement les préceptes inculqués, Ysia trouve la force surhumaine de surpasser sa peur. Son courage exemplaire, sa ténacité et son entêtement la pousseront à prendre des décisions irrévocables pour le bien de la population du Jardin.

 

D’un autre côté, Sacha et Driss continuent à délivrer la population de cette machination infernale. Ils prennent de nombreux risques et mettent tout en œuvre pour qu’enfin le Jardin retrouve la paix, ou du moins de ce qu’il s’en approche le plus. Ils font la rencontre d’un groupuscule qui sera un atout précieux dans leur démarche.

 

Et puis d’un autre côté, l’on découvre le monde extérieur périlleux, désolant et sauvage. Au travers des yeux de Mars, un jeune adolescent seul et attristé par la perte de ses proches, on entrevoit l’horreur qui jalonne des paysages hostiles.

 

Ce second tome est sous le signe de l’action. L’annonce de nouveaux éléments parfont l’atmosphère davantage angoissante. L’action est au cœur des rebondissements et ils sont nombreux. Le personnage d’Ysia gagne en maturité et fait preuve d’un courage exceptionnel. Les pièces commencent à se mettre en place et offre un chouette moment de lecture. Il est très difficile d’en parler sans rien vous spolier. Ce que je retiens de ce second tome ce sont les nombreuses surprises, une écriture toujours rythmée et des rebondissements étonnants. Honnêtement, je ne sais toujours pas où l’autrice veut nous amener, mais, elle nous y amène avec perte et fracas, j’en suis sure et c’est génial.

 

Un second tome très différent du premier avec des personnages attachants et persévérants dans un monde qui tend à s’émietter de toute part ! Une dystopie aussi dérangeante que foudroyante. Un monde sans pitié où l’espoir repose dans les mains d’adolescent.es.
 

THE LAST ONE TO DIE, un thriller fantastique de Cynthia Murphy.

LITTÉRATURE JEUNESSE

Éditions Slalom

Traduit de l’anglais par Timothée Roblin


Elle pensait vivre le meilleur été de sa vie… ce sera peut-être le dernier.
Niamh, 17 ans, a travaillé comme une dingue pour pouvoir se payer des cours d’été dans la plus grande école d’art dramatique de Londres. Elle s’imagine découvrir une ville accueillante mais se heurte à une ambiance glaçante :
de nombreuses jeunes filles, dont ses nouvelles amies, se font violemment agresser. Toutes ont le même profil, celui de Niamh… qui va se retrouver au cœur du plus effrayant des films d’horreur !
Un thriller haletant sur fond de légendes urbaines.
 

Ma note : 3/5
Nouveauté 2021
272 pages
Disponible au format numérique et broché

 

MON AVIS

THE LAST ONE TO DIE aurait pu faire partie de ces coups de cœur mémorables mais malheureusement et j’en suis convaincue, ce thriller n’était pas du tout fait pour moi. Mais, peut-être, vous, vous y succomberiez !

Niamh a toujours voulu être actrice et son rêve est sur le point de se réaliser. Direction Londres pour un été qu’elle a longtemps convoité. Un été dans la plus prestigieuse école d’arts dramatiques. Niamh, à force de travail, a pu s’offrir ce stage. Dès son arrivée dans la capitale, elle est subjuguée par toute cette euphorie. Alors qu’elle attend pour l’attribution de sa chambre sur le campus, elle est abordée par une fille de son âge. Elles font rapidement connaissance et se dirigent chacune vers leur chambre respective. Dans la confusion Niamh a pris des documents de sa nouvelle amie et décide donc de lui rendre. Mais une effroyable découverte l’attend dans la chambre de son amie, son cadavre. Ainsi commence ce périple londonien. Ne se laissant pas abattre Niamh décide de rester sur place et de profiter au maximum de son stage. Malheureusement ceci n’était que les prémices d’une suite de morts inexpliquées.

Court-elle un véritable danger en restant ici ?

Cynthia Murphy nous plonge dans un Londres lugubre où sa jeune héroïne va devoir faire face à l’inexplicable. Sous fond de légendes urbaines, Niamh et ses ami.e.s, au périple de leurs vies, vont être confrontés à la mort, à la magie et à l’horreur. Ce thriller fantastique s’adresse à un lectorat jeune. Mes attentes concernant le thriller fantastique sont trop élevées pour me satisfaire complétement (seul Cédric Sire est à mes yeux au top level). Et ceci explique en grande partie pourquoi je n’ai pas été entièrement satisfaite. Pourtant tous les ingrédients sont là pour vous envoûter en un claquement de doigt. Une héroïne paniquée et au bord du gouffre qui tient malgré tout à rester et, en quelque sorte, à affronter cette chose qui lui pourri son existence. Des personnages secondaires qui l’épaulent à leur manière. Un flic qui tombe pile-poil au moment opportun. Un décor qui laisse songeur. Un cimetière qui fout la trouille. Et des morts, beaucoup de morts. La disparition d’objets insolites. Et une légende urbaine qui semble véritablement réelle. Les rebondissements s’enchaînent sans hésitation et le final, effectivement est la hauteur : explosif, sanglant, horrible et effrayant. Tout est réuni pour vous faire passer un moment glaçant de lecture. Une écriture qui sait vous faire frémir et qui va, certainement, vous hanter pendant trèèèèèèèès longtemps.

Une lecture que je conseille vivement pour les novices.

L’ANTIDOTE MORTEL, tome 2 : Le casque maléfique, un roman fantasy de Cassandre Lambert.

LITTÉRATURE JEUNESSE

Éditions Didier Jeunesse

Tome 2/2


Whisper accède à peine à ses fonctions royales que le palais est assiégé. Contrainte de s’enfuir à nouveau, son unique dessein est de sauver le royaume. Eden, en quête de vérité sur son père, s’engage au cœur  d’une forêt ensorcelée. Elle découvre l’existence d’un casque fascinant et convoité de tous.
De son côté, Jadis doit apprendre à maîtriser ses nouveaux pouvoirs, au péril de sa vie… Les trois héros parviendront-ils à se retrouver et à remporter leur bataille ?

 

Suite et fin d’une série époustouflante, où Whisper, Eden et Jadis font plus que jamais preuve de bravoure… et laissent éclater leurs sentiments !
 
Ma note : 5/5 mention « coup de coeur »
Nouveauté 2021
544 pages
Disponible en numérique et broché
 

 


MON AVIS

Si le premier roman avait la lourde tache de planter le décor, entre autre, de définir le caractère de chaque personnage et de planter l’intrigue générale des deux romans, ce second tome est sous le signe de l’aventure avec un grand A et des rebondissements en tout genre.

 

Cassandre Lambert signe un tome explosif qui ne vous laissera pas une seule seconde répit.

 

La vérité est le leitmotiv de cette nouvelle aventure et parfois elle est amère et déroutante. Confrontés à elle, nos trois héros vont devoir se montrer soudés, inventifs, tenaces et enthousiastes. Whisper sera confrontée au secret de sa famille, Eden a celui de son père et de sa terrible invention et Jadis à sa propre histoire.

 

Le scénario est écrit au travers des trois points de vues. Imbriquant ainsi l’histoire dans une trame plus générale et se joignant pour un final tonitruant qui m’a donné envie de hurler de frustration. Les traits des caractères des personnages s’affirment, s’affûtent et se développent. Whisper devient plus sûre d’elle, Jadis accepte son impuissance et Eden devient plus gentille (oui c’est possible).

 

Les rebondissements ne manquent jamais nous catapultant au cœur d’une histoire entreprenante, folle dingue et hallucinante. Le rythme ne s’étiole jamais. Un véritable page turner !

 

J’ai vraiment tout aimé. La plume de Cassandre Lambert s’affirme davantage et prend des risques que l’on ne retrouvait pas forcément dans le premier tome. Les personnages sont juste au top. Là également il n’y a plus d’hésitation ! Et j’approuve le choix final de l’autrice même si il n’était pas forcément évident. Les décors grandioses sont toujours autant présent et nous plonge facilement dans ce monde imaginaire.

 

Bref, j’ai adoré, adoré, oui et encore adoré. Je regrette juste qu’il n’y ait pas de suite mais j’attendrai avec impatience le prochain roman de Cassandre Lambert qui je pense, a plein d’histoires dans son tiroir à nous faire découvrir.

 

Foncez ! Et sans hésitation et la couverture et vraiment génialissime !

 

VIRGILE ET BLOOM, un roman ado de Joanne Richoux.

ROMAN FANTASTIQUE

Éditions Actes Sud Junior


Bloom, étudiante en psycho, s’est éprise de son professeur de violoncelle. Virgile est sexy, lunatique, et… mort. Un foutu vampire de 283 ans, du genre dépressif derrière des lunettes en forme de cœur. Problème, la mélancolie fait geler le sang des vampires et les tue. Sur un coup de tête, Bloom vole la voiture de sa sœur et emmène Virgile à Brocéliande. Il paraît que, là-bas, une communauté de monstres s’ébat joyeusement sous terre.
Est-ce que la jeune fille se lance dans ce voyage parce que la fin du monde approche ? Parce qu’elle n’a rien à perdre ? Ou simplement mue par ses sentiments naissants pour Virgile ?
Une romance sensuelle, déjantée, à l’énergie rock, qui se dévore comme une série.

 

Ma note : 5/5 mention « coup de coeur »
Nouveauté 2021
304 pages
Disponible au format numérique et broché.

 


MON AVIS

A la lecture du résumé vous vous êtes dit encore une énième histoire de vampire dont l’humaine tombe amoureuse. Je ne peux que vous donnez raison mais c’est le seul point unique que vous pourrez contester. Je vous assure au-delà de cela, Joanne Richoux nous livre un roman engagé, combatif et turbulent.

 

Bloom est fascinée par la psychologie. Elle adore décortiquer les méandres des âmes malgré ses propres problèmes. Rebelle jusqu’au bout des cheveux, elle se fiche quelque peu des conventions et des règles qui régissent la société. Pour ses cours de violoncelle, elle fait appel à un gars bizarre mais doué, Virgile. Elle l’observe scrupuleusement pendant des semaines, tous les jeudis, et ses conclusions lui semblent évidente : Virgile est un vampire. Loin d’être effrayé par son secret éventé par la belle, Virgile, mélancolique jusqu’au bout des ongles, se laisse guider par la tempétueuse Bloom qui n’en revient toujours pas d’avoir mis le doigt sur une évidence qui reste malgré tout effrayante mais sensationnelle. Bloom dissimule très mal ses sentiments naissant envers le vampire qui ne semble pas réceptif et surtout mal à l’aise. Les voici donc direction Brocéliande où se cacherait une communauté extraordinaire. Un périple où les deux jeunes gens vont apprendre à se connaître et à se dévoiler. Un périple qui se conclura sur une nouvelle aventure où  le moindre faux pas pourra leur coûter la vie.

 

Une nouvelle fois Joanne Richoux a su me surprendre avec cette histoire déroutante et totalement fascinante. Un roman assez court qui va directement à l’essentiel sans se préoccuper de nombreux détails superflus. Elle revisite ce côté vampire en quelque chose de déconcertant, d’unique et d’extravagant. Des créatures toutes aussi étranges, entre mythologie et récit fantastique, Joanne Richoux nous propose tout au long de son récit énergique, un univers exceptionnel. Au-delà de l’aspect scénaristique, Joanne Richoux aborde plusieurs sous-thème tout à fait intéressant. Le tournant de mai 68, l’émancipation féminine, l’écologie et la condition humaine. Virgile et Bloom est sans contexte une histoire au message engagé au cœur d’un monde fantastique. Un roman ado qui se dévore. Porté par une plume qui met en exergue les sentiments des protagoniste et les les sujets développés, ce roman et son côté aventure sont hypers addictifs. De l’action et de la réflexion, quoi demander de plus !?

 

Un sacré coup de cœur pour moi et je ne peux que vous le recommander chaudement !

 

THE BLACK KIDS, un roman ado de Christina Hammonds Reed.

LITTÉRATURE JEUNESSE

Éditions Slalom

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Rosalind Elland-Goldsmith

Un roman engagé et universel.
1992, Los Angeles s’embrase. Des policiers viennent d’être acquittés alors qu’ils ont passé à tabac Rodney King, un homme noir. Ashley, 17 ans, se pensait jusqu’ici hors d’atteinte. Fille d’une famille aisée, fréquentant un lycée huppé, elle ne s’est jamais sentie victime d’injustices ou de discriminations raciale… Ou peut-être que si ?

Une histoire d’amour naissante, des secrets dévoilés et une atmosphère de fin du monde lui ouvrent les yeux : elle, qui a toujours oscillé entre communauté noire et blanche, réalise qu’elle peut trouver sa place, sans avoir à choisir un camp.

Ma note : 4/5
Nouveauté 2021
416 pages
Disponible en numérique et broché


MON AVIS

THE BLACK KIDS est une agréable surprise. Sans aucune raison, je pensais que le roman mettrait en exergue les émeutes de 1992 à Los Angeles. Mais ce n’est absolument pas le cas. Elles servent de décor et, surtout, elles sont le déclencheur de la quête identitaire de Ashley.

Ashey a toujours vécu dans le confort des quartiers huppés de Los Angeles. Son père et sa mère ont tous les deux réussi leurs parcours professionnels assurant ainsi à leurs deux filles une vie confortable loin des ghettos. Lycéenne studieuse, engagée auprès d’associations, Ashley n’a jamais vécu par rapport à sa couleur de peau jusqu’à présent. Elle n’a jamais perçu les signes pouvant évoquer le racisme ou la discrimination. Pourtant ils sont là, au détour de remarques et de gestes inappropriés de la part de ses copines « blanches ».

Il aura fallu le départ de sa grande sœur et les émeutes pour qu’elle se pose la question au sujet de la couleur de sa peau. Les quartiers sordides, les fins de mois rudes, le chômage, la discrimination, les regards sont un territoire inconnu. Être issue de la communauté noire est un concept abstrait pour elle. Elle ne renie pas son origine mais elle ignore les conséquences souvent épouvantables qu’elles engendrent sur des millions de vie.

Ashley observe, se questionne et surtout tente de mettre ses mots sur ses réflexions et ses analyses. La question raciale est au cœur de son débat intérieur. La découverte de ce monde l’effraye autant qui l’attire. Elle hésite beaucoup, ignore les signes mais sa réflexion l’emmène vers un juste milieu conciliant l’acceptation de la différence et la tolérance.

Un roman sensible qui m’a plongé dans les méandres de la question raciale. Un roman puissant délivrant un message de tolérance. Un roman sur la transition vers l’âge adulte. Un roman crucialement essentiel porté par une plume efficace et qui ne tremble guère devant le sujet. Elle évoque les émotions de son personnage avec conviction et force faisant passer ses messages avec douceur et amour.

Elle parle d’une génération entre-deux qui soit tend à renier son origine culturelle et communautaire, soir se bat pour leurs droits et leurs libertés pour une égalité sans discrimination.

Ashley n’est pas une héroïne commune mais une simple adolescente prise dans les feux des révélations.

Un roman que je vous recommande chaudement qui se termine sur un dossier documentaire bienvenu.

NOUS SOMMES TOUT UN MONDE, une dystopie de Justine Augier.

LITTÉRATURE JEUNESSE

Éditions Actes Sud Junior


Dans NOTRE BELLE ZONE, tout est propre, ordonné et contrôlé. Un véritable havre de paix protégé du chaos extérieur, des pandémies et de mégafeux, par un haut mur d’enceinte, où chaque citoyen aspire à donner le meilleur de lui-même pour le bien-être de tous. Cloîtrée avec sa mère dans un petit appartement, Cléo semble accepter sa vie parfaitement réglée entre les sessions d’instruction sur le réseau Mondo et les rares sorties autorisées …
sous la surveillance étroite des drones. Pourtant, le doute s’installe en elle, l’image de la cité parfaite se fissure. Pur trouver les réponses à ses question, il lui faudra franchir le mur, prendre des risques, elle le sait.

 

Ma note : 5/5
Nouveauté 2021
272 pages
Disponible en numérique et broché

 


MON AVIS

Cléo a grandi dans une cité enclavée. La majeure partie de son temps, elle l’a passée dans un appartement exigu au côté de sa maman. Son espace de vie se résume à sa chambre où dès 2 ans elle a été scolarisée via un réseau interconnecté, le Mondo. Sa vie jusqu’à présent est consacrée à l’apprentissage formaté par les hautes sphères de la cité. Son seul loisir, le potager sur le toit de son immeuble et sa sortie hebdomadaire (préétablie par les hautes instances). Les drones veillent, toutes les communications sont contrôlées, également ce qu’elles mangent. Son seul ami, Ilya, son voisin orphelin à peine plus âgé qu’elle. Cléo est satisfaite de cette vie et jusqu’à présent elle n’a jamais rien remis en cause, au contraire elle veut paraître parfaite, le modèle par excellence de la jeunesse de la Belle Zone. Cette dernière a été créée par deux frères richissimes avides de pouvoir tout en apparaissant protecteur envers un peuple livré à lui même et fragile. Créée suite à une pandémie, elle a pour but initial de protéger toute la population. Mais la réalité cache une vérité toute autre et elle est effrayante.

 

Ce roman ado a un thème qui nous évoque à tous notre quotidien depuis de nombreux mois, hélas. Justine Augier nous offre une perspective alarmante d’un monde en déroute, d’abus de pouvoir et où les libertés individuelles ne sont plus qu’un doux rêve. Issu d’un monde réduit à l’impassibilité, le façonnage des esprits est devenu le seul « libre arbitre ». Le contrôle des moindres faits et gestes est omniprésent jusqu’à vous dire quel chemin vous devez prendre pour faire votre balade hebdomadaire. Une héroïne toute mimi et toute gentille mais qui a du plomb dans la cervelle. Fine observatrice, elle va se poser quelques questions qui vont la pousser à découvrir par elle même, de quoi il en est en dehors de ces murailles protectrices de la cité. Un roman qui fait écho à nos peurs, à nos questionnements et à notre recherche de liberté. Un roman rythmé qui pose intelligemment les bonnes questions et qui ouvre le débat sur la définition de liberté individuelle lorsque une menace pèse sur l’ensemble de la population. Il est question également de frontière à ne pas dépasser et comment les définir équitablement, humainement respectueuse et non liberticide. Un ensemble qui ouvre au débat. Le scénario est irrésistible. De nombreux rebondissements jalonnent les chapitres nous portant vers un final assez cocasse où l’autrice nous laisse, finalement, devenir l’initiateur d’un nouveau monde (et peut-être façonné à notre propre image).

 

Un roman essentiel dans notre monde d’aujourd’hui notamment pour les plus jeunes où leur esprit critique est en construction. Il permet de lancer un débat en parallèle et d’ouvrir une argumentation. Vivant au travers des réseaux sociaux qui finalement leur offrent un peu de tout et du grand n’importe quoi, il est évident que NOUS SOMME TOUT UN MONDE est une pépite à mettre dans les mains des jeunes lecteurs et lectrices. J’ai eu quelques craintes au départ notamment au thème qui nous touche de trop près, mais peu à peu j’ai été séduite par l’engouement de l’héroïne et l’espoir qu’elle éprouvait face au déni de la population éviscérée de toutes ses libertés.

 

Une très belle découverte et un joli coup de cœur pour ce roman ado qui vaut le détour !