LA BARONNE DES GLACES, un roman de Nicole Vosseler.

ROMAN HISTORIQUE

Éditions L’Archipel

Traduit de l’allemand par Anne-judith Descombey

Russie, 1822. Katy et Grischa rêvent de parcourir le monde et de faire fortune. Avec l’aide de Thilo et Christian, ils ont une géniale idée : exporter la glace du Nord jusque dans les Tropiques. Mais leur entreprise sera semée d’embûches. Et quand l’amour s’en mêle…
Russie, 1822. Depuis son enfance, Katya sait  » lire  » dans la glace. Elle en perçoit les vibrations et les qualités. Quant à son frère aîné Grischa, il semble pouvoir  » deviner  » le temps qu’il fera.
 
Tous deux rêvent d’une vie meilleure et veulent laisser derrière eux leur enfance misérable. Leur voyage les mène sur la Baltique jusqu’au port de Hambourg où ils s’associent avec Thilo et Christian, des hommes d’affaires qui ont créé une société de négoce. Leur plan audacieux : expédier la glace jusqu’à Calcutta.
Mais la voie du succès est semée d’embûches, et les sentiments naissants entre Katya et Christian, qui est marié, menacent de faire fondre les rêves de la jeune baronne des glaces…
Inspirée de l’histoire vraie d’une dynastie de commerçants intrépides, le premier tome d’une saga mêlant amour, drame et aventure.

 

 

Ma note : 2.5/5
336 pages
Nouveauté 2021
Disponible en numérique et broché

 

 


MON AVIS

A la vue de la couverture et à la lecture du résumé, j’ai été ravie de me lancer dans ce roman tout aussi historique que aventureux. J’aime beaucoup d’ailleurs cette période que représente le XIXe siècle, siècle de la révolution industrielle et où le monde s’ouvre au commerce. Un saut dans la Russie pays natal de ma grand-mère m’a plus que ravi mais malheureusement la magie n’a pas du tout opéré.

 

Katy et Grischa s’échappent alors que l’hiver s’est abattu sur leur petit village. La glace chante et le vent hurle sa froideur mais le plus important pour Grischa et Katy est d’échapper à un avenir incertain où la survie n’aurait rien eu d’idyllique. Katy est encore une petite fille mais son entêtement et son courage la portent partout où ira Grischa. Leur fuite les porte bien au nord de la Russie où ils sont recueillis par une femme veuve ayant la main sur le cœur. Grischa découvre la mer et sa rigueur, il en tombe fou amoureux. Ses différents séjours à bord des bateliers façonnent un jeune homme rigoureux, massif et sur de lui. Mais leur quête de liberté et d’aventure ne s’arrête pas ici et va continuer au Danemark où ils rencontreront Christian et Thilo, deux frères, qui tentent de sauver le magasin familial. A eux quatre ils forment un groupe stupéfiant et où l’harmonie tend à être perturbé par les amourettes.

 

J’ai eu beaucoup de mal à m’attacher aux personnages où leurs incertitudes modèlent une histoire en quinconce notamment quand il est question de relation amoureuse. Katy de par sa beauté est source de pas mal de maux et de la convoitise des hommes qui cherchent à tirer profit de son corps et/ou de son intelligence. Grischa devient un excellent navigateur mais ses histoires d’une nuit auprès des deux sexes ont tendance à refroidir les ardeurs. Christian et Thilo, l’un introverti et l’autre extraverti, forment un duo complémentaire mais l’égoïsme et l’arrogance de l’un agacent l’autre. Les personnages m’ont apparu fade et sans grande surprise.

 

Les décors sont quasi inexistants dans leur description alors que je m’attendais à quelque chose de majestueux coupant le souffle et me faisant rêver. La glace est partout évidemment et sous toute ses formes.

 

L’épopée qui aurait pu être grandiose vers l’Inde m’a également déçu et ne figure qu’à la fin de ce premier tome.

 

J’ai trouvé l’écriture sans saveur et froide, même si elle a su me captiver car j’attendais de moment où mon avis basculerait vers l’enthousiasme. Je pense que j’attendais énormément de ce roman qui promettait beaucoup d’éléments savoureux. L’aventure et le dépaysement n’ont pas été au rendez-vous et je n’ai pas su m’embarquer dans cette histoire où le dévouement à la famille et aux amis sont au cœur de ce récit. Dommage !

 

Découvrez l’avis de Light and Smell qui a été séduite.

LES ÉTOILES D’ORION : Cluny, 1095 de Brice Nadin.


En 1095, en Bourgogne, à la veille de la première croisade, l’Occident chrétien est porté par une vague de foi sans précédent. Joachim de Saint Ange est un jeune moine copiste du prieuré de Beaulieu dépendant de la puissante abbaye de Cluny.
Alors qu’il rêve de parcourir le monde et d’accompagner son maître Odon à la recherche de manuscrits anciens, ses origines nobles le destinent – contre sa volonté – à une carrière ecclésiastique au service du pape Urbain II.
De la plus grande abbaye du monde chrétien aux sordides geôles de Mâcon, pris en étau entre son amour pour la fille d’un seigneur et l’opération armée la plus importante de son temps, Joachim va tenter d’échapper à sa destinée. Y parviendra-t-il ?

 
Direction la fin du XIe siècle pour cette aventure hors du commun au cœur du plus grand ordre bénédictin. Chant monial, silence du scriptorium et décisions d’envergure, bienvenue dans un monde flamboyant et intransigeant.
La destinée de Joachim de Saint-Ange est toute tracée. Suite à la mort de son père et dès que son âge lui permet, il est envoyé à l’Abbaye de Cluny pour devenir, plus tard, moine. Une épreuve terrible pour le jeune garçon. Sans être toutefois indiscipliné, Joachim est curieux de tout et a parfois certains avis tranchés. Il rêve de découverte, d’évasion et de voyage. Joachim est un jeune homme plein d’entrain, son enthousiasme non feint lui vaut parfois quelques récriminations, mais peu importe Joachim est devenu un jeune homme avide d’apprendre. Initié à devenir moine copiste, il maîtrise plusieurs techniques. Pris en charge par le maître Odon au sein de l’abbaye de Beaulieu, Joachim s’épanouit malgré tout.

 

Appelés d’urgence par l’abbaye de Cluny, ils se rendent en ces lieux. Loin de se douter du piège dans lequel ils sont tombés, ils devront faire preuve de sagesse.

 

Les étoiles d’Orion est une magnifique histoire qui met en exergue un monde totalement oublié. Une grande partie de ce roman met en lumière minutieusement le monde ecclésiastique et leurs règles qui le régissaient. Un véritable plongeon au Moyen-Age où le clergé dominait en matière de décisions. Une période également charnière et cruciale qui précède les grandes croisades. Brice Nadin fait preuve d’une grande précision dans ces détails donnant à son roman une dimension documentaire non négligeable. Il faudra attendre la seconde partie du roman pour rentrer véritablement dans l’action. Une touche de fantastique s’invite conférant ainsi une nouvelle dimension. Le personnage principal est touchant par son ardeur et sa curiosité. Très vite je me suis rendu compte que j’arrivais facilement à visionner les lieux où se déroulent les différentes actions. Dépaysant et envoutant sont tout autant de mots qui définissent cette lecture. C’est une lecture où la précipitation n’a aucun sens. J’ai pris le temps de faire quelques recherches quand cela s’avérait nécessaire et de savourer cet univers riche. L’aspect historique est vraiment mis en avant et c’est cela que j’affectionne, pour la passionnée d’histoire que je suis c’est un pur bonheur.

 

A découvrir sans aucun doute !

 

Une chronique de #Esméralda