LE CLAN DES CABOSSÉS, tome 1 : Petite peste, un roman enfant de Jo Witek.

ROMAN ENFANT

Éditions ACTES SUD JUNIOR

Illustration : Walter Glassof

Lecture dès 9 ans


Écartez-vous, Jessie et sa bande débarquent !
Avec son franc-parler et son culot pas possible, Jessie fait trembler le petit monde de Valras-Plage et mène à la baguette le Clan des Cabossés. Des gamins hors des clous comme elle, avec qui personne ne veut traîner : Manuel qui bégaie, Arthur qui est un peu moche, Alice trop belle et trop timide. Mais derrière cette petite peste, n’y aurait-il pas un cœur tendre ?
“Faire des bêtises, rigoler ou sauver le monde”, c’est la devise d’un clan pas comme les autres. On a tous en nous quelque chose de cabossé !
Ma note : 4,5/5
128 pages
Disponible en numérique et broché
Nouveauté 2021

MON AVIS

Ah les vacances, quand on est môme c’est juste merveilleux, parfois barbant le temps de se faire des copains et des copines, mais après c’est le paradis. J’y trouve mes plus beaux souvenirs de gamine : des sardines qui s’échappent par le siphon, des parties de pêches et de pétanques, les auto-tamponneuses, les booms , les garçons … et la casquette de ma mamie, éternel symbole de surveillance.

 

Jessie, Alice, Manuel et Arthur sont tous des cabossés. Jessie est une terreur qui aime régner sur la petit ville de Valras-Plage, Alice est très timide, Manuel bégaie et Arthur n’est pas très beau.

 

C’est à l’initiative de Jessie que le clan des cabossés voit le jour et pour lequel elle recrute ses acolytes. Sillonnant le bord de plage et les rues de Valras à bord de la Jessie’s rosalie, la bande prend leur revanche sur ce monde qui ne tolère pas la différence. Mais Jessie va un peu trop loin et les trois ami.e.s ne sont pas certains du bon sens de ces actions. Entre eux, ils doivent se serrer les coudes et l’amitié prévaut sur la normalité.

 

Voici un roman pour les jeunes lecteurs ( et les plus vieux aussi) débordant de malice et de pertinence. Il ouvre la discussion sur la différence, l’inclusion, l’amitié et ce qui est bien et mal. Quatre personnalités atypiques qui se sentent inlassablement rejetées. Entre eux, la franchise est de prime et ne blesse aucunement. Accepter sa différence est parfois difficile et le clan est un sacré baume pour ces enfants. Outre la bande on y ressent toute l’atmosphère liée à l’ambiance de la plage et des vacances. C’est un grand bol d’air iodé et je vous assure que cela fait un bien fou. En tant qu’adulte, je me suis remémorée tous ces vacances d’enfance. Quelle nostalgie !

 

Ce premier tome est idéal à mettre dans votre valise de vacances. Lecture que vous pouvez partager avec votre enfant ou neveu et nièce. Les chapitres courts et les illustrations sont appréciables et permettent d’enchaîner sur la compréhension du texte ce qui me semble nécessaire et juste.

 

UNE CHRONIQUE DE #ESMÉRALDA


MISSION HOMO SAPIENS, un roman enfant de Lia Capman.


Vincent est un jeune Terrien qui rêve d’explorer l’espace, de posséder une météorite et, surtout, de rencontrer un extraterrestre. LUU7 est une extraterrestre qui rêve d’une glorieuse mission interplanétaire. Pas de chance, son prof l’envoie sur terre pour y étudier, capturer et ramener la créature la plus risible que l’univers n’a jamais portée : le Terrien.
Réussira-t-elle à convaincre Vincent de monter à bord de sa fusée ? Arrivera-t-elle à épater son prof et à faire rire les élèves de la classe ΩMEGA6 ?

Loin dans la galaxie, derrière le soleil, une planète est occupée. On les nomme extra-terrestre, mais pour eux nous sommes une espèce idiote.

 

Au cœur d’une bulle gigantesque vit des créatures mystérieuses, rigolotes et aux dons extraordinaires. Ils ont des capacités biscornus. Un peut ouvrir des portails dimensionnels, utiliser des trous de verres, l’autre se téléporter. Quand on les regarde de plus prêt, on y verrait un corps à trois têtes avec de nombreux yeux, des bras longs et courts, des cheveux merveilleux et des oreilles bizarres. Ils sont tous différents des uns des autres et plus tu es bizarre plus tu es génial.
Dans cette bulle, les créatures apprennent tout sur les univers, font des expériences et des découvertes. Au cœur de cette multitude, il y a LUU7. Elle est très différente de ses ami.e.s et se sent mise à l’écart. Elle n’a pas de don exceptionnel. Elle s’en veut terriblement d’être différente et banale. Le grand examen approche. Elle se voit attribuer comme mission de faire un exposé sur les terriens, les Homo sapiens. Elle n’est pas très réjouie par cette nouvelle mission qui l’oblige en plus à rester ici. Lors d’un exposé, le professeur lui donne l’autorisation de se rendre sur Terre pour mener à bien sa mission. Heureuse de quitter la bulle, elle s’empresse de préparer son équipement et direction la Terre.

 

Vincent est un petit garçon qui va au collège. Depuis que son papa les a quitté pour les étoiles, il est très triste. Il est passionné par les étoiles, l’univers et les météorites. Il est persuadé que au-delà du soleil et de notre galaxie, la vie existe. Il adore regarder au travers de son télescope et s’imaginer de nombreuses aventures. Un de ces soirs, il observe une météorite tomber dans un champ voisin. Le lendemain il se promet d’y aller jeté un œil.

 

La nuit passe et le matin suivant c’est avec enthousiasme qu’il rejoint le champ. Il y découvre une jolie pierre rouge qui rayonne et une petite fille avec son chien. Rapidement s’installe une conversation légère et pleine de promesses. Vincent ne le sait pas encore mais il a fait une incroyable rencontre, mais à ses risques et périls.

 

Lia Capman signe un roman ravissant pour les enfants. J’ai adoré plonger dans ce monde où l’imagination est généreuse. Un peu de science-fiction, un peu de fantastique, idéal pour les plus petits afin d’appréhender justement l’imagination et toutes les possibilités qui en découlent. Un roman sur la différence, la tolérance et l’amitié. On parle d’étoiles, de galaxie, de trou noir, de soleil et de navette spatiale. Ouvrir l’esprit des plus jeunes et regarder au-delà des apparences, des jugements et découvrir la multitude de notre monde. Une écriture très simple et imagée qui permet aux plus jeunes lecteurs de partir à l’aventure. Bien sûr tout est question de maturité, un parent peut l’accompagner dans cette lecture en l’aidant à déchiffrer ou tout simplement en lisant l’histoire. Des chapitres très courts, il faut reprendre son souffle. Petit bémol, il n’y pas d’illustration et à cet âge c’est primordial, à mon sens. Mais rien n’empêche au petit lecteur d’illustrer le chapitre et de le raconter à son tour et pourquoi pas au final créer son propre univers et histoire. Une thématique riche qui peut être développer en dehors de la lecture. J’adore ce genre d’histoire où l’imagination sert une telle histoire. A faire découvrir à nos jeunes lecteurs 🙂

 

Une chronique de #Esméralda

 

… Lien Kindle

… le site des éditions Le Lys Bleu

… mon avis sur le dernier récit (pour les plus grands) de Lia Capman, clique sur la photo pour le découvrir.

LES BILLES MALADROITES, un roman jeunesse de Eva de Kerlan.


Et si la maladresse n’était plus un défaut ?
Lorsque son grand frère lui offre ses magnifiques billes, Léo est ravi et émerveillé. Les billes sont si belles, si brillantes, et en plus elles lui parlent ! Il est certain de remporter le jeu de billes dans la cour de récréation. Hélas, ses billes refusent de se heurter aux autres ou de se salir.
Bientôt, il ne lui en reste plus qu’une seule pour tenter de regagner toutes celles qu’il a perdues. Une seule petite bille, que ses semblables surnomment Malhabile en raison de sa maladresse constante. Aidé de cette bille différente, Léo parviendra-t-il à remporter la prochaine partie ?
5-10 ans
illustrations par Acides Animés

Léo est un gentil petit garçon qui adore joué avec son grand frère et ses amis. Le jour où son grand frère lui donne ses billes, Léo est heureux. Cette petite attention le ravi et aussitôt il découvre les billes qui feront son bonheur. Elles brillent de toutes les couleurs, des petites, des grosses, elle sont merveilleuses. Les étoiles remplissent les yeux du petit garçon alors que ce dernier est subjugué. Comme tout garçon qui se doit, il pense rapidement aux parties qu’il fera avec ses copains dans la cours de l’école et à toutes les billes qu’il va gagner.
Perdu dans ses pensés les plus foldingues, il entend alors une petite voix. Intrigué et ébahi, il en cherche l’origine et qu’elle n’est pas sa surprise lorsqu’il découvre que ses nouvelles billes parlent.

 

La récréation est enfin arrivée, n’y pouvant plus, il convie ses camarades de classe à jouer aux billes. Sur de lui et très optimiste, Léo joue avec entrain. Voilà que les billes n’en font qu’à leur tête et décident d’esquiver les autres billes, alors que le but du jeu est de toucher les billes des adversaires pour les récupérer. Désabusé et désappointé, Léo, le soir arrivé, demande des comptes à ses billes. Les jolies billes ne veulent pas se salir ni s’abîmer. Alors que le lendemain, il décide de récupérer ses billes tout en jouant et en ayant motiver et coacher les mauvaises joueuses, Léo doit faire face à la catastrophe, il ne lui reste plus qu’une bille, Malhabile comme l’appelle les autres. La lançant sans grand espoir, la voici qui tape les autres billes !

 

Eva de Kerlan signe un roman jeunesse tout aussi touchant qu’émouvant porté par sa jolie plume. La maladresse est souvent la source de moqueries. Elle embarrasse et intimide. Signe, malgré elle, de stupidité. Eva de Kerlan empoigne la maladresse et la rend forte, courageuse et indispensable. De ce fait elle valorise ce trait loin de tout dénigrement. Lecture idéale pour les petits lecteurs qui peuvent être confronter à cela et qui pourrait leur permettre de prendre confiance en eux. Une jolie petite histoire valorisée par les jolies illustrations de Acides Aminés. Une lecture que je vous conseille pour les petits lecteurs seuls dès 7 ans, en fonction de la maturité de leur apprentissage de la lecture, et/ou accompagnés avec un plus grand, c’est chouette aussi !

 

Une lecture de #Esméralda.

LES 3 PICK ET LE MYSTÈRE DE LA MAISON, un roman jeunesse de Lise Ker.


Lorsque les Pick emménagent dans une nouvelle maison, c’est une vie trépidante qui commence pour les trois filles de la famille. De nouvelles chambres et un grand jardin, c’est la promesse de jeux extraordinaires ! Mais bien vite, des phénomènes étranges surviennent et Lilya et Zoé, les deux grandes, décident de mener l’enquête sans rien dire aux parents. Que découvriront-elles ?

La famille Pick vient d’emménager. Leur nouvelle maison est adorable avec un jardin que les sœurs Pick ont su vite s’approprier. Elles adorent y jouer et partent souvent à l’aventure au cœur de leur imagination. Épopées en tout genre, leurs journées sont rythmées. Puis vient le temps où les vacances se terminent.

Il n’est plus question de jeux et autres histoires pittoresques. L’école et puis les devoirs à la maison remplissent désormais leur quotidien. Sans oublier leurs parents qui sont souvent sur leurs dos. Grrrrr ! Leur vie semble bien triste. Alors que leur morosité gagne du terrain, d’étranges événements se produisent la nuit venue. Des tintements, des objets qui se déplacent. Les mystères apparaissent pour le plus grand plaisir des sœurs Pick. Branle-bas de combat ! Armées de lampes torches et de tout leur courage, elles sont enfin prêtes pour démasquer la vérité. Et tant pis si elles se font gronder !

 

A 35 ans, j’adore ce genre d’histoire. Je me replonge dans mes souvenirs de petite fille découvrant la lecture et adorant lire. Un roman alliant fantastique et aventure. Les 3 sœurs forment un trio complémentaire. Les idées de l’une s’accordent à l’autre avec ingéniosité et générosité même si parfois il y a des couacs. Lise Ker parfait ainsi une histoire où les liens entre sœurs deviennent une force évidente. La magie est partout à ceux et celles qui peuvent les voir. Une petite histoire aux nombreux rebondissements nous entraînant avec facilité en son cœur. Une lecture qui s’adresse aux jeunes lecteurs dès 8 ans. Tout dépend de la maturité. Une histoire que les parents peuvent raconter le soir, aussi. Le seul petit bémol est la presque absence d’illustrations (uniquement 2). J’adore les retrouver dans les romans jeunesses et les observer. Et surtout l’illustration est un support appréciable qui permet aux petits lecteurs de pouvoir raconter ensuite l’histoire (en se basant sur cette dernière)  et de faire attention aux détails.

 

Une jolie histoire plein d’aventure, d’imagination et d’amour !

 

Une chronique de #Esméralda

LE PETIT BALLON DE CHARLIE, un livre enfant de Amélie Dieudonné.


Charlie adore jouer et lire des histoires.
Il a une grande famille et il aime aussi s’amuser avec ses frères et sœurs. Parfois, comme toutes les petites tortues, Charlie a du chagrin.
Et ce chagrin, il le range dans un petit ballon qu’il a près du cœur avec tous ses autres tracas. Jusqu’à ce que le ballon déborde…
Petite histoire à propos des émotions et de la nécessité de les exprimer et de les écouter.

Petits ou grands, les sentiments sont un aspect de notre vie bien difficile. Les identifier, mettre les bons mots dessus, et trouver, quand cela est nécessaire, des solutions. Les sentiments deviennent complexes en grandissant (enfin de mon point de vue). Soit ils sont tus, soit ils sont exacerbés. Amélie Dieudonné explore ici le monde des petits et de leurs émotions.
Charlie, petite tortue, a bien du mal à mettre des mots sur ses émotions qui lui chamboulent sa vie. La seule et évidente solution, les entasser au fur et à mesure dans son petit ballon qui se trouve à l’intérieur d’elle. Une solution qui lui convient, mais elle se rend compte que son ballon est bien trop rempli. Le drame arrive et le ballon explose.

 

Avec son œil aguerri et ses mots aussi simples qu’efficaces, Amélie Dieudonné explore ce mal être. Il est évident que l’adulte (les parents ou autres) a une place cruciale dans le développement des enfants. Si les émotions sont tues à l’âge adulte, les enfants ont du mal à les comprendre et à s’en approprier. Des mots simples, des situations simples pour l’illustrer les propos de l’adulte doivent et servent à rassurer l’enfant. Il est normal d’avoir peur, d’être triste, d’être en colère, d’être jaloux pour telles raisons et voici ce que tu dois faire pour remédier et/ou les comprendre. Les garder en soi n’est pas une bonne chose, les exprimer est la meilleure chose à faire. Le chemin de l’épanouissement, un enfant à l’aise avec les émotions, c’est génial.

 

J’aime beaucoup les illustrations de l’auteure. Des petits dessins représentants les personnages mis dans des situations réelles et un décor qui parleront évidemment aux enfants. Un décor fait de petits objets en bois représente notre monde, notre quotidien.

 

Les sentiments est un sujet qui me passionne et qui même à mon âge me donne du fil à retordre. Étant la maman d’un garçon neuroatypique, c’est un sujet qui revient fréquemment dans notre quotidien familial. Cet album s’adresse volontiers aux enfants dès 3 ans accompagnés évidemment d’un adulte. Une histoire facile d’accès pour les enfants dès l’apprentissage de la lecture.

 

A offrir et à partager sans limite.

 

Une chronique de #Esméralda.