Celle qui ne pardonnait pas de Christophe Vasse

Roman policier – Sortie en juin 2021
Éditions les Nouveaux Auteurs

Ma note : 4/5 mention « roman à rebondissements »


Avant de commencer, je tiens à remercier GH David pour l’organisation du blogtour et la maison d’édition « les nouveaux auteurs » pour m’avoir envoyé ce roman en service presse.

Résumé : Toulouse. Une étudiante est retrouvée morte dans son lit, enveloppée dans un drap blanc immaculé, soigneusement coiffée, une fleur blanche glissée entre les mains. Peu de temps après, la capitaine Gabrielle Berthelot reçoit une carte énigmatique au dos de laquelle sont inscrits les mots : « PRENEZ SOIN D’ELLE ». Aux côtés de son nouveau binôme, Marc Darbanville, elle se lance à la poursuite du tueur. Mais le prédateur n’est peut-être pas celui qu’elle croit, et les démons du passé se liguent aux monstres du présent. Gabrielle est une battante, une guerrière. Mais aujourd’hui, c’est toute une légion qui se dresse devant elle.


L’avis de #Lilie : Christophe Vasse fait parti des auteurs qui montent dans l’univers des romans policiers. J’ai son premier roman dans ma PAL mais comme souvent, je repousse le moment de le découvrir. Lorsqu’on m’a proposé de participer à un blogtour afin d’aider au lancement de son nouveau « bébé », je n’ai pas hésité longtemps et je ne regrette absolument pas de m’être lancée dans l’aventure.

Nous faisons ici connaissance avec Gabrielle, capitaine de gendarmerie qui vient de perdre son binôme, celui avec qui elle faisait équipe depuis longtemps et qui était comme un membre de sa famille. A l’arrivée de Marc, elle va se montrer hostile mais une affaire de tueur en série va leur tomber dessus et les obliger à travailler ensemble. Comment vont-ils s’en sortir ? Vont-ils arriver à travailler ensemble ? Pourquoi Gabrielle semble-t-elle toujours si froide ?

Gabrielle est une femme qui n’a pas l’habitude de se laisser marcher sur les pieds. On la sent en même temps forte et fragile, tentant de cacher ses faiblesses derrière un fort caractère et une capacité de travail assez incroyable. On la découvre au fil des pages et c’est un personnage qui vaut le détour, tant sa volonté de réussir est impressionnante. Concernant Marc, c’est un père de famille qui semble entretenir une relation compliquée avec son épouse. Il a, au début, un peu de mal à cerner sa supérieure mais il va, grâce à sa capacité d’écoute et son empathie, arriver à percer ses défenses et l’inciter à lui faire confiance. Tous les deux, ils forment une équipe de flics complices, complémentaires et prêts à tout pour résoudre leur enquête.

Pour une découverte, je n’ai pas été déçue. L’auteur arrive à nous immerger totalement dans son histoire et à créer une ambiance intrigante sans qu’elle ne devienne jamais angoissante. Le narrateur externe suit tantôt les enquêteurs, tantôt le tueur, tantôt les victimes et tantôt des personnages mystérieux dont nous comprenons l’identité qu’à la toute fin. Ce procédé nous permet de suivre un grand nombre de protagonistes et d’aiguiser la curiosité du lecteur. Telle une toile d’araignée, cette intrigue complexe mêle enquête de police et drames personnels pour nos deux enquêteurs. L’univers crée est donc riche et permet à l’auteur de s’amuser en tentant de nous perdre à travers de nombreux détails. Pourtant, tel un puzzle, tout s’emboîte quasi-parfaitement à la fin et on referme le livre en se demandant quand on aura la chance de retrouver Gabrielle et Marc ?

Pour conclure, « Celle qui ne pardonnait pas » est un très bon roman policier ayant pour cadre la ville rose. Venez, vous aussi, vous lancer à la poursuite de ce tueur en série et découvrir un duo de flics détonnant et étonnant.

Retrouvez ce roman sur le site des Nouveaux Auteurs

 

 


Voulez-vous tuer avec moi ce soir ? de Céline Denjean

Thriller – Livre sorti le 8 septembre 2016
Editions Pocket
Lecture personnelle

Ma note : 4.5/5 mention « glaçant »

 

Résumé : Je m’appelle Marcel. J’ai 47 ans. Je suis contrôleur de bus. Je mène une vie saine et bien rangée. J’aime l’ordre, la rigueur et la discrétion et, à bien des égards, je suis votre voisin idéal. C’est que, contrairement à bon nombre de mes contemporains, j’ai reçu une excellente éducation. Et ce n’est pas ce que la police ou les journaux racontent sur moi qui me fera changer d’avis !
Toulouse. Depuis plusieurs mois, le lieutenant Girard traque « le Tueur du vendredi », un pervers méthodique qui viole et tue des prostituées le long du canal. Le meurtrier, c’est Marcel, un insoupçonnable contrôleur de bus à la vie sans histoire. Maniaque et obsessionnel, il suit jour après jour, et à la minute près, une routine bien huilée. Ses ennemies ? Les femmes, les indécentes, les décadentes, les provocantes… Et depuis peu sa jeune voisine, qui pourrait bien faire basculer une routine jusqu’alors inébranlable…

 

L’avis de #Lilie : Je poursuis ma découverte des autrices de thriller en vous parlant aujourd’hui du premier roman de Céline Denjean. Originaire de Toulouse, j’ai lu ce livre à l’occasion de sa venue dans ma commune dans le cadre du Toulouse Polar du Sud. Selon elle, ce n’est pas son meilleur roman. Comme je lui ai dit, si celui-là n’est pas son meilleur, je n’ose imaginer combien je vais me régaler en continuant à la lire tant j’ai frissonné et été embarquée par cette chasse à l’homme dans les rues de Toulouse.

Nous faisons ici connaissance avec Marcel, contrôleur chez Tisséo, vieux garçon et qui, le vendredi soir, tue des prostitués sur le bord du canal. On rencontre aussi Manuel, le chauffeur de taxi à qui il arrive bien des mésaventures. Il y a aussi Lucille, l’adolescente rebelle qui nargue Marcel, dès qu’elle en a l’occasion. Et il ne faut pas oublier Claude, cette adolescente mal dans sa peau qui a bien du mal à trouver sa place… Tous ces personnages vont se croiser, interagir ensemble et voir leurs destins basculer en l’espace de quelques jours. 

La vraie force de cette histoire est que dès le départ, on connaît le nom du tueur. L’autrice le confesse volontier, le but ici n’était pas de chercher qui était le coupable mais bien d’analyser comment une personne que l’on pense, de prime abord, banale bascule dans la folie meurtrière. En effet, quand on découvre Marcel Cazaux, il ne fait pas rêver : 47 ans, célibataire, avec une vie très routinière, ayant grandi avec son papa, ancien combattant, sans repère maternel, ce n’est pas l’homme le plus « fun » qui soit. Et pourtant, quand son père meurt, ses principes vont se heurter à ses pulsions et il va se lancer dans une « mission », qu’il pense nécessaire. Ses pensées, son raisonnement, rien ne nous est épargné et on tremble à l’idée que son perfectionnisme et son organisation le fasse échapper à la justice. Concernant Lucille, c’est l’adolescente type : elle veut jouer à la grande en s’habillant avec des tenues provocantes, se révolte dès qu’elle en a l’occasion, essaie d’être la plus populaire au lycée. Pendant une grande partie de l’histoire, j’ai adoré la détester tant elle semble insupportable et loin, finalement, des réalités. Elle est en classe avec Claude, qui ne sait comment attirer l’attention de la star du lycée et qui, de son côté, vit très mal son adolescence. Coincée entre des parents ultra-catholiques et des pensées qui vont à l’encontre de l’éducation qu’elle a reçu, elle souffre, sans savoir où trouver un échappatoire. Enfin, il y a Manuel, le chauffeur de taxi qui n’est pas toujours au bon endroit, au bon moment, mais qui va avoir un grand rôle à jouer dans cette intrigue.

J’ai passé un excellent moment avec ce livre. En effet, la plume de l’autrice est très vive et visuelle et elle nous plonge, dès les premières lignes, en plein coeur de son intrigue. Au fil des chapitres, on alterne les protagonistes, ce qui peut paraître déstabilisant au départ mais qui, finalement, rythme  bien notre lecture. Ils sont tous « normaux », des personnes comme on pourrait en croiser tous les jours, ce qui permet de mieux s’attacher à eux, ou de les détester encore plus ! Plusieurs intrigues annexes gravitent autour de l’intrigue principale et donnent des sueurs froides au lecteur qui se demande bien comment tout cela va se terminer. Le suspense est bel et bien présent jusqu’à la fin et on retient son souffle jusqu’au dénouement…

Pour conclure, « Voulez-vous tuer avec moi? » est un excellent premier roman. Sa construction est originale et m’a totalement embarquée. Il me tarde maintenant de poursuivre ma découverte des écrits de Céline Denjean qui sont, selon les connaisseurs, encore plus sombres et bien meilleurs ! J’ai hâte !

 

Retrouvez ce roman sur le site des éditions Pocket

L’usurpateur d’Elise Picker

Romantic-suspense – Livre sorti le 22 juillet 2020

Editions Edelweiss

Lecture personnelle

Ma note : 4.5/5 mention « à découvrir »

 

Résumé : Lorsque Zacharie revient à Toulouse, il est déterminé à mettre la main sur ce qui lui appartient. En marge des siens et de la société depuis des années, il veut repartir de zéro, seul, et ailleurs.

C’est sans compter sur sa propension à attirer les problèmes… Comme s’introduire dans le cabinet de son frère jumeau et se faire surprendre par l’une de ses patientes. Une rencontre fortuite qui s’ajoute à la longue liste de ses ennuis.

Pour fuir au soleil, Zach devra ruser et contourner tous les obstacles sur son chemin. Un pari risqué quand on a un passé chaotique et un talent inné pour prendre les mauvaises décisions.

 

L’avis de  #Lilie : J’ai connu la plume d’Elise Picker à l’occasion de la sortie de son précédent roman aux éditions Plumes du Web. Quand j’ai appris qu’elle sortait un romantic-suspense, qui, en plus a pour décor Toulouse, je n’ai pas hésité longtemps ! Je me suis lancée dans cette lecture avec entrain et je n’ai pas été déçue par cette nouvelle découverte.

Zacharie revient à Toulouse pour de mauvaises raisons. Tout d’abord, il veut fuir Paris et un ancien partenaire d’affaires avec qui il semble avoir un lourd contentieux. Ensuite, il souhaite monter une escroquerie pour récupérer sa part d’héritage, par anticipation. Pour cela, il a besoin de s’immiscer dans la vie de son jumeau, sans que ce dernier ne s’en rende compte. Pourtant, il se fait surprendre par une patiente de ce dernier et pris dans un engrenage sans fin, Zach aura bien du mal à s’en tenir à son plan. Mais finalement, les choses se passent-elles toujours comme elles le devraient ? Quel impact la rencontre avec Maud va-t-elle avoir sur les projets de Zach ? Que cache-t-il ? Et elle, quelle est son histoire ?

Zacharie n’envisage pas la vie comme une partie de plaisir. Mis à la marge de sa famille après la mort de son père, il s’est toujours senti comme le « vilain petit canard », en comparaison de son jumeau, Louis, toujours propre sur lui et parfait en toutes conditions. Très tôt, notre héros a appris à se débrouiller tout seul. Malheureusement pour lui, il ne fait pas toujours les bons choix et se retrouve mêlé à des combines qui le dépassent souvent. Concernant Maud, elle prend peu à peu sa place dans l’intrigue, en se confiant à Zach, qu’elle pense être Louis, puis à notre héros, qui la tire de quelques faux pas. Entre eux, une relation étrange va apparaître. Ils seront comme une bouée de sauvetage l’un pour l’autre et j’ai beaucoup aimé la manière dont ils se sont rapprochés, entre apprivoisement et mise en confiance mutuelle. J’ai adoré ces personnages qui s’apparentent presque à des anti-héros tant ils ont galéré dans leur passé et ne rentrent pas dans les cases des personnes à qui tout réussi. Leurs fêlures les rend plus authentique même s’il faut reconnaître que Zach a une incroyable propension à se mettre dans des situations inextricables !! Néanmoins, sous son apparente arrogance, on découvre des fragilités et des aspects de sa personnalité qui ont fait fondre mon petit cœur.

Il n’a pas manqué grand chose pour que ce roman soit un coup de cœur. En effet, j’ai été happée par l’intrigue originale et le côté non lisse des protagonistes. La mise en place est un petit peu longue, le temps de bien poser les bases, mais après, grâce à un page-turner efficace, on est complètement embarqué ! De plus, le fait que l’action se situe à Toulouse m’a aidé à visualiser les différentes scènes, même si l’autrice nous donne de nombreuses descriptions de la ville rose. Sa plume est visuelle et émotionnellement prenante. On tremble, on sourit, on a même le souffle coupé lorsque notre héros se retrouve en position inconfortable. La force de cette histoire est de mettre en avant le côté suspense, en laissant une grande place à Zach et ses combines. La romance est ici mise au second plan, et parfois, ça fait du bien ! 

Pour conclure,à tous les amateurs de romantic-suspense, laissez-vous tenter par « L’usurpateur » d’Elise PickerMention spéciale à la nouvelle maison d’édition Edelweiss, dont ce titre est la première parution. Bravo pour l’audace de nous proposer une romance qui sort des sentiers battus, avec des protagonistes abîmés par la vie mais plein de ressources et qui sauront, sans nul doute, vous surprendre !

 

Retrouvez l’univers de l’autrice ici
Retrouvez ce roman sur le site des Editions Edelweiss

Ahriman de Gwenn Aël.

ahriman

[ THRILLER FANTASTIQUE – NOUVEAUTÉ 2017]

ÉDITIONS LUNE ÉCARLATE – COLLECTION ÉCLAT DE LUNE

SERVICE PRESSE.

 

Je remercie les éditions Lune Ecarlate pour ce ténébreux service presse.

 

Résumé :

Alors que Toulouse sombre dans un déferlement d’intempéries inexplicables, le lieutenant Éliot Bénin est confronté à la plus sordide affaire de sa carrière. Des meurtriers aussi déterminés que sanguinaires s’inspirent des méthodes de l’Inquisition et de la mise à mort du Christ pour assassiner des hommes. Bénin ressent immédiatement le caractère hors norme de cette enquête qui le mènera, deux millénaires en arrière, au jour lointain où tout a réellement commencé : en l’an 33 après J-C…


 

Mon avis :

Ahriman, Ahriman… ce nom vous évoque t-il des souvenirs ? Pour moi oui : nous le retrouvons essentiellement dans les jeux vidéos mais également dans la littérature et ma seule référence est la saga A.N.G.E. de Anne Robillard.

Ahriman est entouré d’une aura mystique et religieuse, ce qui offre aux écrivains un large champ pour leurs imaginations fertiles. Et je dois bien avouer que Gwenn Aël, dans son livre a exploité le sujet d’un tour de main majestueux.

Elle nous plonge dans un monde aux bords de l’apocalypse où tout ce qui semble de plus normal va s’effondrer. Des meurtres d’une violence extrême vont devenir le quotidien de ce lieutenant de police, Eliot Bénin qui est vite dépassé par les événements de plus en plus sordides. Les questionnements incessants envahissent ses pensées. Des amitiés défaites et perdues à jamais vont le chambouler irrémédiablement. Dans ce monde inconnu qui lui saute au visage, sera t-il prendre la bonne décision, celle de sauver l’humanité ? Ses actions représenteront-elles le Bien contre le Mal ? ( Petit clin d’œil au patronyme du lieutenant). Voici le fil rouge de toute l’histoire.

L’auteure nous projette aussitôt, les premières pages tournées, auprès des différents protagonistes, dont l’un reste une énigme jusqu’à la fin, même si j’ai des soupçons à partir des deux tiers du roman. Tel un journaliste nous suivons les pensées des différents personnages et leurs ressentis pour nous concentrer au fil des chapitres uniquement sur le lieutenant et la personne mystérieuse. J’ai beaucoup apprécié cette alternance de point de vue qui donne un charme (sans jeu de mot) indéniable à la lecture.

Grâce à la plume fluide de l’auteur et à ses descriptions d’un réalisme, je suis prise à mon propre jeu et devient actrice de cette enquête. Je ponctue ma lecture de :  » ah non c’est pas lui…mais si c’est lui…attend mais non ca peut pas être lui… dépêche toi elle va se faire massacrer… mais si c’est lui ça veut dire que c’est lui le méchant… ». Vous voyez le raisonnement ….!

Chers lecteurs et chères lectrices, adeptes de thriller fantastique et gothique, de magie noire sur fond de religion, vous trouverez dans cette lecture un mélange explosif mêlant enquête policière, suspicion, cadavres mutilés, beaucoup de sang, une atmosphère étouffante et sordide, des personnages attachants mais également perdus et remplis d’une quête spirituelle et mystique. Des scènes à en perdre haleine et à vous étourdir, des rebondissements inimaginables et une fin à la hauteur de mes espérances.

Une lecture haletante et tourmentée. A quand la suite ?

 

 


 

Pour tout savoir sur Gwenn Aël et sur les édition Lune Ecarlate : c’est par ICI !