TEMPS MORT, un roman d’urban fantasy de Ariel Holzl.

LITTÉRATURE JEUNESSE

Éditions Slalom

Dès 13 ans

Un roman fantastique de haute volée qui vous plonge dans les ténèbres de la ville lumière.
Sur les traces de son grand-oncle Théobald, Léo, 17 ans, bascule dans une fontaine des catacombes et se retrouve projeté dans une réplique négative de Paris. Auréolé d’un soleil noir, le Périmonde est un territoire où le temps n’a pas de prise et où règnent des clans aux pouvoirs puissants.
Léo n’a d’autre choix que de les affronter lors de la Chasse Sauvage, une course contre la montre où tous les coups sont permis. Heureusement, l’énigmatique Alma est là pour l’aider… mais peut-il vraiment lui faire confiance ?

Ma note : 4/5
Nouveauté 2021
288 pages
Disponible en numérique et broché


MON AVIS

Voici une découverte extra-ordinaire. Un roman ado qui vous file les frissons à un claquement de doigts. Une couverture rouge sanguinolente et un titre totalement accrocheur (à mon sens) et une histoire qui ne manque pas d’originalité.

 

Léo a 17 ans. Par un malheureux concours de circonstances, il est accueilli chez son oncle qu’il ne connaît guère. Une rumeur sur son étrangeté et sa solitude sont son seul souvenir. Théobald est un homme bien intrigant. Son comportement est le reflet parfait de sa demeure. Lugubre, anormale, mystérieuse et cocasse. Cet oncle est un grand botaniste qui au milieu de sa serre devient un homme passionné et bienveillant. Mais tout cela c’est avant que de mystérieuses créatures débarquent de nulle part et mettent une pagaille sans nom au cours de laquelle Théobald se fait kidnapper. Revenu à lui rapidement après un mauvais coup sur la tête, Léo décide de suivre la mauvaise troupe. Cette filature le porte directement dans les catacombes de Paris et bien au-delà.

 

Imaginez une version de Paris plongée dans une lumière rouge et lugubre. Imaginez un Paris et les habitants figés dans un marbre déroutant qui ne se meut que deux fois dans la journée. Imaginez des créatures prêtent à tout pour survivre. Imaginez des hommes, des femmes, des enfants dont leur âme humaine a fondu comme neige au soleil. Des créatures hostiles et qui veillent à un certain équilibre. La cohabitation entre clans est bien difficile et le pire reste à venir car une terrible menace est sur le point d’émerger.

 

Léo est totalement déstabilisé par cet univers. Un entre deux-mondes où la loi de la physique n’existe plus. Un univers où la manipulation, la moquerie, l’humiliation, la violence sont légions. Un univers où il faut mieux avoir des alliés et une bonne endurance, quoique !

 

Ariel Holzl signe un roman totalement déroutant. J’ai vraiment été épatée par cet univers parallèle riche, sanguinaire et fantastique. Une agréable surprise portée par un anti-héros totalement charmant, attachant. Un jeune homme miné par la maladie qui dans la noirceur va s’épanouir. Une seconde chance, un second souffle, une vie bizarre mais sans souffrance. Ariel Holzl explore la souffrance d’une manière étonnante de sa jolie plume énergique et créative.

 

Une belle découverte et surtout un monde imaginaire époustouflant. De l’urban fantasy comme je l’aime !

 

Une chronique de #Esméralda

INCARNATIONS, tome 1 : Ombre fauve, un roman d’urban fantasy de Lilly Sebastian.


Si une seule décision, un simple geste instinctif, changeait le cours de votre vie ?
Un soir, Rose va l’apprendre à ses dépends.
En suivant son instinct, plutôt que sa raison, elle va être entraînée malgré elle dans une succession d’événements inattendus et irréversibles.
Et si notre monde était plus complexe qu’il n’y paraissait ?

Rose est une jeune femme abîmée par la vie. Elle a perdu très tôt sa maman. Ce manque est une terrible douleur qui malgré les années ne s’estompent pas. Elle a quitté la ville regorgeant de mille souvenirs. Elle survit tant bien que mal, se coupant du monde peu à peu. Plus d’amies, juste quelques collègues de boulot qu’elle évite aussi souvent qu’elle le peut. Sa vie se résume à faire un pas après l’autre sans aucune perspective d’amélioration.
Alors que Halloween bat son plein, Rose est plongée dans le souvenir d’une conversation téléphonique de sa mère. Une discussion houleuse dont elle est l’objet. Ses pas la portent au cœur d’un quartier malfamé. Totalement paniquée, elle se demande d’abord par quel miracle elle a pu se trouver ici. L’angoisse monte peu à peu. Passant devant un terrain vague, elle attend des gémissements. Malgré sa frousse, elle pénètre dans ces ténèbres à la recherche de la source des bruits inquiétants. Voici comment la vie de Rose change du tout au tout. Voici comment Rose met un pas dans ce monde méconnu, intransigeant et totalement hallucinant ! Qui aurait cru un jour que la jeune femme effacée serait prise à partie au cœur de cette guerre sans foi ni loi ?

 

Les métamorphes ont été trahis. Leur existence a été révélée. Les humains et l’armée veulent leur mort. Alors que cette guerre civile est à ces prémices, Rose va découvrir leur monde et rencontrer l’intrigant Nicolas. Elle va trouver auprès de la meute qui l’a recueillie, une sorte de force et de courage qu’elle n’a jamais ressenti auparavant. La jeune femme à leur contact va s’épanouir. De rebondissements en rebondissements, de bouleversements en bouleversements, de crises de paniques en crises de pleurs, de rencontres particulières à celles d’où naîtra une amitié particulière, Rose devra faire ses preuves et accepter sa nouvelle condition. Arrivera-t-elle à surmonter tous les obstacles dressés sur sa route ?

 

Lilly Sebastian adore nous rendre dingue ! Au cœur du même univers que sa précédente trilogie Métamorphoses, elle remet le couvert pour une nouvelle histoire, avec de nouveaux personnages caractériels, sympathiques et un peu barge sur les bords. C’est simple dès les premières pages, je me suis dit que j’allais adorer et ça n’a pas manqué ! Aspirée dans l’univers et par tous les rebondissements gravitant autour des héros, pas une seule seconde je me suis ennuyée. C’est le genre d’histoire qui te captive en un claquement de doigts et il ne reste plus qu’à te laisser porter par la vague Lilly Sebastian. Du punch, quelques notes d’humour, des larmes, des cris, des crocs, des terribles méchants, et de l’action à gogo ! Voilà ce qui t’attends dans ce premier tome et de nombreuses, très nombreuses, surprises ! C’est méchamment bon et c’est terriblement addictif !

 

Un page turner à ne louper sous aucun prétexte !

 

Une chronique de #Esméralda

… Lien Kindle

… Le site des éditions Beta Publisher

… Mes avis sur les précédents romans de Lilly Sebastian, clique sur les images pour les découvrir.

MYRINA HOLMES, tome 3 : Possessions immatérielles de Anna Triss.


La trahison du démon que j’aime est sans conteste la pire épreuve de ma vie d’hybride.
Je suis anéantie dans un monde en proie au chaos depuis que Kel m’a abandonnée sans la moindre explication, comme si je n’avais jamais existé.
Pourtant, mon instinct de Traqueuse me souffle que la vérité m’échappe… et mon cœur de femme se révolte, incapable de se résigner.
Qu’à cela ne tienne, je suis prête à affronter les terribles dangers qui planent pour élucider cette nouvelle affaire. Je n’hésiterai pas à botter des culs écailleux au passage. Je traquerai mon connard d’Hybresang dans les Limbes s’il le faut !
Quitte à sombrer moi-même au cœur des ténèbres afin de pouvoir espérer trouver la lumière qui s’y cache.

Un troisième tome bluffant et sensationnel, Anna Triss sait nous faire saliver, flipper et devenir dingue. Un dernier tome à la hauteur de cette trilogie démoniaque. Romance fantastique ou urban fantasy, je vous laisse choisir, ce tome 3 est un pur moment de lecture.
Le dernier tome se finissait sur une scène vraiment pas gaie du tout, du tout. Style revirement du situation il y avait du lourd. Donc pour ce tome ci je savais à quoi m’attendre, mais en fait pas du tout. Ce dernier tonne sonne les trompettes et annonce dès le départ que ce dernier sera combatif, voire mélodramatique et explosif (pour ne pas changer, mais c’est une bonne chose). J’ai trouvé que l’auteure prenait plus le temps pour décrire les scènes pour les faire ressentir. C’était beaucoup moins speed, à mon sens. Une langueur qui prend son sens dans l’abandon, le désespoir, l’incompréhension, la peur et le doute. Puis une autre se rajoute se concentrant sur le désir, les sentiments et les émotions. Et une toute autre qui se trouve dans l’urgence, le désappointement et la désillusion. Anna Triss arrive avec une efficacité effarante à nous faire vivre mille et une choses en total accord avec ses personnages. C’est une explosion de tout que l’on ne peut accueillir qu’avec stupeur et envie. Une aventure addictive, folle et enivrante.

 

Ce dernier tome ne se contente pas de nous rendre chèvre. Les personnages ont pris du grade et de nouveaux apparaissent pour un tableau final complet. Kel a donné sa langue au diable et se montre davantage sentimental. Myrina prend en maturité et fait preuve souvent de bon sens tout en continuant de foncer tête première dans les ennuis. On la retrouve plus féroce et un tantinet susceptible. Une évolution tout à fait appréciable d’autant plus qu’Anna Triss ne change rien à leur verbe pimentée et acérée. Ce duo est si touchant, accaparant, sensationnel et parfois emmerdant (oui c’est vrai). Un vrai paradoxe entre eux mais qui fonctionne merveilleusement bien.

 

Cette trilogie est à croquer sans se priver. Une auteure sadique mais qui nous le rend bien. Démentielle, l’histoire de Myrina et de Kel est un sacré coup de cœur que je classe dans mes incontournables 2020. J’ai tellement accroché à tout que ce soit les personnages, l’univers (surtout) et l’intrigue que je ne peux que vous dire FONCEZ !

 

Une chronique de #Esméralda
 

… Lien Kindle

… le site de Black Ink Editions

… Mes avis sur les deux précédents tomes (clique pour les lire).

La prophétie des Sept de Christelle Da Cruz

Urban Fantasy/Romance fantastique – Ebook sorti le 25 février 2020

Editions Plumes du Web

Lecture personnelle

Ma note : 4/5 mention « à découvrir »

 

Résumé : Depuis la mort de sa mère, survenue il y a près de 6 ans, Hazel s’est exilée à Londres avec sa tante, au cœur même des Ténèbres qui engloutissent peu à peu l’Europe. Sans nouvelles de son grand-père qui réside dans le Sud-Ouest de la France, Hazel décide de retourner sur ses terres d’origine pour résoudre ce mystère.
Sa rencontre avec Stellan, un vampire mandaté auprès d’elle par l’Union, la plus haute autorité en matière de créatures et d’êtres magiques, va quelque peu bouleverser ses plans. Elle apprend que son aïeul a été kidnappé, malgré la protection vampirique dont il bénéficiait, et qu’elle est reliée à une étrange prophétie.
Désigné pour l’aider et assurer sa protection, Stellan, qui ne la laisse pas indifférente, se joint à elle dans sa quête. Mais si Hazel est inquiète pour la vie de son grand-père, c’est en réalité le sort de l’humanité tout entière qui est entre leurs mains.

 

L’avis de #Lilie : Depuis Twilight, comme beaucoup de lectrices, j’ai un petit faible pour la littérature « bit-lit ». Pourtant, je ne prends pas le temps d’en lire tant que ça…. Sensible à la plume de Christelle Da Cruz, je me suis laissée tenter par son premier urban-fantasy et je ne regrette pas du tout!

Hazel est une jeune fille qui vit à Londres avec sa tante. L’Obscurité prend peu à peu possession de la Terre, les villes se vident et l’insécurité est partout présente. Sans nouvelles de son grand-père, elle décide de le rejoindre dans le Sud-Ouest de la France, malgré les inquiétudes de sa tante. Arrivée là-bas, elle fait connaissance avec Stellan, un vampire en charge de sa protection et elle découvre qu’on lui a caché une partie de son passé. Hazel pourra-t-elle supporter toutes ces révélations ? Sera-t-elle prête à prendre des risques pour sauver son grand-père ? Comment expliquer la force du lien qui la lie à Stellan ?

Hazel est une héroïne qui a « du chien ». Loin de se laisser marcher sur les pieds, elle ne se considère pas « comme une petite chose fragile » mais n’hésite pas à prendre les choses en main quand c’est nécessaire. Chamboulée par toutes les révélations auxquelles elle va devoir faire face, elle ne va jamais baisser les bras pour accomplir au mieux la mission qui lui est confiée. Très attachée à ses proches, elle essaiera toujours de faire ce qu’il faut pour prendre soin d’eux. Son protecteur, Stellan, est un « vieux » vampire qui joue de ses yeux vairons pour faire tomber les femmes. Pourtant, il va trouver chez Hazel une adversaire à sa taille car elle ne va pas lui faciliter la tâche. Stellan est très protecteur et il entend mener à bien sa mission en respectant les règles de l’Ordre. J’ai eu un peu de mal à le cerner au départ mais c’est un personnage loyal et finalement très attachant. Mention spéciale pour Mary, la tante d’Hazel, qui est une sorcière. Elle n’aura de cesse de se soucier pour sa « nièce » et même si elle n’accepte pas tous ses choix, elle ne fera rien pour l’empêcher de vivre sa vie comme elle l’entend.

Cet urban-fantasy est une belle réussite. Tout d’abord, l’univers décrit est très riche et varié. En effet, même si par moment, on a l’impression de se noyer sous la masse des protagonistes, on les repère assez vite et ils amènent tous quelque chose dans le déroulé de l’intrigue. Pour ma part, j’ai découvert des familles de créatures fantastiques que je ne connaissais pas et j’ai ainsi enrichi ma « culture fantastique ». Ensuite, la plume de l’autrice est toujours aussi efficace. En effet, lorsque vous vous lancez dans cette lecture, il est difficile de poser la liseuse tant l’histoire est addictive. Elle est aussi exigeante, vu le nombre de personnages et les nombreux rebondissements, mais on n’a aucun mal à s’y plonger et à se trouver totalement immergé. La plume est également très visuelle et nous entraîne du Périgord à Prague, en passant par la Bohème ou Londres, et à chaque instant, j’avais l’impression d’y être (ou d’y retourner plus précisément). Émotionnellement, on passe de l’effroi à la passion et on est surpris jusqu’au bout ! Nos nerfs sont mis à rude épreuve et peu de temps vous sera accordé pour souffler alors, accrochez vos ceintures ! Enfin, le choix de la double narration est, comme toujours, une très bonne chose car elle permet de suivre Hazel et Stellan tout au long de l’intrigue, leurs cheminements et les raisons de certains choix.

Pour conclure, « la prophétie des sept » m’a rappelé qu’il ne fallait pas que je néglige l’urban-fantasy et la bit-lit dans mes lectures. L’histoire d’Hazel, Stellan et Mary est pleine de rebondissements et nous entraîne aux quatre coins de l’Europe pour essayer de mettre fin à l’Obscurité. Ce roman ne ressemble à aucun autre et saura vous surprendre jusqu’à la toute dernière ligne !

 

Retrouvez ce roman sur le site des Editions Plumes du Web

MYRINA HOLMES, tome 2 : Cadavres exquis de Anna Triss.


Tome 2/3
Mon nom est Myrina Holmes. Mes (rares) amis me surnomment « Myri », mes (nombreux) ennemis « l’Amazone ». Mon job ? Traquer de féroces créatures surnaturelles à l’aide de mes pouvoirs et de mes armes.
On ne va pas se mentir : ces derniers temps, ma vie ressemble à un mauvais film de série B. Une sœur succube à la rancune tenace, une carrière de Traqueuse en crocs de scie, une marque démoniaque qui m’empêche de faire des folies de mon corps et un ex-amant devenu Fédérateur des Pécheurs qui m’irrite fortement les écailles. Alors quand un mystérieux virus aussi contagieux que mortel se propage sur Infernum, ça commence sérieusement à empester le démon grillé !
Le symptôme le plus éloquent de la Démonacide ? Quelques jours avant leur décès, les infectés se transforment en bêtes sanguinaires qui attaquent les vivants pour les dévorer, comme des Sans-Âmes ! L’Apocalypse risque de se pointer plus tôt que prévu à ce rythme…
Pour ma part, je suis naturellement immunisée grâce à mon sang d’hybride, mais ce n’est malheureusement pas le cas de tout le monde.
Lorsqu’un de mes proches tombe malade, je n’ai pas d’autre choix que de m’engager dans une course contre la montre pour mettre la patte sur les responsables de l’épidémie et dénicher le remède salutaire.
Et croyez-moi, vu mon état d’esprit, ma Plume aiguisée ne fera pas dans la dentelle.

 
On reprend les même, on shake tout ça, on rajoute quelques nouveaux personnages et une nouvelle intrigue démoniaque, et, nous voilà avec un second tome explosif qui nous en met plein les mirettes.
Anna Triss est une sacrée tornade, son histoire, ENCORE UNE FOIS, est une pure tuerie.

 

Myrina Holmes est un tantinet sur les nerfs. Il faut dire que sa sœur à la rancune tenace et que cette fichue marque l’empêche de fricoter. Sa dernière enquête l’a mise sur les nerfs et les révélations qui s’en sont suivies l’ont abattue. Myrina n’est pas le genre de démone à se morfondre éternellement, prenant le taureau (enfin le démon) par les cornes, elle se remet vite sur pied. Et rien de mieux qu’une enquête pour se défouler. Sauf que cette dernière est un poil effrayante. Voir ses compatriotes se transformer en monstre diabolique affamé couvert de pustules verdâtres est quelque chose d’assez incongrue pour la Traqueuse. Une nouvelle course effrénée se profile à l’horizon et celle-ci va s’avérer très tordue.

 

Une nouvelle aventure loin d’être une sinécure. Au contraire, le temps joue contre elle et puis son cœur a quelques dératés. Un beau ténébreux se la joue beau chevalier sur sa licorne et un beau blondinet se rajoute à l’équation. Sans oublier les Révoltés qui se révoltent pour de bon. Bref, sur Infernum c’est l’Apocalypse. Rien ne va plus, faites vos jeux. Dommage vous allez perdre ! Anna Triss est une vile tentatrice qui adore frustrée ses lectrices.

 

Tentation, doutes, questions, révélations, mensonges, amour, passion, fougue, danger … non vous n’êtes pas dans un soap opéra, mais bien dans le deuxième tome de Myrina Holmes. Une suite explosive, sensationnelle, addictive, folle, méga génialissime. La plume d’Anna Triss est juste envoûtante, rythmée et le scénario est un pur bijou. Une claque phénoménale, je suis restée scotchée, obnubilée, estomaquée …

 

Une trilogie d’Urban fantasy à découvrir (depuis le début) absolument !!!

 

Une chronique de #Esméralda

 

… Lien Kindle

… le site de Black Ink Editions

… le site d’Anna Triss

… Mon avis sur le premier tome de Myrina Holmes (clique sur l’image pour le lire)

MYRINA HOLMES, tome 1 : Démons et merveilles de Anna Triss.


Tome 1/3
Je suis Myrina Holmes, la meilleure Traqueuse d’Infernum, chargée de neutraliser les créatures surnaturelles qui bafouent nos lois.
Dans mon monde, les démons sont légion ! Quatorze pour être précise : sept vouées aux vertus cardinales et sept dominées par les péchés capitaux
Hybride marginale, je n’appartiens à aucun des deux camps, ce qui m’arrange. J’adore mon boulot et ma vie sur Terre quand je ne suis pas en mission. Sauf bien sûr lorsque de mystérieux cadavres tombent littéralement du ciel pour me torturer les méninges et que ma demi-sœur de succube se met à fréquenter l’Hybresang le plus exécrable qui soit, Kelen Wills.
Pécheur surpuissant, commandant en chef d’une armée d’élite, il n’incarne pas UN péché capital, non : il les cumule tous les sept ! Avec une prédilection pour la luxure, la colère, l’orgueil et la gourmandise, mais gardez ce détail pour vous… Bref, l’odieux personnage s’est mis en tête de me séduire, sans doute parce que je suis la seule femme à résister à ses charmes douteux.
Cet Hybresang peut toujours aller au diable, car j’ai d’autres démons de minuit à fouetter.

Après une comédie romantique totalement déjantée, une magnifique romance fantasy, Anna Triss nous offre un urban fantasy démoniaque. Vous savez, ce genre de lecture dont tu deviens accro dès les premières lignes et que tu es obligée de mettre en off tout ce que tu fais pour le lire jusqu’au bout. Sans oublier que tu te camoufles dans ton canapé pour que le monde t’oublie et te fiche la paix. Et ben voilà ce que ça fait quand tu lis ce premier tome. C’est vraiment un truc de malade.
Dans le genre je met le boxon quand je rentre sur la place, je nomme Myrina Holmes. (Je vous arrête de suite aucune parenté avec Sherlock Holmes). Myrina c’est le genre de femme que t’évites de croiser dans la rue sous peine d’être raser de la surface de la terre en un seul regard.  C’est le genre de nana qui assure grave avec son allure décontracté sexy et qui te flingues sans état d’âme (demande au démon qui vient de cramé à l’instant). En même temps, elle est la meilleure du CIT, genre de FBI à la démone. Son job, traquer les méchants démons qui ne respectent pas les règles que ce soit sur Terre ou sur Infernum. Accompagnée de son arbalète et de quelques carreaux de verres, de quelques couteaux et de sa fidèle Plume, épée qui sert à étêter les récalcitrants, Myrina est une pro du zigouillage en tout genre et sans oublier d’avoir la classe même barbouillée de sang noir et visqueux. Vous l’avez compris elle tire plus vite que son ombre ! Sous ses allures strictes de traqueuse vénère, Myrina ne fait pas dans la dentelle. Elle pense tout ce qu’elle dit et son humour noir à tendance en déconcerté plus d’un. Son nom murmuré est aussi efficace qu’une malédiction jetée sur des générations. Qui s’y frotte s’y pique, j’ai envie de dire.

 

J’en connais un d’ailleurs qui va faire les frais de la légendaire répartie de Myrina. Kelen Wills est dans sa plus haute majestueuse majesté, le roi des connards, des arrogants et de égoïstes. Un vrai trou de balle sur pattes mais le soucis c’est qu’il transpire la sexy attitude. Vous savez celle qui vous fait bavez. Rien ne résiste à Kelen et encore moins les petites culottes ( Flash Info même un démon de cet envergure ne fait pas flamber les petites culottes, il les déchire). Autoritaire, sarcastique, imposant, facétieux, malin, arrogant (je le redis), puissant, têtu, mufle, et la liste est encore longue … !

 

Rien ne prédestiner ces deux là à se rencontrer, mais parfois dans les douches ils se passent des choses étranges. Et si ce n’était que ça d’étrange vous seriez surpris de voir des démons puissants tombés comme des petites mouches inoffensives. Myrina n’est pas au fait des surprises qui surgissent de toute part, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, le problème Kelen Wills, lui, est au sommet de tout. Son mot d’ordre résister et l’envoyer paître et puis le temps lui est compté.

 

Missions périlleuses et rebondissements hallucinants, le nouveau roman d’Anna Triss est une pure merveille pour la lectrice que je suis. Un univers diaboliquement intense aux enjeux importants. Des personnages aux caractères exacerbés auxquels on s’attache ou qu’on exècre. De l’action, de l’humour fracassant, des réparties piquantes, de la souffrance, de la passion, des horreurs, de la justice, de l’attirance, de la répulsion … une lecture intensive, addictive, accaparante, totalement subjuguante et hallucinante. Une pure merveille. Vous l’avez compris je suis raide dingue de ce premier tome qui regorge de nombreuses surprises. 

 

Une chronique de #Esméralda

… Lien Kindle

… le site de Black Ink Editions

… mes avis sur d’autres romances d’Anna Triss (clique sur la photo pour les lire)

Le prêtre des ombres de G.H. David

Urban-fantasy – Ebook sorti le 18 mars 2020

Editions Plumes du Web

Service presse

Ma note : 4,5/5 mention « incontournable ! »

 

Avant de commencer, je tiens à remercier GH David et les Editions Plumes du Web pour leur confiance et pour m’avoir confié ce roman en service presse.

Résumé : À Paris, Hélène Christy dirige une brigade héritée de l’Inquisition qui lui a valu un surnom de circonstance : Hell Christ. Enfer et Paradis, un duel qui convient à son âme ! En effet, difficile de dire qui, de la jeune femme ou de ses inquiétants suspects, sont les plus tourmentés. Et les choses se compliquent lorsque la jeune commissaire voit débarquer son nouvel équipier : un prêtre exorciste qui risque de lui donner du fil à retordre.
Mystérieux, ambigu, arrogant, Armand Chills a la beauté d’un ange et l’insolence du diable. Entre rites sataniques et sombres secrets, plongez dans une intrigue au parfum sulfureux.

 

L’avis de #Lilie : Vous le savez, je suis une inconditionnelle de la plume de GH David. Quand elle m’a parlé de cet urban-fantasy, j’ai d’abord été un peu sceptique car, encore une fois, ce n’est pas un univers que je lis beaucoup. Mais connaissant le talent de l’autrice, je me suis laissée séduire et encore une fois, je ressors toute chamboulée de ma lecture…

Nous faisons ici connaissance avec Hélène Christy, jeune flic à Paris, dans une brigade en charge des affaires spirituelles et non classées. Instable, tête brûlée, Hélène n’est pas du genre à faire les choses à moitié. Pourtant, tout va changer quand le nouveau référent du Vatican, Armand Chills, arrive. Entre attirance et méfiance, Hélène ne saura plus sur quel pied danser. Peut-elle lui faire confiance ? Ne risque-t-elle pas de se brûler les ailes en se rapprochant trop de lui ? 

Hélène est une héroïne comme je les aime. Elle a du caractère, elle est forte mais cache derrière cette façade des fêlures. Pour l’approcher, il faut prendre son mal en patience car elle a appris à se protéger et elle ne se laisse pas apprivoiser facilement. Rapidement, une alchimie apparaît avec « Sexy Priest », Armand Chills, le nouveau référent du Vatican. Il faut dire que le monsieur a tout pour séduire : grand, musclé, avec un regard de braise, et en plus, il réveille « le goût de l’interdit ». En effet, qu’y-a-t-il de plus excitant que de fantasmer sur l’interdit, sur celui qu’on ne peut atteindre ? C’est un personnage mystérieux, assez secret, qui m’a beaucoup plu car au final, jusqu’au bout, on ne sait pas trop sur quel pied danser avec lui…. et c’est assez exaltant !

Vous l’aurez compris, encore une fois, j’ai été embarquée par la plume de GH David. Dynamique, vive, visuelle, l’écriture de l’autrice est aussi remarquable par la qualité du vocabulaire employé et les connaissances dans les légendes liées aux forces surnaturelles. En effet, j’ai appris beaucoup de choses au cours de cette lecture et j’ai été surprise par la richesse des notes fournies par l’autrice. Comme toujours, on passe par tout un éventail d’émotions au cours de notre lecture, de l’enthousiasme à l’angoisse, de l’émotion à l’exaltation en l’espace de quelques lignes. A noter également la présence de quelques scènes de sexe qui font monter la température et qui ne sont pas là pour faire jolies. L’intrigue est habilement menée, nous entraînant de fausses pistes en retournement de situations qui vous font tout remettre en question…  En bref, un roman qui m’a conquise même si les univers surnaturels ne sont pas mon domaine de prédilection.

Pour conclure, je recommande ce roman à tous les amateurs de romance urban-fantasy. Ce mélange des genres est une vraie réussite tant l’univers crée par l’autrice nous embarque et nous plonge en plein cœur d’une intrigue pleine de rebondissements ! Un roman à ne pas laisser passer !

 

Pour en savoir plus sur l’univers de l’autrice, rendez-vous sur sa page Facebook
Retrouvez ce roman sur le site des Editions Plumes du Web

ELIZA KNOX #1 : Veuillez rendre l’âme de Fleur Hana.


 
TOME 1/3
Depuis que Dieu est mort c’est la merde, et ça ne risque pas de s’arranger.Trois siècles à faucher des âmes en solo pour Lucifer, et ma seule récompense est de me coltiner un (boulet) de stagiaire. En bonus, un titre (foireux) d’ambassadrice me tombe dessus pour représenter l’Enfer à San Francisco.
Ça m’apprendra à tourner le dos aux péchés capitaux ! Cerise sur le gâteau (de mon désespoir), des (abrutis) de métamorphes disparaissent dès mon premier jour. Ma mission ? Maintenir l’équilibre cosmique… (et accessoirement ma santé mentale). En plus, j’ai même pas prié que les anges se sont pointés, dont un (chiant) à se damner. Dieu a bien fait de se tirer, je vous le dis…
Au croisement de Supernatural et Buffy contre les vampires, confierez-vous votre âme à Eliza ?

Fleur Hana se lance dans l’urban fantasy et ça claque vraiment. Un premier tome totalement addictif et surprenant. J’ai aimé découvrir cet univers fantastique où anges, damnés, faucheuses, nécromanciens, loups garous, goules, vampires, wiccans … Tout un monde qui vous charmera en un claquement de doigts. Mais pas que !
Eliza Knox, faucheuse expérimentée, est au service de son roi Lucifer. Un job de rêve qu’elle s’accommode en solitaire et dont elle raffole. Récolter les âmes des vivants est un art dont elle maîtrise avec grâce. Et le nec plus ultra est lorsqu’elle doit sniper les âmes et interagir avec elles dans le but de les apporter à Lucifer. Un quotidien assez banal depuis plus de trois décennies. Sans oublier qu’elle doit de temps en temps tâter de la hache dans le but d’exterminer vampires et goules qui interféreraient dans l’équilibre précaire dans lequel se trouve le monde et dont le Ciel et l’Enfer se doivent de préserver depuis que Dieu a décidé de disparaître. Tout allait bien dans le monde plus que parfait d’Eliza, un appart rien que pour elle au milieu des terriens avec une grande baignoire dont elle espère profiter, un jour, de bains et de ses vertus. Eliza, grande solitaire et un brin sociopathe, n’aime pas du tout les mondanités de l’Enfer. Les sept péchés capitaux, très peu pour elle. Une différence qu’elle assume parfaitement même si elle se sent épier et juger à cause de cela. Même en Enfer on peut avoir des principes. Se mêlant que rarement avec ses collègues diaboliques, elle partage son temps entre entraînement, fauchage, extermination et quelquefois, elle va à la pêche aux infos. Eliza et son sarcasme légendaire font d’elle une faucheuse d’exception et elle ne compte pas déroger à la règle.

 

Tout allait bien dans son merveilleux monde lorsqu’un beau soir on toque à sa porte et qu’elle découvre qu’elle doit former un bleu. L’Enfer a décidé que son courroux ne s’arrêterait pas là. Elle doit jouer les diplomates que lui impose son nouveau rôle d’Ambassadrice de l’Enfer. Et puis la cerise sur le gâteau : des hordes de vampires, des goules et loups garous mutants s’obstinent à l’attaquer. Et le pompon sur le chapeau elle doit faire équipe avec un super ange dans le but de découvrir les origines du chaos qui s’installe peu à peu.

 

Eliza avait une super vie mais là voici plongée dans un bourbier sans fond !

 

Actions, rebondissements, humour noir, sarcasmes et univers totalement déjanté, ce premier tome est un pur ravissement pour la fan d’urban fantasy que je suis. Créatures fantastiques à gogo, une héroïne folle-dingue et inévitablement attachante, des personnages secondaires à la hauteur de leurs propres caractères loufoques, une intrigue qui s’installe avec aisance et addiction et un final grandiose qui laisse, bien évidemment, sur la faim. Et tout cela entraîné par une superbe plume qui n’a rien à envier aux grands noms de la fantasy. J’adore tout simplement et j’attends avec impatience la suite !

 

Un grand bravo à Fleur Hana pour ce premier roman réussi d’urban fantasy !

 

Une chronique de #Esméralda

… Lien Kindle

… Le site de Fleur Hana

… mes avis sur d’autres titres de Fleur Hana (clique sur les images pour les lire)

RYVENN, tome 4 : La nouvelle meute de Jupiter Phaeton.

[ URBAN FANTASY – YOUNG ADULT – Nouveauté 2019]
Tome 4/4
363 pages
Ma note : 5/5 mention « à découvrir »
Lien Kindle
Lu dans le cadre du rdv #MonMarathonIndé d’août
 
Le résumé :
La colère a assombri le cœur de Ryvenn. Rien ne sera plus jamais comme avant. Le soleil ne brillera plus de la même manière, sa relation avec ses frères est immanquablement changée, même Rana semble éprouver des doutes sur l’attitude de l’adolescente.
La vengeance, en revanche, est un plat qui se mange chaud comme froid, selon Ryvenn qui traque Catherine et les magiciens dissidents comme si c’était son dernier but dans la vie. Et si elle retrouve la femme qui a démoli sa vie, elle a promis de la détruire.
Non, rien ne sera jamais plus comme avant. Il est temps de montrer ce qu’elle a dans le ventre.

Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"

 
Pincement au cœur, tachycardie en vue, ce dernier tome m’a trituré l’esprit. Toute aussi anxieuse que curieuse, ce dernier tome je l’attendais avec impatience. Il faut dire que Ryvenn est une « femme-ado » attachante. Son courage, son tempérament, sa vivacité, sa manière d’être, son empathie, son destin m’ont fascinée pendant ces 4 tomes. Elle a pu être autant fofolle que magnanime. Personnage cabossé qui a su rebondir face aux épreuves qu’elle a dû traverser. Ces dernières n’ont rien eu de facile, au contraire elles ont fait ressortir tout le meilleur de ce bout de femme comme le pire, et cela peut se comprendre.

 

Le final du tome 3 est du style : le cliffhanger de malade qui te donne juste envie de jeter ta tablette ou ton livre contre le mur. C’est le final qui te fait sortir de tes gonds et qui te donne envie de hurler, tout comme Ryvenn. Envahie et confrontée à une colère terrible, Ryvenn s’enlise dans ses tourments occultant peu à peu toutes les valeurs qui lui ont toujours été chères. Elle se fait littéralement bouffer par ses émotions, situation vraiment cocasse pour une empathe. Bref, c’est la pagaille dans sa vie trépidante. Elle fonce, elle extermine, elle crie, elle pète un plomb mais à sa façon. Le danger que représente Catherine est toujours d’actualité et la seule manière d’y mettre fin c’est la tuer. Une nouvelle quête, une nouvelle mission qui l’emmène de de New York à Chicago et à Los Angeles. De nouvelles rencontres viennent renflouer ce commando d’élite, tous poussés par ce sentiment d’urgence que ce semblant de tranquillité peut à tout moment basculer.

 

Ce quatrième tome est à mes yeux différent des autres. Les rebondissements sont tout autant nombreux, les piques d’humour sont tout autant délirantes, mais il y a ce petit changement notable, la maturité des personnages et notamment celui de Ryvenn, surtout depuis qu’un nouveau jeune homme rentre dans sa vie. Si son impulsivité reste son mot d’ordre, sa détermination et la confiance en ses compagnons d’infortune la poussent dans ses retranchements et lui permettent de s’affirmer davantage. J’aurais pu en vouloir à Jupiter Phaeton pour son final qui se résume en une minuscule phrase, mais même cela je n’ai pas pu. Un final cocasse, tiré par les cheveux mais tellement irréaliste que cela puisse se conclure de cette manière. C’est osé et surprenant tout à l’image de cette saga stupéfiante.

 

Cette saga est portée par une héroïne qui n’avait rien demandé à personne et qui n’avait pas prévu que son destin aurait quelque chose de grandiose et de terrifiant. Une saga aux multiples personnages (des gentils et des méchants) qui mettent une pagaille monstre. Une saga déjantée et sublimée par une plume qui sans contexte sait vous rendre accro. A découvrir illico presto 😉 vous allez adorer les loup garou ! Et peut être pas les magiciens ! Enfin cela reste à confirmer (ou pas) !

 

Une chronique de #Esméralda.

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le site de Jupiter Phaeton.

… un autre saga de Jupiter Phaeton « AKALIE O’LYS »

Mes avis sur le tome 1, 2 et 3 de la saga RYVENN (clique sur les couvertures):

 

AKALIE O’LYS, tome 3 : La Gardienne des Clefs de Jupiter Phaeton.

 

[ URBAN FANTASY / YA – Nouveauté 2019 ]

(Premier arc) Tome 3/3

444 pages

ma note : 5/5 mention « à découvrir absolument »

Line Kindle

Lu dans le cadre du rdv #MonMarathonIndé de juin

 
Le résumé :
Je vais être responsable d’un patricide, c’est certain. À chaque fois que Negarath ouvre la bouche, j’ai envie de lui trancher la tête. Lui, mon père ? Sérieusement ? À quel moment ma mère s’est-elle dit qu’un idiot doublé d’un égoïste serait idéal pour partager le reste de sa vie ?
Heureusement qu’Alvyn est de retour, un peu plus et j’attrapais ce qu’il restait de l’obélisque de Washington pour le balancer dans le crâne de Negarath. Non pas que j’en sois capable, hein. Mais si je l’avais été, je l’aurais certainement fait.
Pendant qu’il a décidé de récupérer son trône elfique, nous voilà face à un sérieux problème : les portails sont ouverts. Tous. La bonne nouvelle c’est que Mélinda, la reine des fées, va me foutre la paix et rentrer chez elle. La mauvaise, c’est que nous allons faire face à une nouvelle invasion de gobelins et de trolls. C’est tout juste si on vient de se débarrasser de leur sale odeur dans la ville, voilà qu’on est de nouveau bon pour se les coltiner. Et bien sûr, n’oublions pas les dieux et leurs jeux dangereux.
Quand est-ce que je vais dormir, moi ?
Résultat de recherche d'images pour "mon avis image"
 
Il était une fois, une jeune femme qui se prénommait Akalie. Elle adorait le chocolat chaud à s’en faire des crises de foie, elle faisait joujou avec une panthère pas commode du tout, se prenait le chou avec un père sorcier et un père biologique qui n’avait malheureusement pas les lumières à touts les balcons. Faisant fi d’une reine des fées un peu trop collante, d’un elfe apprenti gardien qui ne savait pas se coiffer, de vampires assoiffés de sang et un chouia accaparant, de portails ouverts, d’un chevalier séquestré, d’elfes rancuniers, de dieux aussi matures que des enfants de trois ans et d’une gardienne des clefs bien cachée, sa vie serait un véritable paradis où les grasses et grosses matinées seraient  imposées. Bref, cela aurait été sa vie, si elle n’était pas un quart déesse, un quart elfe, un quart prêtresse et un quart humaine.

 

Ce troisième et dernier tome (de cet arc comme le précise Jupiter Phaeton) conclut à merveille cette fabuleuse aventure qui a eu le mérite de me faire passer par toutes les émotions. Jupiter Phaeton m’a catapultée dans un univers riche où elle impose ses propres règles. Elle a réussi le pari, surtout oser, de réunir tout ce qu’il se fait de mieux en fantastique : chanceling, vampire, fée, dieu, sorcier, prêtresse, elfe, chevalier. Un univers cohérent où tout se monde s’aime pour le meilleur ou le pire. Les personnages créent certaines affinités au fur et à mesure des tomes. Le personnage de Akalie est un sacré phénomène : une personnalité forte, sarcastique et de mauvaise foi, elle illumine par sa présence et son esprit ses compagnons. Elle a l’aura des Grandes qui réussissent à rassembler et à soulever les montagnes.

 

Ce dernier tome n’échappe pas la règle : actions, rebondissements, révélations, secrets, passion, amitiés, doutes, colère, honneur, respect et alliances… 444 pages de pur bonheur que j’ai dévoré d’une traite. Une plume qui m’a envouté en un tour de main.

 

Cet avis est un peu court à mon goût, mais j’ai trop peur de vous en révéler trop. Je n’ai qu’un mot : foncez !

 

#Esméralda

Résultat de recherche d'images pour "à découvrir"

… le monde déjanté de Jupiter Phaeton !

… mes avis sur ses autres romans !

TAMPON_A_SUIVRE__4b9e4da25e7b3

IMG_20180426_160220_117